Mardi 25 avril 2017 à l'auditorium du Musée des Beaux Arts de Caen (enceinte du château ducal) à partir de 18h00 (entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles) votre serviteur animera la 4ème séance de notre séminaire "Normandie" de l'Université populaire de Caen consacré cette année à la question de réaliser l'unité normande soit concrètement (par exemple: la question du franchissement de l'estuaire de la Seine) soit politiquement grâce à l'héritage culturel et institutionnel laissé par l'histoire de la Normandie qui fut l'une des civilisations fondatrices de notre modernité occidentale au tournant des XI et XIIe siècles...

111201165

Pour cette 4ème séance avant de conclure sur l'idée normande comme projet politique en compagnie de Sophie Poirey qui mène, en parallèle à l'université populaire de Caen un séminaire de présentation du droit normand, nous allons traiter de la question essentielle sinon sensible de l'identité régionale normande.

Cette identité normande existe-t-elle? Et si oui, qu'a-t-elle de résolument originale et de spécifique et quelle serait la contribution des valeurs de cette identité normande à la construction d'un projet collectif commun dans un moment historique de crise politique important quant à savoir encore pourquoi nous faisons patrie commune en France.

Notre thèse est que la petite patrie normande peut encore contribuer positivement à la grande patrie française. Que l'identité normande nous propose d'échapper à la banalité identitaire, celle d'un enfermement communautaire chauvin.

Que l'exceptionnel patrimoine de civilisation normand nous oblige à la contemplation et à exiger le meilleur de nous-mêmes, non pas pour être plus Normand que tous les autres mais pour être plus soi-même grâce à la matière normande.

D'où notre affirmation principale:

L'identité normande est un existentialisme, voire un "patriotisme constitutionnel" avec ses valeurs particulières qui furent longtemps véhiculées par le droit normand. Ce dernier aspect sera plus développé le 9 mai 2017 avec Sophie Poirey.

Enfin, vous noterez comme moi que nos interventions normandes vont se faire chacune après les deux tours de l'élection présidentielle la plus importante de notre histoire depuis au moins 1981... C'est pour nous le signe que la Normandie, lorsque l'Histoire de France s'ébranle à nouveau, n'est pas un problème mais une solution.

 La célèbre chanson composée par le rouennais Frédéric Bérat en 1836, "j'irai revoir ma Normandie" surnommée en son temps "la Marseillaise des sentiments" est l'hymne de cet existentialisme normand. Loin de toute affirmation patriotarde c'est le chant de l'attachement existentiel à la patrie de son enfance... avant de mourir.

paroles