FAUT-IL DEGAGER François PHILIZOT?

francois-philizot-quittera-la-saone-et-loire-le-30-mars-prochain-pour-laisser-la-place-a-fabien-sudry-actuel-prefet-de-tarn-et-garonne-photo-b-m-1462194157

Depuis qu'Edouard PHILIPPE, le ci-devant maire du Havre qui a remonté la Seine en amont jusqu'à Matignon (Paris rive gauche: c'est d'un chic!), la question fondamentale de la GOUVERNANCE de l'AXE SEINE se pose plus que jamais.

Et cette question, nous n'avons jamais cessé de la poser sur l'Etoile de Normandie car c'est une question EXISTENTIELLE pour la Normandie. Mais aussi parce que nous avons la conviction que l'AXE SEINE, n'intéressant pas les pouvoirs parisiens, doit être "normandisé".

Concrètement, cela pose la question du rôle du préfet délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine François PHILIZOT qui est officiellement toujours en poste: comme l'air du temps est au "dégagisme" nous suivrons avec une attention particulière l'évolution politique d'un dossier qui est tout... sauf opérationnel tant qu'il restera piloté d'une sous-pente parisienne du 7ème arrondissement.

Le dernier numéro disponible de la Chronique de Normandie édité par Bertrand Tierce (N° 497 en date du 12 juin 2017) revient, non sans perspicacité, sur cette question essentielle.

Mais l'analyse proposée par Monsieur Tierce ci-dessous nous inquiètera autant que le sujet sur lequel elle se penche: en effet, on ne trouvera aucune allusion à la possibilité de faire émerger une SOLUTION AUTHENTIQUEMENT NORMANDE pour l'avenir de l'AXE SEINE:

Voilà qui est inquiétant de la part d'une feuille d'informations autorisées diffusée auprès des dirigeants normands, notamment du côté de l'ex Haute Normandie et d'une métropole rouennaise dont les acteurs n'ont pas encore compris qu'elle pouvait être, grâce au retour de l'unité normande, une véritable métropole régionale se donnant l'objectif de piloter un AXE SEINE NORMAND... Par exemple ! Au lieu de toujours tout attendre de... PARIS !

"Edouard Philippe et François Philizot...

Que va devenir François Philizot le délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine, qui prépare et anime depuis 2013 les travaux du comité directeur et participe à la définition du schéma stratégique de la vallée?

Il faut se poser la question.

Depuis deux ans, plusieurs grands élus de la région (on pense à Edouard Philippe et à Hervé Morin) ont régulièrement dénoncé l'absence de portage politique fort du projet de la part du gouvernement, en regrettant que l'affaire n'ait pas été directement confiée à un ministre influent.

"Monsieur Philizot est un homme de qualité, expliquait Edouard Philippe à la Chronique en 2016, mais il n'est que préfet et ses capacités d'initiative sont, de ce fait, limitées".

Edouard Philippe est aujourd'hui Premier ministre. Comment va-t-il relancer l'Axe Seine, en engageant durablement l'Etat et en redéfinissant la gouvernance du projet pour lui donner toute la force politique qu'il mérite.

L'équation est compliquée, pas facile de "mettre en ligne" l'Etat, les régions, les départements, les métropoles, grandes villes et agglomérations et les autres acteurs publics concernés.

Une autre question: la délégation interministérielle est-elle la formule la mieux adaptée pour porter un projet de cette envergure? Certains relancent l'idée de la création d'un Etablissement Public de la Vallée de la Seine tout en reconnaissant la difficulté de l'exercice avec des régions et des métropoles fortes et autonomes: "malheureusement, on n'est plus dans les années 1980 /1990" commente cet observateur sceptique.

De son côté, Jacques ATTALI qui connaît bien le Le Havre et le Grand Paris propose de "regrouper en une entité administrative unique le territoire allant de Paris au Havre, en donnant à cette entité tous les moyens d'améliorer la capacité du port, les liens entre le port et la capitale, et avec le reste du pays, en particulier avec Lille, pour que les Hauts-de-France ne deviennent pas une banlieue des Flandres."

On le voit, le problème de la gouvernance est clairement posé; les Normands attendent qu'Edouard Philippe s'exprime sur le sujet.

Il y a dix jours, François Philizot a rencontré le Premier ministre à la demande de ce dernier. C'est un signe encourageant, une marque d'intérêt.

Deux ministères sont préssentis pour porter le projet: celui de Nicolas Hulot (transition écologique et solidaire) et celui de Richard Ferrand (cohésion des territoires). On va y voir plus clair avec la publication prochaine des feuilles de route des ministères.

François Philizot a fait le point sur l'avancée des grands dossiers: le démarrage du chantier du "Serqueux-Gisors" avant la fin de l'année, le tracé de la LNPN à la même échéance (mais quelle maquette financière pour les 5,5 milliards d'euros nécessaires?), la consolidation d'HAROPA dans un contexte concurrentiel: des dossiers qu'Edouard Philippe connaît bien.

En tout cas, le préfet Philizot (qui est mutable tous les mercredis) a redit son engagement pour la vallée et son sentiment d'être utile en créant, pas après pas, les conditions d'une action collective positive. Il a toujours envie."


Commentaire de Florestan:

Ne pas dégager François Philizot tant que les grands décideurs et élus Normands n'auront pas encore compris qu'il était nécessaire de penser "Normandie" pour faire avancer l'Axe Seine: Hervé Morin dont il n'est aucunement question dans cet  article de la Chronique dite de "Normandie" se sentira bien seul surtout s'il s'agit de trouver une solution normande pour "la consolidation d'HAROPA dans un contexte concurrentiel".