Dans le pays qui produit encore annuellement la 5ème richesse mondiale, il est parfaitement scandaleux d'accepter sans rien dire ni rien faire que des familles entières avec enfants en bas âge soient contraintes de dormir... dehors ! C'est pourtant ce qui arrive très régulièrement et, semble-t-il, de plus en plus, dans nos grandes villes en France mais aussi en Normandie.

Jusqu'à présent, le réflexe légitimement civique des habitants lorsque leur conscience, lassée d'être heurtée d'avoir à constater la misère humaine exposée sur le trottoir, était d'alerter les autorités publiques (police, pompiers, service d'urgence de l'hôpital) ou de faire confiance aux services publics ou à la solidarité institutionnelle et organisée par l'Etat Providence dont nous payons les impôts.

Sauf que ce dernier, à commencer par la préfecture dont la première mission est de garantir sur son périmètre territorial l'ordre public républicain qui consiste à veiller à ce qu'aucun être humain vivant n'ait sa vie mise en danger ou dégradée par la misère, semble être en défaillance face à l'accumulation des urgences (une réelle montée de la pauvreté et de la précarité dans le pays couplée à la plus grave crise humanitaire aux frontières de l'Europe depuis la Seconde guerre mondiale) mais aussi face au manque chronique de moyens alloués au fonctionnement des services publics.

Sans parler que la négation concrète des grands principes inscrits aux frontons de nos bâtiments officiels provoque des situations absurdes dont les plus faibles d'entre nous font toujours les frais, à commencer par les enfants.

Dans certains cas, la démission de l'Etat central jacobin soit-disant "républicain" est devenue totale au point que la société civile est obligée de prendre le relais jusqu'à un certain point car il est aussi très inquiétant de faire, de plus en plus, le constat que l'Etat central jacobin, bien que défaillant, est à ce point jaloux de ses prérogatives qu'il a tendance à réprimer la légitime défense sociale et humanitaire exercée par les citoyens comme il réprime habituellement la légitime défense.

La répression de la solidarité rappelle les périodes les plus noires de notre histoire contemporaine...

On rappelera ici que le devoir de résister à l'arbitraire d'un pouvoir défaillant ou incompétent était inscrit dans le droit normand depuis la fin du XIe siècle...

08-06-2017 09;28;50