Lui, le petit, l'élégant cherbourgeois bas-normand passant le relais à l'autre, le grand charmant havrais haut-normand sur le perron de l'hôtel de Matignon, à Paris, ce 15 mai 2017 en début d'après midi:

Les commentateurs médiatiques ont relevé sans peine que la passation de pouvoir du Premier ministre à Matignon n'en était pas vraiment une... Matignon reste acquis à la Normandie. Et des qualités prêtées aux Normands, il fut même question dans les discours emprunt de respect réciproque entre Bernard Cazeneuve et Edouard Philippe...

discours1280_reference

Pour une fois que la Normandie est, enfin, à l'honneur au coeur du cirque politico-médiatique parisien avec ses valeurs voire, un projet politique pour trouver une solution à la crise sociale, culturelle et politique dans laquelle nous sommes collectivement plongés.

Le premier pour rappeler au second que la tâche qui l'attend va être extrêmement difficile et qu'il faudra apaiser et chercher les compromis car, le cherbourgeois d'adoption et de coeur de dire: "Les Normands sont imprégnés de l’esprit de sagesse. Et je crois qu’il faut de la sagesse dans ce moment si particulier dans lequel nous nous trouvons. Comme le disait Tocqueville, les Normands sont violemment modérés."

L'idée est très juste: c'est même LE projet politique normand.

Pour mémoire, relire ceci:

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/02/05/34898653.html

Mais ce n'est pas Alexis de Tocqueville qui est l'auteur de la célèbre formule mais un havrais, André Siegfried, le célèbre fondateur de la science politique en France et frère de Jules, un grand maire du Havre... justement. On la trouvera dans le texte d'une célèbre conférence intitulée "psychologie du Normand" qu'André Siegfried prononça devant l'académie des arts et belles lettres de Rouen le 4 février 1955.

tableau_france_ouest

Le second pour rappeler au premier que "les Normands peuvent être aussi conquérants" histoire de rappeler qu'il va falloir aller à la bataille de l'Assemblée Nationale avec une armée de néophytes composée de bric et de broc: le matin d'Hastings, Guillaume le Bâtard, pas encore le Conquérant pouvait se trouver dans la même situation. On connaît la suite de l'Histoire. Mais l'Histoire ne se répète jamais exactement de la même façon: on peut simplement ne pas l'oublier pour en tirer quelques leçons afin d'éviter que le retour de l'Histoire ne soit pire que la dernière fois.

Ainsi, puisque les élections législatives de juin 2017 auront une importance politique plus grande que l'élection présidentielle elle-même et ce, pour la première fois dans l'histoire de la 5ème République, on peut dire, en conséquence, que la passation de pouvoir à Matignon revêt plus d'importance politique que celle, plus grandiloquente et solennelle, qui fut faite à l'Elysée dimanche 7 mai entre les deux présidents d'une certaine continuité...

Compte tenu de la feuille de route affichée par le président Macron et ce qui, déjà, transparait de sa conception du gouvernement, la force modératrice d'un Normand à Matignon ne sera pas de trop face à un apprenti... Bonaparte qui s'est mis en tête de réussir ses "cent jours".

https://www.publicsenat.fr/article/politique/matignon-un-normand-de-droite-succede-a-un-normand-de-gauche-60648

Passation-pouvoir-entre-Bernard-Cazeneuve-Edouard-Philippe-15-Matignon_2_1399_1059

Lire aussi l'analyse proposée par Ginette Bléry pour la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2201

Edouard Philippe Premier Ministre : une chance pour Normandie, une épine dans le pied de la droite ?

 Ginette Bléry

Idées. Un Normand succède à un Normand à Matignon et les éloges des vertus de la Région n’ont pas manqué dans les discours de passation des pouvoirs. Bernard Cazeneuve a cité Tocqueville : « les Normands sont violemment modérés » ce qui est une forme de la sagesse. Edouard Philippe, le maire du Havre a complété l’analyse en rappelant qu’ils sont aussi « conquérants », une qualité dont il va avoir besoin.

Le choix d’un Premier Ministre de droite et qui ne craint pas de l’affirmer, s’analyse de deux manières différentes : c’est à la fois le respect de la parole donnée d’un gouvernement d’ouverture qui ne se veut ni à droite, ni à gauche, mais c’est aussi une façon de mettre la droite en difficulté car il lui sera beaucoup plus difficile de s’opposer à l’un des siens. Pour savoir jusqu’où va le machiavélisme de ce choix, il faut d’abord attendre la composition du gouvernement pour découvrir comment s’y équilibrent la droite et la gauche. D’ailleurs les réactions dubitatives des élus de droite à cette nomination sont très éclairantes (cf. Réactions d’élus à la nomination d’Edouard Philippe).

Pour l’instant Edouard Philippe joue un peu les vedettes américaines, il faut attendre le résultat des législatives car un Premier Ministre ne peut gouverner sans majorité. Bien malin qui dira le résultat de ces élections avec des circonscriptions où vont s’affronter 6 à 10 candidats.

« C’est agréable de travailler avec lui »

Pour mieux connaître ce nouveau Premier Ministre de 46 ans, dont vous avez déjà lu partout qu’il cumule l’expérience du travail dans la société civile (avocat, travail chez Areva), et celle du parcours d’un élu traditionnel (conseiller municipal, conseiller régional, maire du Havre..), nous avons demandé à Jean-Baptiste Gastinne, conseiller municipal du Havre, vice-président de la Codah, vice-président du Conseil Régional comment sont les rapports professionnels avec Edouard Philippe ?

« C’est très agréable de travailler avec lui, il a une grande capacité d’écoute, il sait trancher et arbitrer rapidement. C’est une belle machine intellectuelle ». Pas de doutes les forts en thème ont pris la tête du gouvernement.

Alors peut-on espérer qu’enfin les intérêts de la Normandie seront pris en compte au gouvernement ?

Jean Baptiste Gastinne douche un peu nos espoirs.

« Ce n’est pas parce Fabius était normand qu’il a apporté quelque chose à la Région ».

Toutefois l’élu du Havre concède que la bonne connaissance d’Edouard Philippe du monde portuaire ne saurait qu’être bénéfique à la politique maritime de la France, de même qu’une bonne prise en compte de l’Axe Seine qui présente un intérêt national, pourrait être au programme. Mais le responsable des Transports de la Région espère aussi qu’il pensera à la LGV et aux problèmes ferroviaires spécifiques à la Normandie.

Maire et Ministre ?

Le premier ministre gardera-t-il son poste de maire du Havre ? Juridiquement rien ne s’y oppose, ce sont les parlementaires qui ne peuvent cumuler les fonctions exécutives et leur mandat, la preuve le ministre des armées Le Drian est président de la région Bretagne. Il est vraisemblable qu’Edouard Philippe attendra le résultat des législatives pour décider de son choix.

L’acceptation de ce poste de PM par Edouard Philippe ne manque pas de saveur quand on se souvient que lorsqu’il soutenait Alain Juppé pendant la campagne des primaires, il affirmait qu’il refuserait tout maroquin préférant sa mairie du Havre. Ministre de Juppé : non mais PM de Macron : oui. Le Président de la République sait assurément convaincre.

Ginette Bléry


 Commentaire de Florestan:

Qu'il nous soit permis de rendre ici un dernier hommage à Bernard Cazeneuve qui fut, assurément, le grand chef d'Etat du quinquennat de... François Hollande.

Aux dernières nouvelles, Bernard Cazeneuve, tel un Cicinnatus du Cotentin, souhaite revenir à Cherbourg pour y cultiver son jardin, au sens strict de l'expression et reprendre ses activités d'avocat:

http://www.tendanceouest.com/actualite-226591-bernard-cazeneuve-souhaiterait-se-reinvestir-dans-la-vie-locale-a-cherbourg.html

206515

http://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin-50100/vers-une-belle-aventure-pour-le-parc-de-la-fauconniere-cherbourg-4793303

Après avoir vu quelques horreurs de près, on comprend que le cherbourgeois Cazeneuve veuille chercher un peu d'apaisement dans un jardin: j'irai revoir ma Normandie?