Au XVIIe siècle avant que l'éteignoir louisquatorzien n'étouffe les lumières locales, Caen avait été surnommée "l'Athènes normande" dans une lettre envoyé à Madame de Sévigné par Segrais, le secrétaire de l'académie des arts, sciences et belles lettres de Caen car la célèbre marquise avait été charmée lors de son séjour dans la cité normande par la présence nombreuse de forts beaux esprits qui par leur érudition et leurs publications faisaient la réputation de notre ville dotée d'une université depuis 1432...

Cette tradition intellectuelle caennaise commencée à la fin du XVIe siècle culminera au XVIIe siècle avec le poète grammairien helléniste François Malherbe, le pasteur archéologue bibliste et linguiste polyglotte Samuel Bochart, le fin lettré Pierre-Daniel Huet ou le poète  Moisant de Brieux, avant de se continuer, avec des hauts et des bas, avec le musicologue Sébastien de Brossard, le chimiste Vauquelin, le poète Malfilâtre, l'astronome et mathématicien Pierre-Simon de Laplace, l'archéologue médiéviste Arcisse De Caumont pour se perpétuer jusqu'au XXe siècle avec le musicien Gabriel Dupont, l'écrivain géographe Julien Gracq, le poète Francis Ponge et se poursuivre, après la grande tragédie des bombes de 1944, grâce aux professeurs qui firent la réputation nationale et internationale de la vieille Alma mater universitaire normande au tournant des années 1970 avec Claude Lefort dans la philosophie, Pierre Barbéris pour la littérature, Pierre Chaunu pour l'histoire ou Armand Frémont pour la géographie... Voilà pour les sciences dites "humaines et sociales". Du côté de la recherche fondamentale en physique nucléaire, la place universitaire caennaise devenait une place d'envergure mondiale avec l'installation du Grand Accélérateur National d'Ions Lourds (GANIL) à partir de 1986.

En 2002, avec la fondation de l'université populaire de Caen à l'initiative du philosophe normand Michel Onfray, cette belle tradition intellectuelle caennaise se trouve relancée d'une manière inattendue et médiatique: des milliers d'auditeurs libres venus de toute la région et voire de bien au delà se pressent aux cours dispensés gratuitement par le célèbre philosophe et l'équipe d'une quinzaine de collaborateurs qui l'entoure désormais pour proposer cours et séminaires sur les sujets les plus variés.

C'est ainsi que nous participons à cette belle aventure intellectuelle et collective depuis 2008 en proposant un séminaire consacré à la question régionale normande.

Depuis la réunification normande et l'arrivée d'une nouvelle majorité politique à la région avec Hervé Morin, l'université populaire de Caen  est, enfin, considérée par les autorités publiques comme un élément important contribuant au rayonnement du territoire normand: d'ici deux ans, l'université populaire de Caen disposera, enfin, de son propre bâtiment qui sera situé dans le nouveau quartier de la Prequ'île dans le centre ville.

En attendant ce futur lieu, Michel Onfray, lance l'idée de créer à Caen un festival de Philosophie: cet événement aura lieu au Zénith de Caen à partir du 10 juillet 2017.


 

caen-une-semaine-de-philosophie-avec-michel-onfray

Festival de Philosophie Université Populaire de Caen Michel ONFRAY

Proposé par EVUP Solutions

10 Juillet 2017 11:00 - 16 Juillet 2017 18:00

 Les billets sont nominatifs et valables pour toutes les séances.

Pendant des siècles, la philosophie a utilisé un langage simple qui permettait aux plus grand nombre d’y accéder. Avec l’université, elle est devenue tardivement une discipline de professeur réservée aux initiés.

Michel Onfray propose de retrouver l’esprit de la philosophie antique : faire de la philosophie sans verbiage.

Pendant une semaine, entre le lundi 10 et le dimanche 16 juillet 2017, 14 juillet compris, le matin, à partir de 11h, cours (suivi d’un moment consacré aux questions-réponses avec le public), puis le soir à 18h, cours (suivi également d’un moment consacré aux questions-réponses avec le public), il y sera question : de ce qui distingue les hommes des animaux ; de la haine de la vie et de la passion pour la mort qui animent les amateurs de la tauromachie ; du vieux culte solaire qui constitue le fond de la religion chrétienne ; de la symbolique architecturale de nos églises ; de la nécessité de philosopher en compagnie des astrophysiciens ; des effets dépressifs produits par l’ignorance de la place que nous occupons dans le cosmos ; de la nécessité de construire un épicurisme contemporain ; du ménage qu’il faut faire dans la poésie verbeuse ; de la simplicité et de la vérité de la poésie japonaise ; des restes de christianisme présents dans l’art contemporain ; de la consolation que donne un sage usage de la nature ; de la musique comme art d’entrer véritablement dans le monde - et de beaucoup d’autres choses…

 Pour réserver vos billets... gratuits, c'est par ici:

http://www.billet.evup.io/billetterie-72-65343