En tout cas, s'il s'agissait de communiquer avec la belle langue du Roi de France François 1er, il faudrait craindre que cela soit mort sur la place où il faudrait être. En bon franglish officiel, cela donne, paraît-il,  "the beach to be".

Non, il ne s'agit pas d'Omaha ou d'Utah beach, plages habituées aux anniversaires, mais d'une plus sainte adresse, celle du Havre de Grâce: doit-on citer en entier le nom officiel de la ville fondée au milieu de nulle part dans les vasières et les roseaux pour suppléer aux carences de la Lézarde dont les eaux trop tranquilles ont endormi la prospérité maritime du port de Harfleur?

A l'heure où il nous faudrait être les helpers d'un candidat voulant faire France (le paquebot de la CGT a été ferraillé en Inde) en transformant le pays qui ignore son visage de majesté maritime en start up nation, au moment où le slogan mégalo et new age de la candidature française pour les Jeux Olympiques est contesté par des ringards encore attachés à notre belle langue françoise, on découvre que le slogan du 500ème anniversaire du Havre est, donc,"the beach to be"... qu'il ne faut, évidemment, pas confondre avec..."the bitch to... havre" (pour faire vraiment franglish pour de bon!)

C5_tW5uWAAAvoF4

To be or not to be !

Le grand Shakespeare mettait déjà la lancinante question dans la bouche d'Hamlet.

Désolante époque où nos "élites" créatives et gouvernantes s'imaginent, par on ne sait quelle haine de soi, qu'il faut s'obliger à causer la langue dominante de la mondialisation pour se faire entendre et reconnaître du Monde entier alors que la langue française, par la francophonie, reste la 3ème langue internationale...

Doit-on parler de prostitution linguistique?

Sans compter avec le médiocre imaginaire qu'ils nous infligent sous prétexte de désirs qui affligeront les "foules sentimentales" qui, comme le dit la belle chanson de Souchon, ont toujours "soif d'idéal, que des choses pas commerciales..."


 Lire l'article suivant proposé par le site Normandie actu:

https://actu.fr/normandie/havre_76351/500-ans-havre-operation-seduction-la-ville-the-beach-to-be-2017_428852.html

500 ans du Havre. Opération séduction pour la Ville : «the beach to be» en 2017 ?

En 2017, Le Havre veut être « the beach to be ». Destination recommandée par la presse nationale et internationale, la Cité océane part à la conquête des touristes du monde entier.

Publié le 12 Mar 17 à 11:19

(Photo : Gaetan Caputo)

Le collectif Art Point M ouvre le bal des festivités des 500 ans du Havre, samedi 27 mai 2017, dans le cadre de la Magnifik parade.(Photo : Gaetan Caputo)

En 2017, cela n’aura échappé à personne : Le Havre (Seine-Maritime) fêtera ses 500 ans. Une célébration en grande pompe, orchestrée par Jean Blaise, directeur artistique de la manifestation baptisée Un été au Havre 2017. L’été au Havre sera long car il durera plus de six mois.

Six mois qui donneront l’occasion aux touristes normands, français et étrangers d’arpenter la ville, transformée pour l’occasion en musée à ciel ouvert. En effet, de nombreuses interventions artistiques investiront l’espace public, réinterprétant le paysage de la Cité océane.

Objectif de la manifestation, dont le budget global est estimé à 20 millions d’euros : rendre la ville plus attractive et attirer de nouveaux visiteurs, voire de nouveaux habitants. Événement culturel, Un été au Havre est l’opération séduction de la Ville.

> LIRE AUSSI : Grand format. Un été au Havre 2017 : des rendez-vous grandioses pour les 500 ans de la Ville

Une programmation festive et poétique

Mardi 28 février, à Paris, la Ville du Havre conviait la presse pour présenter les réjouissances de ce fameux été havrais. Promettant des surprises, le maire du Havre, Édouard Philippe, a rappelé que le but de cette manifestation était de « donner envie de venir visiter cette cité étonnante, séduisante et singulière. » Une soif de découverte renouvelée par Jean Blaise pour lequel « Le Havre est une ville qui réserve sans cesse des surprises. L’idée est de la sublimer à travers le regard des créatifs et des artistes ».

But avoué de cette manifestation : « mettre en valeur la ville, son dynamisme, ses atouts, grâce à une programmation accessible et cérébrale autant que festive et poétique. »

Coût de cet événement : 20 millions d’euros.

> LIRE AUSSI : 500 ans du Havre. Parade, expos, concerts… tout le programme des festivités sur un site officiel

Une fête de la démesure ?

Si le montant annoncé peut sembler faramineux, Édouard Philippe rappelle que ce coût n’est pas porté uniquement par la Ville qui s’engage à hauteur de 4,5 millions d’euros. Département, Codah, CCI, port du Havre, Région et entreprises privées apportent leur soutien financier à la manifestation. Pari sur l’avenir ou folie des grandeurs ? La réponse du maire du Havre est claire :

C’est beaucoup d’argent, j’en ai conscience, mais Marseille a consacré 100 millions d’euros à l’opération capitale de la culture. Quand on investit 1 euro sur ce type de manifestation, le retour qu’on peut espérer est de l’ordre de 1,5 ou 2 euros. Donc ce n’est pas négligeable. (…) Les dépenses sont budgétées, prévues pour avoir quelque chose à la hauteur de ce qu’est vraiment la ville et de son enjeu en terme d’attractivité, déclarait en juin 2016, lors de la première présentation à la presse des festivités, le maire du Havre à nos confrères de France Bleu.

ÉCOUTER. Le Havre : les 500 ans de la ville en 2017. Entretien d’Édouard Philippe sur France Bleu :

Opération séduction

Le Havre se prépare à accueillir une manifestation culturelle de grande envergure qui veut allier festivités et rentabilité. But de cette opération séduction : attirer les touristes, faire parler de la ville au-delà des frontières de la Normandie et dynamiser le commerce. La manifestation devrait réjouir hôteliers et restaurateurs qui se préparent à accueillir des touristes qui, selon leurs intérêts, sauront choisir leurs événements.

Culture (expositions Pierre et Gilles, retour d’Impression soleil levant de Monet au MuMa, art contemporain), grands événements populaires (grande parade et concert de carte blanche à Catherine Ringer, Royal de Luxe), ou encore voile (Les Grandes voiles, la Transat Jacques Vabre)… Il y en aura pour tous les goûts. En 2016, plus de 900 000 touristes avaient succombé aux charmes de la ville.

> LIRE AUSSI : Vidéo. Le Havre, nouvelle destination prisée des Français

Combien seront-ils à fouler le sol havrais en 2017 ? Les paris sont ouverts.

> LIRE AUSSI : Tourisme. Une édition spéciale du Guide du Routard pour sillonner Le Havre !

VIDÉO. Guide du Routard : direction Le Havre en 2017 ! La chronique de Louise Ekland sur Europe 1 :

Guide du routard : direction le Havre en 2017 ! par Europe1fr

The beach to be ?

Le Havre, destination culturelle et touristique ? Plusieurs journaux ont déjà ouvert leurs colonnes à la manifestation, annonçant les événements à trois mois du lancement des festivités qui aura lieu lors du grand pont de l’Ascension, samedi 27 mai 2017, avec la parade inaugurale.

Le Point, La Croix, Le Parisien, Le Figaro, Connaissance des arts, Exponaute ont déjà annoncé l’événement.

La presse internationale s’intéresse aussi à la ville fondée par François Ier : The Guardian et The Telegraph ont sélectionné Le Havre parmi les destinations estivales à privilégier.

La manifestation Un été au Havre 2017 séduira-t-elle autant que les éditions de Lille 3 000, grande manifestation qui a su s’imposer comme un grand rendez-vous festif et culturel renforçant l’attractivité de la ville ? En septembre 2015, dans le cadre de Lille 3000 Renaissance, plusieurs dizaines de milliers personnes avaient pris part à la grande parade pour le lancement de l’événement.

> LIRE AUSSI : Tourisme. Le Havre, destination en vogue en 2017, recommandée par Le Monde et Télérama


 Commentaire de Florestan:

500ème anniversaire du Havre: Bouville livrée aux bobos de Paris, jusqu'à la nausée?