Un ami du patrimoine normand nous a fait parvenir via notre compte Facebook la présentation et les photographies qui suivent au sujet de ce qui fut l'un des plus fastueux châteaux de Normandie: le château de Vassy à Brécey (Manche, Avranchin). Ce qui reste est encore impressionnant, à savoir le grand corps de logis qui était, autrefois, cantonné à chaque bout de grands pavillons carrés à haut comble qui furent démolis après la Révolution...

Ce monument n'est classé MH que depuis 2000 et il pourrait bénéficier de gros travaux de restauration et d'embellissement si les propriétaires actuels avaient l'idée d'en faire un élément important du tourisme résidentiel local haut de gamme que souhaite promouvoir la région Normandie.

En effet, au Portugal, une politique publique intégrée a été menée ces 20 dernières années pour restaurer et valoriser tout ce que les provinces du pays comportent de monastères, d'anciennes forteresses, de châteaux forts ou de grandes demeures ou de palais baroques pour les transformer en chambre d'hôtes ou en hôtel de tourisme avec prestation haut de gamme. On les appelle des "pousadas" et elles participent grandement d'une offre touristique haut de gamme qui permet au Portugal de se différencier de l'Espagne.

pousada1

https://www.skyscanner.fr/actualites/idees/les-5-plus-belles-pousadas-du-portugal/

Par exemple, à Viseu, petite ville du centre du Portugal, un ancien palais du centre ville a été transformé en hôtel de 80 chambres avec toutes les commodités nécessaires:

2425392_80_z

C'est le modèle économique qui a été suivi aussi à Rouen pour donner un avenir à un palais urbain du XVIe siècle: l'hôtel de Bourgtheroulde:

3594164_67_z

hotel-de-bourgtheroulde

Malgré les destructions liées à la Révolution, aux bombes de 1944 et aux modernisations dénaturantes et banalisantes des paysages ruraux de ces 50 dernières années, malgré cet acharnement à vouloir tout détruire et à tout enlaidir au nom du progrès, la Normandie dispose, encore, d'un patrimoine encore exceptionnel de châteaux, de manoirs et de demeures de caractère qui pourraient devenir l'armature d'un réseau touristique de chambres d'hôtes ou d'hôtels de charme ou de luxe à déployer sur tout le territoire normand.

A condition de s'en donner les moyens, à commencer par adapter les cadres juridiques et administratifs pour reconnaître enfin pleinement le statut d'entrepreneur pour les propriétaires qui souhaitent sauver, restaurer et valoriser ce patrimoine qui fait l'identité de notre région et l'intégrer dans l'économie régionale.

La politique des Pousadas au Portugal ou celle des belles demeures d'hôtes en Toscane ont été conçues comme des politiques publiques structurelles d'aménagement du territoire avec une réflexion stratégique d'intelligence territoriale.

Les intercommunalités rurales normandes et la région Normandie qui vient de se doter enfin d'un service du patrimoine régional doté de 37 millions d'euros sont au début de cette prise de conscience. Les propriétaires de tous ces beaux lieux de notre Normandie sont, dans leur grande majorité, conscients du potentiel et des enjeux. Mais ils se sentent abandonnés et écrasés de contraintes dès qu'il s'agit d'agir concrètement pour faire des travaux d'entretien ou pour monter un projet.

La Normandie, première région patrimoniale de France, a donc le devoir de montrer la voie dans ce domaine.


 Alain-Gilles Chaussat nous présente ce château: ce qui en reste demeure impressionnant...

Hier, (le 20 mai 2017) visite extérieure du Château de Vassy à Brécey, dit Le Logis. Texte de la base Mérimée : "Construit de 1613 à 1620 par la famille de Vassy sur le modèle des châteaux de Ducey, Sotteville, Chiffrevast et Crosville-sur-Douve, le château de Vassy comprenait à l'origine un grand corps de logis avec deux ailes latérales, cour d'honneur, jardins et avenues. Vidé de son mobilier à la Révolution, il fit l'objet de démolitions partielles au 19e siècle : les deux ailes latérales servirent de carrière de pierre, les cheminées monumentales furent enlevées, retaillées et remontées au château de Bonnefontaine, près d'Antrain (Ille-et-Vilaine) et au château Saint-Blaise à Bricquebec, les jardins, avenues et plans d'eau disparurent également. En 1910, il fut acquis par la famille de Larturière qui entreprit de le sauver. Il a conservé un très bel escalier tournant à six noyaux, à volées simples et doubles alternantes, en brique et granit, avec des balustres carrées en pierre de Vernon, construit au début du 17e siècle."

18555931_10155361260384173_746994901328177525_n

18527340_10155361259869173_6562704826344629322_o

18559023_10155361259849173_832197718460087518_o

18623231_10155361260119173_3771642043634291562_o

18588756_10155361259874173_7019678189119342799_o

http://patrimoine-de-france.com/manche/brecey/chateau-de-vassy-dit-aussi-le-logis-1.php

Château de Vassy dit aussi Le Logis à Brecey

Dans le XVIe siècle Brecey passa aux Vassy. A la fin de ce siècle, un d'eux embrassa le calvinisme, épousa Louise de Montgommery, sœur de Gabriel H, le constructeur du château de Ducey, et bâtit le château actuel de Brecey, auquel il adjoignit un prêche. C'est sans doute celui-là que Masseville désigne , lorsqu'il cite un de Brecey parmi les protestants de notre province '. La famille des Vassy, alliée aux Montgommery, l'était aussi aux seigneurs d'Harcourt.

Gabriel-Henri de Vassy-Brecey combattit vaillamment à la bataille de Leuse , où il perdit la vie à la tête de sa brigade , en 1691. Il fit preuve de soixante-quatre quartiers de noblesse, lorsqu'il fut reçu chevalier de Saint-Lazare.

Le château de Brecey et les Vassy sont cités dans la Recherche de Chamillard.

Les armes de Brecey étaient d'hermine au lion de gueule rampant.

Le château de Brecey était aux Vassy à l'époque de la Révolution. A cette époque il fut nationalisé et vendu à un négociant de Granville, M. Campion.

Après la mention de l'ancien château-fort de Brecey , qui n'existe plus, et après l'histoire des seigneurs, se place naturellement la description du château de plaisance des Vassy qui existe encore.

Un Anglais observateur et quelquefois poète, M. le docteur Hairby, a assez bien peint le site du château et l'impression produite par la vue de ce monument, tel que le temps et l'homme l'ont fait.

« Le paysage d'alentour renferme des ondulations étendues, ressemblant à quelques parties de l'Angleterre pour la richesse pittoresque, une rivière que l'on dit abonder en truites et une longue et étroite avenue qui marquait l'approche de la résidence d'un noble, avant que la Laine de l'aristocratie causât la ruine des nobles édifices qui survivent comme des souvenirs de la désolation des familles qui tinrent un haut rang sur la terre. Là où les pas des guerriers résonnaient, où le clairon appelait à la bataille ou à la chasse, l'ignoble coq de fumier reste le seul habitant, et chante comme pour railler l'orgueil et la grandeur de l'homme. »

Le château de Brecey est situé dans la vallée de la Sée sur un terrain plat : sa situation et sa fastueuse architecture révèlent des temps pacifiques et le luxe des grands seigneurs. Des chasses de châtaigniers ou de hêtres conduisent au château dont on aperçoit d'assez loin les girouettes inclinées, les cheminées rouges aux ceintures blanches et les deux pavillons a toit aigu. Un beau lichen dore les murailles. Ce qui frappe d'abord a sa vue, c'est la désolation de ses cours, le délabrement de l'édifice et la mutilation de ses parties. Une des ailes a été détruite, l'autre est mal raccordée, le vaste écusson a été gratté, les fenêtres sont vides ou déshonorées par des planches ou des bottes de foin. L'intérieur inspire encore plus vivement les tristes pensées, parce que les souillures modernes sont mêlées de beaux débris du passé, statues, poutres peintes, plafonds sculptés, trophées d'armes, peintures, consoles armoriées. Le style du château de Brecey est plus simple que celui de Ducey, dont il est le contemporain : c'est le style de la Renaissance altéré par le XVIIe siècle. Il fut bâti vers 1620 par un de Vassy, seigneur de Brecey, qui avait épousé Louise Montgommery, la sœur de Gabriel II, lequel bâtit celui de Ducey vers la même époque.

La disposition générale offre deux façades à fronton infléchi, par derrière, deux pavillons peu saillants et, par devant, une aile en partie refaite et la naissance d'une autre aujourd'hui détruite. La construction est généralement plate et rectangulaire : Les seuls ornements qu'on puisse signaler sont les modifions des corniches, des linteaux sculptés, des prismes encadrés, des plates-bandes et des écussons. L'entrée principale est plus simple que celle du château de Ducey et n'a pas de perron. Les matériaux sont le granit qui forme les reliefs et une brique très-mince qui remplit les fonds et communique à tout l'édifice un air pittoresque et original. Comme à Ducey, les caves sont fort belles : ce sont des voûtes robustes aux arêtes fines et bien filées, sur des parois robustes. On y remarque une salle , peut-être une salle de bains, dont l'élégante cheminée est portée par deux sveltes colonnes doriques monolithiques.

La partie la plus grandiose de l'édifice, quoiqu'elle soit dure à l'œil, est l'escalier central carré qui s'élance des caves jusqu'aux combles sur ses quatre piliers carrés, avec des volées alternativement simples et doubles, bordées d'italiennes, les simples portées sur des voûtes à quatre travées peintes en grisaille , et les doubles appuyées au mur. Au rez-de-chaussée sont les salles à manger. Une d'elles naguère encore était toute brillante de peintures éclatantes, de guirlandes pendantes en bois sculpté et de dorures délicates. Ce beau revêtement et ce plafond splendide ont été récemment vendus à une descendante des de Vassy. Au premier étage on distingue surtout la salle des Gardes avec ses beaux trophées antiques, ses poutres revêtues d'arabesques bleu et or, avec des M et des V croisés, ses lambris en grisaille, sa fastueuse cheminée à cariatides et à colonnes, ses statues, entre autres la Force et la Paix.

Dans les combles, on peut admirer de belles charpentes. Le château de Brecey, comme celui de Ducey, fort remarquable en lui-même , est surtout précieux comme type dans les développements et les altérations de l'architecture. Il appartient à- cette décadence de la Renaissance dont le Palais du Luxembourg est le modèle, et dont Jacques Debrosse est l'architecte. Sous la régence de Marie de Médicis s'introduisit en France le genre italien qui altéra la Renaissance , ce gracieux compromis entre deux grandes architectures. Le pilastre succéda à la colonne, l'ove à la fenêtre et à la rosace, la corniche aiguë au chapiteau, l'arc en berceau à la voûte semi-circulaire ou ogivale , le relief en bossage remplaça les sculptures, la balustrade à l'italienne remplaça la broderie ouvragée. Une sécheresse régulière succédait à une richesse folle et exubérante. A cette époque, de 1600 à 1620 , s'élevèrent le Luxembourg, la grande Salle des Pas-Perdus, le Val-de-Grace, le portail de Saint-Gervais ; c'était l'époque des Deloime, des Lescot, des Du Cerceau, des Debrosse, architectes habiles qui connaissaient la statique et Vignole , mais qui n'avaient pas l'imagination puissante et riche des artistes du passé.

Source : Avranchin monumental et historique, Volume 1 par Edouard Le Héricher en 1845.

Château de Vassy dit aussi Le Logis à Brecey
Crédit photo : bebert (Château de Vassy dit aussi Le Logis, brecey)

bâtiment classé.