Les consignes de vote tout comme le vote utile ne servent plus à grand chose ! Les citoyens font ce qu'ils veulent.

11-rc-insigne-metallique-du-3-escadron-sire-de-sei-du-11-regiment-de-cuirassiers-de-fabrication-arthus-bertrand-paris

La désaffiliation des individus diagnostiquée depuis des années par le philosophe Marcel Gauchet mais aussi l'effondrement moral des institutions notamment politiques dans la compromission avec les intérêts les plus puissants du réel au nom du réalisme ou de la responsabilité gouvernementale, achèvent de délier les individus citoyens acteurs de toute attache.

"Sire de sei ! "

(la vieille devise libertaire normande est aussi celle du 3ème escadron du 11ème régiment de cuirassés de l'Armée de Terre )

"Sire de sei ! " dit-on dans la langue normande du Nord Cotentin. Autrement dit: "Seigneur de soi-même !" Jamais l'expression n'avait paru si juste... A condition que de ces multiples choix souverains ne nous fabriquent pas un esclavage collectif encore plus grand comme l'a prophétisé un autre grand normand, Alexis de Tocqueville.

Lire le billet suivant proposé par la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2151

Les élus normands se rallient en masse à Emmanuel Macron…mais il y toujours un irréductible gaulois

 

En vue. Qu’ils soient de gauche ou de droite les ténors normands de la politique se déclarent en masse pour Emmanuel Macron.

Pour Hervé Morin président de la Région, il n’y avait guère d’ambigüité, au déjeuner de presse du 31 mars, à l’hypothèse de la finale qui est celle de ce jour Le Pen / Macron, il avait fait le choix de Macron ne pouvant adhérer au « parti de la haine ». Dans un communiqué des Centristes aujourd’hui il confirme : « J’ai soutenu François Fillon dès les primaires de la droite et du centre. Je suis déçu de son résultat car François Fillon avait le programme qu’il fallait pour sortir la France de l’ornière. La campagne ne s’est pas faite sur ses idées mais sur des accusations portées contre lui.

J’appelle la grande famille centriste à s’unir franchement et massivement derrière Emmanuel Macron. Aucune voix centriste ne doit lui manquer le 7 mai prochain. »

Le président de la métropole de Rouen Frédéric Sanchez (PS) annonce aussi son ralliement selon lui le programme de Marine Le Pen : « constitue un terrible danger pour l’économie française qui s’effondrerait dès le lendemain de son élection ». Il fera campagne pour Emmanuel Macron et votera pour lui sans aucune réserve.

Même choix pour  Edouard Philippe (LR) président du Pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine et maire du Havre, ville où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête, il choisit aussi Emmanuel Macron : « le choix de Marine Le Pen ne pouvant que conduire au chaos ».

« Il faut d’abord respecter l’expression du suffrage universel », a déclaré le président du conseil départemental, Philippe Bas, (LR). Il s’agit de faire barrage au FN, pour la suite, « il souhaite que la droite et le centre restent unis pour apporter une majorité de réforme lors des prochaines législatives », ce qu’à son avis Emmanuel Macron n’est pas en mesure de constituer.

Jean-Léonce Dupont, le président (UDI) du conseil départemental du Calvados est déçu mais pas vraiment surpris du résultat du scrutin est néanmoins satisfait que le scénario noir Le Pen / Mélenchon ait été évité. « Sans ambiguïté, je voterai Emmanuel Macron au second tour, avec l’espoir que cela ne signifiera pas l’héritage du quinquennat de François Hollande. On va voir maintenant ce qui sortira des législatives. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on entre dans une période totalement nouvelle. »

Sans surprise, Dominique Gambier socialiste, maire de Déville-lès-Rouen qui s’était rallié à Emmanuel Macron dès le mois de février note que ces résultats marquent d’ores et déjà un vrai bouleversement démocratique : « une mise hors-jeu des deux grands partis de gouvernement ; une aspiration à un changement radical de certaines pratiques politiques ; un effacement au moins partiel, du clivage droite-gauche autour duquel s’organise notre vie politique ; une montée continue du populisme auquel n’échappe pas notre pays…. Ils marquent aussi l’échec du processus des primaires dans les formes qu’elles ont prises pour ces élections, rappelant ainsi que l’élection présidentielle est d’abord l’adhésion à une personne. »

La voix la plus dissidente vient de Paul François Astolfi, Délégué LR de la 1ère circonscription de Rouen et ancien maire adjoint de Rouen : « Dans quinze jours, pour moi MACRON, C'EST NON. Il est hors de question que j'affiche mon accord en choisissant ce candidat usurpateur d'un vrai choix des Français. Il est hors de question de mettre un bulletin Macron dans l'urne alors que nous avons tout au long de cette campagne dénoncé les manœuvres politiciennes, policières, juridiques d'un président sortant aux abois. D'un président et d'un ministre de l'économie qui ont ralenti le développement économique de la France, qui ont accru considérablement le chômage, qui ont laissé se propager un terrorisme islamique meurtrier pour les Français et le plus développé de toute l'Europe, qui ont laissé la pauvreté étrangler de plus en plus de Français, qui ont érigé le mondialisme et le multiculturalisme en système obligatoire... » Et il attend des candidats investis pour les législatives qui vont suivre de ne RIEN céder.

Bref ce n’est qu’au 3e et même au 4e tour, quand les législatives seront finies qu’on verra vraiment se dessiner le nouveau visage de la France.


 

Michel-Onfray-23-avril

Voir aussi la position de Michel ONFRAY qui est celle d'un Normand qui n'en peut mais...  Mais qui refuse de se faire avoir par l'épouvantail Le Pen brandi pour nous faire peur et qui demande à ce que le libre arbitre des électeurs qui n'appartient à personne soit respecté.

Le philosophe normand était dans un théâtre parisien pour commenter la soirée électorale: à regarder sous le lien suivant:

http://michelonfray.com/conferences/la-soiree-des-elections-commentee-par-michel-onf?autoplay=true