Un peu de poésie dans ce monde de brutes grâce à l'ami Paul Bedel, toujours vaillant et dans sa vie à la pointe Ouest de notre Normandie.

A lire cet article paru dans la dernière édition de la Manche Libre (en date du 11 mai 2017):

12-05-2017 09;28;54Et nos vaches normandes, quoique belles, séduisent plus à l'étranger qu'en Normandie même: alors que la "re-normandisation" du cheptel de vaches laitières prent trop son temps en Normandie (merci la FNSEA !) la vache normande séduit les chats persans:

https://www.normandie.fr/des-vaches-normandes-pretes-senvoler-vers-liran

Des vaches normandes prêtes à s’envoler vers l’Iran !

Dans le cadre de l’accord conclu pour l’export de bétail normand vers l’Iran, Hervé Morin, Président de la Région Normandie et Nathalie Goulet, Sénatrice de l’Orne, ont tenu, ce jour au GAEC Génissel du Château d’Almenêches, un point presse, en présence de Jean-Louis Riotte, responsable du programme d’export, de représentants d’hommes d’affaires iraniens, de Daniel Genissel Président de la Chambre d’agriculture de Normandie, et de Franck Reverdiau, Directeur général de l’entreprise Norman Normandie Manutention qui sera sollicitée pour rénover les abattoirs iraniens.

Le projet d’export entre à présent dans une nouvelle phase qui consiste en la sélection des bêtes et la préparation de leur envoi avec pour objectif un premier embarquement du bétail vers l’Iran dans le courant du mois de juin.

Pour mémoire, en novembre 2016, Hervé Morin a conduit une délégation de chefs d’entreprises normands en Iran pour y nouer des partenariats économiques et promouvoir les savoir-faire normands d’excellence.

Au cours de ce voyage, le propriétaire d’un abattoir de grande capacité à Téhéran avait manifesté auprès du Président de Région son souhait d’acquérir 300 à 350 vaches normandes. Suite à la levée, en janvier 2015, des sanctions internationales à l’encontre de l’Iran, celui-ci souhaite, en effet, relancer son activité et développer une filière viande de très haute qualité dans le Golfe persique à partir de Téhéran. A terme, 20 000 têtes pourraient être commandées chaque année pour élargir son marché sur l'ensemble du Moyen Orient.

Après plusieurs contacts entre les parties prenantes et grâce à l’appui de la Région Normandie et de la Sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, une première phase de cette opération vient de s’achever :

  • les lettres de crédits ont été sécurisées
  • les accords d’export de la part des autorités françaises ont été donnés
  • les accords d’imports des autorités iraniennes ont aussi été donnés

Les prochaines étapes de cette opération d’export sont les suivantes :

  • finalisation de la partie phytosanitaire avec la venue, dans quelques jours, du représentant de l’industriel iranien en présence du vétérinaire du ministère de l’agriculture.
  • une société commerciale qui sera localisée à Sées est en cours de création. Cette société aura en charge la commercialisation et la sélection du bétail en lien avec les éleveurs normands
  • discussions sur les prix des bêtes en fonction des études sur le transport et les coûts afférents
  • sélection des premières bêtes courant mai-début juin

Le premier embarquement du bétail est prévu pour le courant du mois de juin.

« Je me réjouis de l’avancée de ce dossier sur lequel la Région s’est beaucoup investie depuis mon déplacement en Iran en novembre dernier. Ce contrat est une excellente nouvelle pour l’agriculture normande. Nous pourrions atteindre 20 000 têtes commandées chaque année. L’Iran représente un marché potentiel gigantesque avec une grande envie de commercer depuis la levée des sanctions. Toutes les bêtes de la première livraison seront normandes et l’intermédiaire qui a emporté le contrat va créer une filiale en Normandie pour les sélectionner. En outre, la société Norman Normandie Manutention à Vimoutiers sera sollicitée pour rénover les abattoirs iraniens qui ne sont plus en activité depuis plusieurs années » a déclaré Hervé Morin.

« L’agriculture figure au cœur des priorités de la Région. C’est pourquoi, vous le savez, nous avons décidé d’impulser une nouvelle politique agricole pour laquelle nous consacrons chaque année pas moins de 60 millions d’euros. Cette politique qui est le fruit d’une co-construction avec l’ensemble des acteurs de la filière agricole est désormais opérationnelle. Il convient désormais que chaque agriculteur ou acteur professionnel se saisisse de ces outils pour développer son entreprise ou construire des projets collectifs » a rappelé le Président de Région.

Les dispositifs et appels à projets liés aux Programmes de Développement Rural (PDR) ont tous été lancés :

  • La nouvelle Dotation Jeunes agriculteurs (DJA) d’un montant de 12 000 € à 39 750 € selon la situation et le projet.
  • Le nouveau dispositif unique d’investissements dans les exploitations agricoles : « agriculture normande performante »
  • Les dispositifs d’aide à la transformation à la ferme et aux industries agroalimentaires
  • Les mesures agroenvironnementales et climatiques dans le cadre de la campagne PAC 2017
  • L’indemnité compensatoire d’handicaps naturels (ICHN) est effective sur 23 % du territoire ex-bas-normand

De même, tous les dispositifs exclusivement « Région » prévus sont désormais opérationnels, à l’exception du fonds de garantie des fermages dont l’ouverture est prévue en septembre :

  • Dispositif conseil stratégique et économique avec l’agrément d’une trentaine d’organismes agricoles prévus lors de la prochaine commission permanente
  • Dispositifs permettant d’accompagner l’émergence, la structuration et le développement des filières de qualité, ainsi que la promotion et valorisation
  • Renforcement des organisations de producteurs  (start Op et Association OP)
  • Normandisation des cheptels (l’objectif est d’augmenter la proportion de vaches de races normandes dans les élevages (lait-viande) : systèmes herbagers, AOP fromagères, viande)
  • Booster Agri-Inno (dont l’objectif est d’apporter un complément de financement sur des projets ayant obtenu des financements nationaux/européens) et l’AMI sur l’innovation agricole

 

Les chiffres clés de l’Agriculture et de l’élevage en Normandie

et dans l’Orne :

 

Normandie :

  • 60 millions d’euros consacrés chaque année par la Région Normandie à l’agriculture (40 millions de crédits européens et 20 millions de crédits Région)
  • 31 365 exploitations agricoles
  • 43 423 exploitants agricoles
  • Un produit agricole d’environ 4 milliards d’euros
  • 1ère région productrice de fromages au lait de vache (avec 580 000 vaches laitières, soit 16 % du troupeau laitier français)
  • 4ème région pour son effectif bovin total (derrière les régions Auvergne-Rhône Alpes, Pays de Loire et Nouvelle Aquitaine) avec 2,2 millions de têtes se répartissant en 26 % de vaches laitières, 26 % de veaux et élèves, 16 % de génisses laitières, 11 % de vaches allaitantes, 6 % de génisses nourrices, 5 % de génisses de viande, 10 % de mâles laitiers ou viande
  • 2ème région en production de viande bovine totale avec près de 190 000 tonnes carcasse produite (derrière les Pays de Loire)
  • 2 exploitations sur 3 détiennent un cheptel bovin, lait ou viande.
  • 11 abattoirs gros bovins  normands répartis sur le territoire
  • 1ère région française productrice de fromages au lait de vache (444 000 tonnes), beurre et crème (112 000 tonnes), pommes à cidre (350 000 tonnes), lin textile (333 000 tonnes), poireaux (38 500 tonnes), chevaux (108 000)
  • 13 AOP-AOC 
  • 7 IGP-IG
  • 14 labels rouges
  • 1 260 exploitations en agriculture bio

 

Orne :

  • 24 % du cheptel bovin normand (1er département normand à quasi égalité avec le Calvados et la Seine-Maritime)
  • 2ème département laitier normand avec 106 000 vaches laitières (derrière la Manche)