Les citoyens normands qui disposent pourtant d'un remarquable patrimoine historique pour exercer un minimum de lucidité politique ne feront pas exception:

12669299

12669339

(en violet: les candidats LREM arrivés en tête au premier tour du 11 juin 2017)

Le raz de marée en marche vers la Macronie déferle ici aussi avec une moyenne qui voisine les 30% dans les circonscriptions normandes pour le candidat "républicain" qui marche pour passer largement devant le candidat "les républicains" qui ne marche plus. Les autres, frontistes et insoumis sont loin derrière autour de 12%. Quant au Parti socialiste, c'est une ruine fumante qui a enseveli sous la barre des 10% ceux qui ne l'avaient pas fui suffisamment tôt pour se sauver avec ceux qui marchent vers on ne sait toujours pas exactement où ou vers quoi...

Les projections en sièges dans la future Assemblée Nationale des résultats du premier tour (en attendant la confirmation du second tour) pour la République "en marche" donnent un maximum possible de... 455 sièges de députés sur 576 (!!!) pour soutenir le gouvernement voulu par Emmanuel Macron: on n'avait jamais vu une majorité aussi massive depuis 1958 !

Ce "dégagisme" sur les bancs de l'Assemblée Nationale pourrait paraître salutaire car il fallait bien renouveler une classe politique qui s'était à ce point professionnalisée qu'elle s'était concrètement coupée des réalités sociales et concrètes vécues par nos concitoyens. Mais le remède ne risque-t-il pas d'être pire que le mal?

Car l'autre évenement de la soirée électorale historique que l'on vient de vivre c'est qu'on n'a, aussi, jamais vu depuis 1958 une abstention aussi massive pour une élection législative qui est pourtant essentielle en démocratie car elle détermine la façon dont les citoyens veulent être gouvernés et les projets que les citoyens souhaitent voir mise en oeuvre.

L'abstention, le voilà le véritable raz de marée de la soirée !

19059294_10207007975158443_3603825204499523278_n

En effet, c'est plus de... 51 % des électeurs qui ne se sont pas déplacés pour aller voter ! Et s'il fallait ajouter aux abstentionnistes, les votes blancs et ceux qui ne se sont même pas inscrits sur les listes électorales, le chiffre de non participation réelle au vote exprimé pourrait voisiner les... 60% du corps électoral !!!

Et si l'on tient compte du profil socio-culturel majoritaire chez les abstentionnistes, on peut parler de rétablissement d'une sorte de vote censitaire...

En raison de l'effet amplificateur du mode de scrutin (scrutin majoritaire à deux tours), au soir du 18 juin 2017, la nouvelle majorité gouvernementale pourrait occuper jusqu'à 80% des sièges de l'Assemblée "Nationale" (on rajoute les guillemets) alors que, tout au plus, 30%  des 40% du corps électoral de nationalité française qui ont eu le courage d'aller mettre un bulletin dans une urne en ce 11 juin 2017, se sont exprimés en faveur de ces futurs députés inexpérimentés dans l'ordre politique pour la plupart d'entre eux (quand il ne s'agit pas de recycler quelques députés du vieux monde politique sortant pour faire du neuf avec du vieux) et dont le premier acte législatif consistera à transférer au gouvernement leur pouvoir de légiférer (future loi de réforme du code du travail par ordonnances) ou de voter l'insertion dans le droit commun des dispositions extraordinaires d'un état d'urgence prolongé indéfiniment.

Pour la démocratie parlementaire et représentative évoluée et expérimentée que prétend être notre 5ème République française, c'est une situation quelque peu... indigne  sinon dangereuse !

Car il ne saurait y avoir de vraie démocratie sans une vraie représentativité des représentants du peuple, sans une vraie autonomie du pouvoir législatif vis-à-vis du pouvoir exécutif afin d'assurer le contrôle du gouvernement, et enfin, sans une vraie opposition politique reconnue et encadrée par les institutions démocratiques et républicaines.

Le dernier point pourrait être le plus inquiétant: derrière un Parti socialiste en ruines et une gauche parlementaire en miettes, l'opposition de gauche est "à la rue" et ce dans tous les sens de l'expression. D'aucuns se préparent, en effet, à poursuivre le débat politique indispensable dans la rue faute de pouvoir le faire réellement au Parlement.

A droite ce n'est guère mieux car la droite républicaine conservatrice et une partie du centre droit encore présent à l'Assemblée Nationale risquent d'être totalement neutralisés par le nouveau parti présidentiel qui reprend en grande partie son programme: l'opération de triangulation idéologique a parfaitement fonctionné pour remporter les élections. Mais pas sûr que le dépassement du clivage structurel et structurant "gauche / droite" ne fasse un véritable programme de gouvernement avec ses arbitrages et ses rapports de force.

Comme nous l'avons dit ici, la girouette peut être utile pour savoir d'où vient le vent mais c'est la boussole qui aide à fixer le cap.

On connaît ce proverbe latin: "la roche tarpéienne est proche du Capitole".

Ce qui veut dire que l'ambitieux qui vient de vaincre peut être vaincu par les conséquences de sa victoire si la lucidité le quitte: au début, une majorité parlementaire aussi pléthorique qu'inexpérimentée sera, certainement, la plus belle et la plus grande chambre d'enregistrement dont pouvait rêver un exécutif soucieux de faire passer dans ses cent premiers jours toute la grosse ménagerie inquiétante de ces vilaines réformes peu populaires dont on n'ose jamais clairement parler dans un tract électoral.

Mais quand il faudra gérer sur le reste du quinquennat les conséquences sociales et politiques de ces réformes, quand reprendra de plus bel le procès en illégitimité démocratique qui n'a jamais cessé d'un monarque républicain arrivé premier dans un concours de circonstances (le fameux vote utile contre le Front National dont Michel Onfray nous propose l'histoire dans son dernier livre) après n'avoir rassemblé que 24% des électeurs au premier tour de la présidentielle, il faut craindre que cette majorité parlementaire monstrueuse ne devienne, à terme, ingouvernable et que l'opposition au quinquennat Macron la plus destabilisante ne provienne de députés qui refusent, enfin, de marcher plus loin dans une combine politique qui ressemble furieusement aux combines du vieux monde politique.

La chose s'est déjà vue sous la 5ème République notamment avec les majorités gaullistes des années 1960 et 1970: à côté de ce qui pourrait surgir du sein de ce grand magma informe encore "en marche", l'épisode des frondeurs du Hollandisme, pourra passer pour une aimable plaisanterie...

C'est ainsi que nous touchons les limites de notre démocratie parlementaire  avec cette 5ème République "optimisée" par son nouveau monarque "jupitérien" avec les trois questions essentielles suivantes:

1° Réformer le mode de scrutin en introduisant la proportionnelle pour les représentants du peuple des électeurs le soient vraiment.

2° Restaurer l'indépendance du pouvoir législatif vis-à-vis du pouvoir exécutif en redonnant à la majorité parlementaire l'essentiel du pouvoir de l'initiative de la loi, le pouvoir de contrôler l'action du gouvernement, le pouvoir de vérifier l'application des lois, le pouvoir de légiférer sans être influencé par des lobbies puissants...

3° Redonner de l'enjeu politique aux élections législatives en élisant les députés aux mêmes dates que les deux tours de l'élection présidentielle.

Mais revenons, pour finir, sur la question essentielle du statut de l'opposition politique pendant le quinquennat Macron (notons, en passant, que jamais je n'aurais pensé avoir à écrire une telle phrase en France...):

Cette opposition rejetée à la rue sur son flanc gauche ou neutralisée à l'Assemblée Nationale sur son flanc droit pourrait s'exprimer utilement et parfaitement légitimement ailleurs, bien ailleurs:

La machine politique Macron étant le dernier avatar d'un jacobinisme parisien en perte de vitesse, il reste les territoires et leurs réalités concrètes pour construire sur les sujets les plus sensibles d'un agenda présidentiel qui reste caché, une nécessaire et légitime opposition républicaine girondine dans nos communes, nos intercommunalités, nos départements et nos régions surtout lorsqu'on a la chance de disposer d'une vraie et authentique région comme ici en Normandie.

Car il ne faut pas oublier le Sénat où, pour d'évidentes raisons de calendrier électoral, le raz de marée macronnien n'est pas (encore?) passé: il faudra attendre les prochaines élections sénatoriales à l'automne 2017. En attendant, les députés novices de la Macronie vont découvrir le pouvoir de nuisance du vieux monde politique encore réfugié au Sénat, tandis qu'au Sénat certains pourraient redorer le blason passablement terni par les affaires d'un train de vie de sénateur quelque peu opaque en faisant du Palais du Luxembourg le siège principal de l'indispensable opposition démocratique et républicaine à Emmanuel Macron pour lui enlever, définitivement, toute illusion ... despotique.

Tendance Ouest proposait en cette soirée électorale du 11 juin 2017 quatre directs en plateau pour nous proposer depuis Saint Lô, Caen, Rouen et Le Havre un tour d'horizon complet de la Normandie politique.

http://www.tendanceouest.com/

legislatives_2017

On vous signale, en particulier, l'excellente analyse de la situation proposée très lucidement par Jean-Léonce DUPONT, président du conseil départemental du Calvados et ancien sénateur UDI: analyse toute en lucidité normande et girondine que nous partageons totalement... (vidéo du direct à Caen, aux alentours de la 34ème minute).

Pour voir les vidéos:

L'intervention de Jean-Léonce Dupont au micro de Tendance Ouest avant de passer à l'antenne... Mais aussi celle de Nicolas Mayer-Rossignol qui reconnait la défaite du Parti socialiste et celle d'Alain Tourret qu'on pourra trouver inquiétante si l'on considère qu'un enfer peut être pavé de bonnes intentions (il ne répond pas à la question de la journaliste).

http://www.tendanceouest.com/live-111-replay-le-premier-tour-des-elections-legislatives-en-normandie.html

Le direct vidéo depuis les studios de Tendance Ouest à Caen:

https://www.youtube.com/embed/V2qwiDpXVO0


Voir aussi l'analyse proposée par Franck Boitelle pour Paris-Normandie:

http://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/legislatives--la-normandie-se-met-en-marche-IA9992820?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=2a5f73d1b4-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-2a5f73d1b4-137315997

Législatives : la Normandie se met En Marche

image_content_22272192_20170611234838

Analyse. La République en Marche se trouve en position favorable dans la grande majorité des 28 circonscriptions de la région. Seules celles où le parti présidentiel s’était abstenu - à l’exception notable de la 8e, au Havre - échappent à cette vague macroniste à relativiser tout de même compte tenu de la faiblesse de la participation.

Hier soir à l’heure du dépouillement, la question n’était pas de savoir si les représentants du parti présidentiel seraient au second tour, mais de connaître leur avance et leur marge de manœuvre face aux autres candidats qualifiés dans un paysage politique profondément recomposé par La République en marche et par la très nette poussée du Front national au premier tour de la présidentielle.

Le doute était très vite levé : en Normandie aussi, la vague macroniste a balayé les territoires, à l’exception des circonscriptions préservées, celle du Havre où concourait Agnès Firmin-Le Bodo (LR), une proche du Premier ministre Édouard Philippe ; dans la 5e de Seine-Maritime avec le socialiste sortant Christophe Bouillon et dans la 1re de l’Orne où son collègue du PS Joaquim Pueyo se qualifie pour le second tour. Dans l’Eure, il faut évidemment citer la circonscription du ministre de l’Économie et ex-Républicain Bruno Le Maire, qui se qualifie comme prévu dans un fauteuil sous les couleurs de la majorité présidentielle.

Dans l’Eure également, l’ex-UDI Marie Tamarelle-Verhaeghe (LREM) vire en tête devant le jeune secrétaire départemental du FN, Timothée Houssin dans la 3e circonscription. Même chose dans la 3e du Calvados, où Florence Lehericy, elle aussi investie par LREM, devance de plus de 3 000 bulletins le Républicain Sébastien Leclerc. En Seine-Maritime, le candidat communiste Jean-Paul Lecoq prend une revanche sur l’élection de 2012 dans la 8e, et devance de 900 voix Béatrice Delamotte (LREM).

Partout ailleurs, c’est un raz-de-marée LREM, à relativiser tout de même au regard de la faiblesse de la mobilisation des électeurs, avec moins d’un inscrit s’étant senti concerné dans l’Eure et à peine plus en Seine-Maritime. Comme à la présidentielle, les plus assidus étant ceux du Calvados, de la Manche et de l’Orne.

L’Orne, où ce sont les Républicains qui collectent le plus grand nombre de voix (28 855), compte tenu de l’absence d’opposition LREM au PS Joaquim Pueyo, et où il y aura des duels LREM-LR dans les deux autres circonscriptions, dont celle de la députée sortante Véronique Louwagie. Battu en 2012, Jérôme Nury (LR) a une seconde chance face à Isabelle Boscher (LREM).

Avec 38,38 % des suffrages, c’est dans la Manche que le parti présidentiel réalise ses meilleurs scores en Normandie. Il s’y prépare à trois duels contre des Républicains, avec des positions très favorables pour Bertrand Sorre et l’ex-socialiste, le député sortant Stéphane Travert.

Le Calvados, qui avait lui aussi placé Emmanuel Macron en tête le 23 avril dernier, confirme en accordant plus de 32 % des voix à LREM. Dans l’Eure, tous les duels du second tour opposeront un candidat de la majorité présidentielle à un adversaire du Front national, qui confirme donc son très fort ancrage dans le département. Enfin, si LREM réalise son plus faible score normand en Seine-Maritime (24,45 %), c’est là aussi l’effet des circonscriptions préservées, où des candidats « gouvernement compatibles » ont eu les coudées franches.

Cohérent, le Calvados vote La République en marche

Les six circonscriptions ont porté en tête un(e) candidat(e) engagé(e) derrière Emmanuel Macron, déjà plébiscité lui-même lors de l’élection présidentielle.
Cohérent, le Calvados s’apprête à contribuer à la large majorité promise au président de la République. En effet, le 23 avril dernier, Emmanuel Macron était déjà arrivé en première position avec près de 25 % des suffrages, devant François Fillon (20,70 %). Le deuxième tour s’était soldé par un très net 67,12 % en faveur du candidat d’En marche !. Hier, avec une abstention évaluée à 48,14 % (contre 40,38 % au premier tour en 2012 et 18 % au premier tour de la présidentielle 2017), tous les candidats de La République en marche sont arrivés en tête dans un département qui avait majoritairement voté à gauche cinq ans auparavant.
Les sortants en font ainsi les frais : Isabelle Attard (divers gauche, soutenue par EELV, le PS, le PC et La France insoumise), troisième à 18,20 % dans la 5e circonscription, ou encore l’ex-secrétaire d’État à la formation professionnelle et à l’apprentissage Clotilde Valter, éliminée et reléguée à la quatrième place avec 16 % des voix dans la 3e circonscription. Le constat vaut également à droite : mise en difficulté dans la 4e circonscription, la députée LR Nicole Ameline est nettement devancée par son adversaire de La République en marche Christophe Blanchet (39,72 % contre 23,80 %). La parlementaire, qui domine le fief depuis près de 25 ans, semble tout près de faire les frais du renouvellement.

Le raz de marée LREM dans la Manche

Dans les quatre circonscriptions de la Manche, c’est la République en Marche qui arrive en tête devant le PS et les Républicains.
Hier, la participation était en forte baisse dans la Manche par rapport au dernier scrutin. Dans l’isoloir, ce sont 52,4° % de votants qui se sont déplacés pour 47,60 % d’abstentionnistes. Lors du second tour de la Présidentielle, 78 % des Manchois s’étaient déplacés dans ce long et grand département rural et industriel. Dans les quatre circonscriptions - coupées en deux entre celle de l’ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve qui ne se représentait pas, un autre député socialiste et deux députés UMP - c’est la République en marche qui se taille la part du lion : elle arrive en tête partout. Avec 38 % des voix, LREM arrive donc première devant Les Républicains (22,27 %) et le Front National (11,79 %). Quatrième, la France Insoumise ne récolte que 8,91 % des voix.
Dans le détail, Blaise Mistler (REM) arrive en tête (23,77 %) devant Sonia Krimi (DIV) (16,89 %) dans la quatrième circonscription (celle du député sortant PS Bernard Cazeneuve). Dans la troisième circonscription, Stéphane Travers (LREM) devance avec 46,20 % Jean-Manuel Cousin (LR) (18,94 %). Dans la deuxième circonscription, Bertrand Sorre (LREM) est en tête avec 44,91 % Guénhaël Huet (LR) qui n’obtient que 27,26 % des voix. Enfin, dans la première circonscription, Benoîte Nouet (LREM) dépasse avec 35,35 % le député sortant et patron des élus LR de ce département, Philippe Gosselin (30,82 %) qui se retrouve en seconde position.

Les Républicains en pole position dans l’Orne

Les Républicains sauvent les meubles dans l’Orne en arrivant en tête dans le cumul des voix mais, dans le détail, la situation est plus complexe.
Hier pour le 1er tour des élections législatives, le taux de participation dans l’Orne était de 52,42 %. Lors du second tour de la Présidentielle, 78,16 % des électeurs s’étaient déplacés. De bons scores qui démentent le vote abstentionniste pourtant majoritaire hier dans de nombreuses circonscriptions normandes.
Avec 27,08 % des voix, Les Républicains arrivent en tête dans ce département rural de Normandie. Ils devancent La République en Marche (22,25 %), le Front National (14,10 %) et le Parti socialiste (11,54 %). La France Insoumise recueille 8,66 % des voix.
Dans le détail des circonscriptions la situation s’annonce plus serrée pour le second tour. Dans la première circonscription, le socialiste Joaquim Pueyo arrive en tête devant une divers droite Christine Roimier (20,97 %). Il devra compter sur les voix du candidat LR. Bertrand Deniaud (16,29 %) pour gagner. Dans la deuxième circonscription, Ophélie Lerouge (LREM) arrive en première position d’une courte tête face à la candidate LR Véronique Louwagie (30,91 %). Reste à savoir si les électeurs du Front national, arrivé en troisième position avec Francine Lavanry (16,44 %) se reporteront à droite. Enfin, dans la troisième circonscription, Isabelle Boscher (LREM) est en tête avec 34,64 % des suffrages. Ce candidat de la République en Marche sera opposé à Jérôme Nury, Les Républicains (33,47 %).
  Franck BOITELLE

 Quelques autres conséquences normandes:

1) La mort définitive de la Fabiusie... (OF 13 juin 2017 édition caennaise)

13-06-2017 13;31;54

Voir aussi la réaction rouennaise de Bruno Devaux (opposition LR au conseil municipal de Rouen):

http://www.bruno-devaux.com/le-blog/tout-le-blog/839-en-marche-avant-ou-arriere

Le premier tour des législatives a tranché sur Rouen : nous aurons un face à face REM /PS, M. ADAM face à Mme FOURNEYRON.

"Quel est l'intérêt des Rouennais  ? Force est de constater que le tandem formé par Mme FOURNEYRON et M. MAYER ROSSIGNOL n'a pas été capable, depuis qu'ils ont été élus, de préserver la place de Rouen dans la Normandie ni de la Normandie dans la France. L'axe Seine est passé aux oubliettes et Rouen pèse de moins en moins.

C'est pourquoi je voterai sans hésitation le 18 juin pour le candidat de la République En Marche, malgré les interrogations persistantes sur la politique qui sera menée par le Président de la République et le gouvernement.

J'ai néanmoins confiance en la capacité d'Edouard Philippe de replacer notre région, ses ports et son économie au coeur du développement national. Ce que n'ont pas su faire ni l'ancien Président de la Région, ni l'ancienne Députée-Maire de Rouen."

2) La réaction et l'analyse d'Hervé Morin, président de la Normandie (OF 13 juin 2017, édition caennaise):

13-06-2017 13;33;36