Le vote pour le premier tour des élections présidentielles, le 23 avril 2017 sera certainement très important de part les options politiques et idéologiques proposées, de part la situation de colère et d'exaspération dans le pays mais aussi de part la situation d'inquiétude générale à court terme au niveau européen et international (crise de l'Union européenne, guerre civile religieuse dans le monde musulman, terrorisme islamiste, crise humanitaire des réfugiés) mais aussi à moyen terme (le changement climatique et ses grandes conséquences économiques, sociales et politiques...).

Jamais l'avenir proche ou lointain n'avait semblé aussi incertain sinon inquiétant. Jamais la France n'avait paru politiquement et idéologiquement aussi divisée entre les options portées par les quatre "grands candidats" qui, sur les onze officiellement en lice, sont dans une pouque à 20 / 21% des intentions de vote quel que soit les méthodes statistiques utilisées ou les instituts de sondage.

L'incertitude est totale car pour pouvoir se qualifier pour le second tour la différence de voix entre le second et le troisième pourrait être inférieure à 500000 voix: on a déjà vu ça chez nous en Normandie lors des dernières élections régionales avec un peu plus de 5000 voix séparant Hervé Morin arrivé en tête et Nicolas Mayer-Rossignol...

Voir par exemple, les derniers chiffres proposés par l'institut canadien FILTERIS qui fait beaucoup jaser puisque cet institut, qui mesure les audiences des uns et des autres sur Internet, avait su prédire la victoire de Donald Trump aux dernières élections américaines:

17966127_1494714497225568_916627242114470297_o

Quatre options idéologiques sont sur la table obligeant la masse des électeurs, pour la première fois depuis longtemps, à faire enfin l'effort d'un vrai choix de conviction et d'intérêt intellectuel pour ce qui est proposé: le refuge dans le confort du vote utile n'est plus possible et cela explique qu'à la veille du scrutin près de 30% des électeurs n'ont toujours pas fait leur choix et que l'on s'attend à un taux d'abstention important (30% ?) pour la reine des élections françaises qui, d'ordinaire, mobilise plus l'électorat que les autres.

Quatre options idéologiques claires qui pourraient transformer la France en peau de léopard...

1° L'option d'un populisme de droite de fermeture nationalitaire de la France sur elle-même face aux incertitudes et aux inquiétudes: Marine LE PEN

2° L'option d'un populisme de gauche de réforme radicale sociale, politique et économique en France et en Europe pour tenir compte du changement climatique: Jean-Luc MELENCHON

3° L'option de poursuivre la même politique que le quinquennat qui se termine: Emmanuel MACRON

4° L'option de la rigueur comptable et gestionnaire pour plus de compétitivité économique et financière: François FILLON

Si l'on devait traduire cette incertitude sur les territoires de la France nous aurions certainement une France en "peau de léopard":

Dans l'Ouest

Un match LE PEN / MACRON voire FILLON?

Dans le Grand Ouest français encore marqué par les valeurs du catholicisme, on n'aime pas l'extrémisme: il suffit de voir comment Ouest France roule plus ou moins ouvertement pour Emmanuel Macron. Mais la colère sociale rurale est si forte que Marine Le Pen fera certainement de grands scores dans les campagnes. Néanmoins dans les terres les plus conservatrices du Maine, de l'Anjou, Vendée, voire de l'Ouest normand, François Fillon pourrait bien résister face aux candidats trop modernes ou trop inquiétants.

Dans le Sud-Ouest:

Un match MELENCHON / LE PEN?

Dans le Sud Ouest, notamment sur les terres gasconnes et occitanes marquées par le radicalisme de gauche, Jean-Luc Mélenchon peut espérer arriver en tête devant Marine Le Pen cristallisant là encore la colère sociale présente dans les terroirs.

Dans l'Est et le Nord:

Un match LE PEN / MELENCHON?

Dans cette France industrielle et rurale oubliée par les médias parisiens, la colère sociale est très forte: Marine Le Pen a toute ses chances. Mais le "dégagisme" proposé par Mélenchon aussi.

Dans le Sud-Est:

Un match LE PEN / MELENCHON / MACRON qui pourrait être très très serré avec, certainement,  un fort clivage ville ou métropole (Macron/ Mélenchon à Lyon, Grenoble et Saint Etienne) et campagne (Le Pen)

Sur la côte d'Azur:

Un match LE PEN / FILLON ?

Dans l'électorat de France qui vote le plus à droite avec une émulation dans la radicalité qui pourrait profiter, au final, à Marine Le Pen.

Dans la région parisienne:

Un match MACRON / MELENCHON ?

Match qui sera certainement serré entre les deux candidats qui mobilisent le plus les électeurs qui sont les plus diplomés. Avec une chance pour Mélenchon si ce dernier a réussi son pari de mobiliser la jeunesse abstentionniste des banlieues populaires de la région parisienne.

Une certitude cependant: partout en France on risque de voir le clivage idéologique et électoral entre les métropoles (MACRON / MELENCHON) et les territoires ruraux (LE PEN ou FILLON)

investir-a-lyon-marche-immmobilier-en-peau-de-leopard

Et la Normandie?

S'il y a une région française qui pourrait s'habiller de léopard dimanche soir (eh pour cause !) ce serait la Normandie, idéologiquement et politiquement à cheval entre le vote protestataire type Nord-Est (LE PEN) et le vote moins tenté par l'extrémisme de l'Ouest (MACRON / FILLON). Le contraste ville/ campagne risque d'être fort: MACRON / MELENCHON à Caen, Rouen et Le Havre. LE PEN ou FILLON dans les campagnes (le rural dit "profond") ou les zones péri-urbaines.

RAPPEL des PROPOSITIONS des principaux candidats pour le sujet qui nous concerne le plus: l'organisation territoriale de la République et l'idée régionale.

Avertissement préalable: Les candidats sont TOUS jacobins. (Mise à part, peut-être, le berger du Béarn)

Marine LE PEN: suppression des conseils régionaux

Nicolas DUPONT AIGNAN: suppression des conseils régionaux, retour aux préfectures de région avec leurs pouvoirs comme en 1960

Jean- Luc MELENCHON: suppression des conseils régionaux. Mais l'organisation territoriale de la République et la question régionale seront débattues dans le cadre de la future constituante pour la 6ème République

François FILLON: création d'un plan local de ruralité. Suppression de fait de la fonction publique territoriale

Emmanuel MACRON: fusion de 25% des départements existants avec une métropole. Risque grave pour l'unité normande, en conséquence... Suppression de la taxe d'habitation.

Benoît HAMON: Conférence financière Etat/ collectivités territoriales pour une visibilité financière sur les cinq ans du quinquennat. Stabilisation de l'organisation territoriale de la République (mystère, mystère...)

Les autres candidats n'ont pas de propositions précises sur ce sujet qui, visiblement, n'intéresse pas nos candidats.