Nous avons eu, hélas, la curiosité d'aller découvrir les propositions du cabinet (parisien, forcément) mandaté par la ville de Caen pour redessiner le coeur  de notre bonne ville normande en 2019 à l'occasion de l'arrivée du tramway entre la tour Leroy, le chevet et l'église Saint Pierre ainsi que le Cours des Alliés:

http://www.attica-urbanisme.fr/

attica2

attica 1

Voilà la vue d'artiste si on ose dire: l'esthétique lisse, normalisée, minérale et aseptisée du centre commercial que l'on voit partout, triomphe une fois de plus, par l'effacement des derniers repères locaux faisant la typicité et l'authenticité des lieux...

Rien n'échappe donc au jacobinisme cette standardisation de toutes les réalités françaises puisque le jacobinisme a lessivé les cerveaux de nos élites expertes de la place de Paris pour diffuser le modèle mondial dominant de l'hyper-consommation commerciale venue d'Amérique dans la profondeur de nos territoires à la demande d'élus locaux qui n'ont pas beaucoup d'imagination au sujet de lieux dont ils ne connaissent souvent qu'assez peu la mémoire et l'histoire...

PR1_Vaches-sur-la-prairie-700x450

Ce cabinet parisien a donc reçu de notre part un courrier envoyé au 10 boulevard des Batignolles, Paris 17ème dont voici le texte ci-après:

Bonjour,

En tant que représentant local à Caen de la Société Protectrice des Paysages et Esthétique de la France (SPPEF), j'apprends que votre cabinet a été mandaté par la ville de Caen pour concevoir les futurs aménagements urbains du centre- ville à l'occasion de l'arrivée du tramway en 2019 aux alentours de l'église Saint Pierre, le cours des Alliés, la rue Bellivet ainsi que la future place de la République en conséquence d'un projet de centre commercial sur le 4ème côté d'une place emblématique et orpheline de son hôtel de ville depuis les bombardements de 1944.

Vos premières esquisses sont de qualité par le choix des matériaux proposés (un granite issu de carrières françaises et non pas chinoises) ainsi que par la trame générale (ex: souligner dans le cheminement l'axe visuel tour Leroy, chevet de l'église Saint Pierre, hôtel de Than ou rythmer le sol de la place Saint Pierre avec les travées de la nef de l'église adjacente).

Mais votre projet est trop MINERAL et ce pour deux raisons essentielles dont l'une regardera vers le passé et l'autre vers l'avenir:

1) l'esprit des lieux à Caen depuis les origines mêmes de cette ville fondée à la mitan du XIe siècle par le couple Guillaume de Normandie et Mathilde de Flandre sur un gué au fond de la vallée humide de l'Orne au contact des dernières influences de la marée remontant le fleuve, c'est l'interpénétration au coeur même de la ville de la verdure et de l'eau: jusqu'aux grands travaux des années 1930 on voyait physiquement dans le centre- ville de Caen cette interpénétration que la reconstruction d'après 1944 a totalement effacé depuis. Cette mémoire demeure dans la toponymie du centre- ville: île Saint Jean, grand et petit Odon (qui courent toujours en dessous comme vous le savez sous le goudron du centre- ville) pont saint Jacques, de Vaucelles, moulin du Roy, anneaux pour attacher les bateaux sur la base de la tour Leroy (qui avait les pieds dans l'eau du port de Caen comme à la Rochelle !) : votre projet consistant à plaquer un granite sombre ou à minéraliser le pied du chevet de l'église Saint Pierre construit littéralement comme à Venise sur l'eau sur une base de pieux de chêne) consacre hélas la disparition de l'eau du centre- ville de Caen comme l'on consacre la mémoire d'un défunt avec une plaque ... tombale !

Pourquoi ne pas proposer sur ce cheminement que vous avez souligné un circuit en eau vive (un bassin peu profond comme il a été fait à Rouen pour la rue eau de Robec justement...) qui pourrait lier, d'un trait vif argent, la tour Leroy au cour des alliés avec des passerelles pour l'enjamber?

Pourquoi ne pas disposer au bas des degrés qui peuvent encadrer le merveilleux chevet renaissant de l'église Saint Pierre un miroir d'eau légèrement surélevé (comme sur la place de la Bourse à Bordeaux) afin de faire mirer l'architecture comme elle se mirait autrefois dans l'eau?

Mais il y a une autre interpénétration soulignant l'identité particulière de la ville de Caen dont il faudrait tenir compte afin d’éviter une banalisation définitive car tous les centres villes désormais se ressemblent: l'esthétique lisse, aseptisée, normalisée du centre commercial triomphe partout.

Nous sommes en Normandie et on se souvient qu'un célèbre pharmacien humoriste natif de Honfleur avait dit qu'il fallait mettre les villes à la campagne. A Caen, il y a eu depuis toujours et jusqu'à une date très récente, une identité "agreste": la ruralité entre dans la ville. On est ici en province pas dans l'hyper métropolisation  et on apprécie un certain art de vivre (Caen c'est la ville de Michel Onfray qui démontre qu'on peut vivre heureux et avec grande intelligence sans avoir besoin de Paris). Le modèle hyper urbain centré sur l'hyperconsommation commercial montre ses limites et percute l'identité provinciale et rurale (et par ailleurs très intellectuelle de « l'Athènes normande ») : il faudrait davantage prendre en compte cet aspect dans votre réflexion pour la présence verte dans votre projet.

Par exemple: proposer sur les pentes du château non loin de la ligne du tramway ou dans la rue piétonne Bellivet un verger de pommiers dont les pommes pourraient être laissées aux usagers de l'espace public (expériences de vergers ou de potagers en libre- service à Nantes. Orangers publics à Lisbonne).

Pour la future place de la République:

Créer un grand tapis vert ou "boulingrin" selon une tradition bien normande et désormais plutôt anglaise: celui de la pelouse commune, du "plain" ou du "green" pour les manifestations et récréations publiques.

2) L'autre impératif c'est l'avenir et l'urgence d'adapter nos villes aux défis inquiétants du changement climatique: vous n'êtes pas sans savoir que l'hyper minéralisation des centres villes actuels goudronnés, asphaltés, bitumés, bétonnés, pavés, provoquent avec les immeubles environnants des "îlots de chaleur" nocturnes lors des épisodes caniculaires. Une récente étude que vous avez forcément vu passer démontre qu'à Paris on a observé une différence de 3 degrés entre l'hyper centre parisien et le Bois de Boulogne: on sait que les trames bleu et vertes contribuent à rafraîchir les villes. Il faut donc davantage végétaliser et faire circuler l'eau en surface: c'est le contraire hélas que vous proposez pour le centre- ville de Caen.

A moins qu'il soit encore possible de modifier votre projet (définitif?)  à la demande des élus et des citoyens qui n'ont toujours pas été consultés pour examiner vos propositions.

Car il y a un dernier enjeu à considérer qui s'il était enfin pris au sérieux en France (une république autoritaire pas si démocratique que cela) révolutionnerait en bien votre activité et vos missions: c'est d'expérimenter à Caen une authentique conduite de co-construction de projet en maîtrise d'usage démocratique comme cela se fait habituellement dans des démocraties plus matures que la nôtre (Pays Bas et pays scandinaves).

Nous souffrons tous en France de l'absence de culture de la maîtrise d'usage démocratique aux côtés des maîtrises d'oeuvre et d'ouvrage: cette absence encombre les tribunaux car la maîtrise d'usage reste trop souvent l'impensée des spécialistes et experts que vous êtes qui doivent penser à tout et à tous (ambition folle et démesurée): c'est la responsabilité de la maîtrise d'oeuvre qui emploie la maîtrise d'ouvrage que vous êtes de mettre en oeuvre le plus en amont possible une maîtrise d'usage démocratique qui ne pourra que vous faciliter le travail et faire aboutir le meilleur projet possible sans passer par la case du contentieux et de l'enlisement politique au mauvais sens du terme. Ce n'est pas à vous d'en décider.

Mais je pense que vous avez la responsabilité tout comme moi simple citoyen de l'exiger des élus maîtres d'oeuvre pour la bonne marche de ce projet utile à l'intérêt général de la ville de Caen.

CORDIALEMENT

Philippe CLERIS

SPPEF CAEN

 

433ZqbgmZL7iWQqwhjavEcaos68

Caen_prairie_fenaison