Lire d'urgence cette brève rapportée par la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2323

Sébastien Jumel, le député normand ancien maire de Dieppe est déjà très actif à l'Assemblée Nationale pour défendre nos intérêts.

image_content_22049428_20170418182819


 

Le Brexit et la pêche : Fabienne Buccio déroute un navire anglais, Sébastien Jumel veille au grain pour les marins normands

 Comme le disait The Economist

En vue. Lundi 3 juillet, à la demande de la préfète de la Région Normandie, un navire de pêche britannique a été dérouté vers le port du Havre et le produit de sa pêche a été saisi. Jeudi 5 juillet Sébastien Jumel, député PC de Seine-Maritime, alerte le Gouvernement sur la réduction des zones de pêche pour les marins normands et bretons, si le Brexit est appliqué tel que le souhaite la Grande-Bretagne. Pas vraiment de rapport entre ces deux affaires, si ce n’est qu’elles montrent que la tension monte et que les esprits sont à vif pour défendre les intérêts maritimes nationaux.

Coquilles Saint-Jacques

Pour le navire dérouté, il s’agissait d’un chalutier britannique au large de Fécamp, en dehors des eaux territoriales françaises, suspecté de pêcher des coquilles Saint-Jacques sous la taille autorisée, compte tenu de cette période de l’année.

Le navire a été intercepté par le patrouilleur de la gendarmerie maritime Esteron et de fait il contenait des coquilles Saint-Jacques à son bord en dessous la taille autorisée.

La direction départementale des territoires et de la mer de la Seine maritime (délégation à la mer et au littoral) a procédé alors à la saisie de la pêche du navire.

Le capitaine du navire risque une peine d’amende allant jusqu’à 22 500 euros et la Préfète de rappeler : « Il était important que cette opération réussisse au moment où la France travaille avec  ses partenaires à la mise en place d’un régime de protection européen de la pêcherie de coquille Saint-Jacques en baie de Seine. Cette pêcherie est, en effet, un atout de l’économie maritime et littorale de la Normandie, et l’État veille à son exploitation durable. »

Partage halieutique du Channel

Sébastien Jumel, député de Seine-Maritime, vient d’interpeller le gouvernement, par une question écrite, sur la défense des intérêts de la pêche française dans le cadre de la négociation sur la sortie des Britanniques de l’UE. Il va, par ailleurs, solliciter un rendez auprès du ministre de l’Agriculture, en charge de la pêche, Stéphane Travert (LREM).

Cette intervention survient après l’annonce, le 3 juillet, par le Royaume-Uni de sa sortie de la convention de Londres sur la pêche, dans un délai de deux ans.

Conclus en 1964 par la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Irlande, cet accord autorise les pêcheurs ressortissants de ces six nations à travailler dans une bande comprise entre 6 et 12 milles marins à proximité des côtes de chacun des pays signataires.

Actuellement, les pêcheurs français peuvent ainsi travailler à proximité immédiate des côtes britanniques, et inversement. En se retirant de cette convention, les Britanniques entendent reprendre le contrôle exclusif à leur profit des ressources halieutiques de leurs eaux.

« Les hauturiers de Boulogne, d'Etaples-sur-Mer, de Normandie, dont ceux du Tréport et de Dieppe, en seront affectés, tout comme les pêcheurs du littoral de Normandie occidentale, ceux de Cherbourg, mais également les pêcheurs du nord Bretagne qui réalisent dans les eaux côtières britanniques plus du tiers de leurs prises », écrit le député. La fin de la convention de Londres se traduira en Manche par une restriction importante des zones de pêche notamment au large de Calais et de Boulogne où la distance entre côtes françaises et britanniques est particulièrement réduite.

Sébastien Jumel demande au ministre de l'Agriculture qu'il pèse de tout le poids de la France auprès de Michel Barnier, négociateur du Brexit pour l’UE, afin que « les discussions en cours sur la sortie des Britanniques de l’Union européenne prennent en compte les intérêts de notre pêche qui fait vivre de très nombreuses familles sur tout le littoral »