Désormais, à un rythme et sur tous les sujets qu'il voudra, nous laissons carte blanche à notre ami Rémi PEZERIL de l'association MAGENE pour un billet en langue normande sur... l'Eteile de Normaundie car comme le disait le poète de Cherbourg Côtis- Capel dans une langue on peut tout dire...

Pour ce premier billet, Rémi nous propose un petit compte rendu savoureux à lire de son dernier voyage à Jersey en juin 2017:

DSC00599

DSC00626 ditoun dauns la pyirre à St-Hélyi

Men biâo p’tit Jèrri / Ma belle petite île de Jersey

Jersey est une île… coupée de la Normandie par l’histoire. Mais les États de Jersey ont décidé de sauver la langue normande, le jersiais.  Jèrri, ch’est eune île… L’histouère l’a copaée de tcheu nouos, la Normaundie faunçaise, en 1204 vo savaez byin.

I. Pouor viagi du Cotentin ou de Paris à Jèrri, fâot allaer en Bertanne !

   Touos l’s auns, no s’artroue à la faête de la laungue normaunde, eun coup à Guernési, eun coup sus la Graund Terre : à Bricbé, Quédhou, Avraunches ou Fotaine-eul-Bour (Payis de Câos) et la treisyîme feis à Jèrri, tréjous coume cha. Pouorqui ? No-z-aime byin les hardes des Annaées 1850 et les vuules daunches, mais itou les jannes qui rémôquent nos caunchouns, coume les Badlabecques de Jèrri ! Ch’est le moument de veî yoù que no-z-en est du normand, du guernésiais et du jèrriais, touos couosins ; cha que no-z-écrit de nouvé, histouères, countes, caunchouns ; cha que no met dauns les gâzettes, oû p’tit poste, dauns les bouorgs sus les pauncartes, et cha que no fait dauns l’s écoles… Je vas vouos en prêchi eun miot.

   Ch’t annaée, ch’tait les 16, 17 et 18 dé juin à Jèrri. « Les Normaunds de Paris » et leus accordéiouns, les Câochoués passîtent par Sant-Malo, et pis nouos âotes du Cotentin cha feut dé demême : pouor viagi du Cotentin à Jèrri, de Normaundie en Normaundie, fâot se racachi en Bertanne : déeus heures treis-quarts de rouote, et âotaunt pouor révenin… Cha fait byin du tort oû bi l’aun-querboune ! Touot cha rapport qu’à Cart’ret ou byin à Graunville, yavait paé de batiâos padaunt eune semanne. I fount paé grève, ni demeurent sus la grève !, nennin, ch’est qu’i ya paé assaez d’iâo dauns les ports : yavait brin assaez de maraée… Coume dit la caunchoun de Jèrri : « Tandi que mathinnièrs baivent, la mathée s’amende » ! (en jèrriais : le th ch’est un r eun miot rapetichi, Théo Capelle chaunte itou ch’té caunchoun, magène). Le baté de Maunche-Îles-Express est paé fait pouor chenna, fâot hâot d’iâo, i reste doun oû port eune semanne ! Ch’est byin la ponne qu’i couôte si chi és Maunchots : veyous, ch’est le Counsèl du Département qui l’a payi. Il ount paé de gingin quaund qu’il acatent de quei, parai !!

   Dé tchu coup, Nicolas et mei j’avouns prins « Le Coundor » qui vouos amène à Sant-Hélyi en eune heure et vingt mineutes. Cha vrouste, ch’est pouotaunt byin pus de miles qué de Cart’ret à Gorey d’aveu les étercelets ecsepresses : no se veit reide byin d’eune côte à l’âote. No yallait à pid du temps des Romans à ch’qué no dit. Yen a qui y vount à l’aviroun, mais fâot yête fait ! No dit itou à Cart’ret : « Bllaunche mé et nei Jèrri, i va plleure à câodrounaées ! »

   Eh byin no-z-y v’là paé mens oû termina à la renne Élisabé ! Les ammins jèrriais sount ilo à nouos attende et querrier les gens tcheu ieus ou à l’hôté. « Ah mais, yoù que sount-i les Guernésiais ? Ah hélô, i sount restaés fiquis dauns leus île : lus espèce de Coundor qui va de Guernèsi à Jèrri est restaé en rade. I fâora arvénin les qu’ri à sét heures oû sei. Eh byin i vount paé pouvi allaer à l’anniversaithe du couorounement de la renne, ch’est à syis heures à la maisoun du gouoverneus ! » « Dauns nous îles, je soumes les prisounyis des coumpagnins, o fount cha qu’o veulent sauns préveni ! » qu’i nouos disent.

   Alors pouor de mei, ch’est Geraint qui m’atcheule tcheu li mais i marche à pid et a ryin qu’eun vélo. Fraunçoués L’ Maîte nous prend dauns sa quérette. No roule à gâoche ch’paé ; parai que ch’tait pus quemode quand no-z-était à j’va de l’affouorqui sus sen fllaunc gâoche mais qu’i seit attaqui, et pis de cachi en demeuthaunt à gâoche du quemin sauns avei à travêqui la rouote. Les cavalyis avaient itou lus épées à gâoche rapport qu’il ’taient coupassous d’aman à dreite. Napoléioun a fait chaungi la couteume : marchiz à dreite ! Du coup, les Britanniques sount restaés à gâoche et les trans rouolent co à gâoche tcheu nouos. En touos cas, quaund que no marche à pid à St-Hélyi, fâot se gâraer des quérettes à pétrole qu’arrivent « du mâovais côtaé ». « I fount ryin coume l’s âotes ! » Mais cha fait dé de même déeus oûtos sus treis dauns le mounde qui marchent à gâoche, coume âotefeis tcheu nouos.

   (À suure : II. Sant-Hélyi d’accaunt Geraint. Sav-ous que la ville dé St-Hélyi ch’tait des marais ? Ch’est pouoqui que les Guernésiais ount bâilli eun bénoum és Jèrriais : les crapâods !)

Rémin Pézeri  

DSC00619 crapâod, emblème de Jèrri

DSC00602 Geraint Jennings

Geraint Jennings, jersiais qui cause le jerriais, la langue normande des îles...