Début juillet 2017, l'emblématique philosophe normand Michel ONFRAY a rassemblé sur une semaine l'ensemble de ses conférences publiques prévues pour la session 2017 de l'Université populaire de Caen au Zénith afin d'accueillir gratuitement le maximum d'auditeurs...

maxresdefault

Mais à l'occasion d'une séance de réponse aux questions posées par le public, Michel Onfray, non sans véhémence (mais c'était nécessaire), répond à une dame soutenant Jean-Luc Mélenchon et se disant "jacobine" sous prétexte que l'option girondine mettrait à mal le principe d'égalité entre les citoyens de notre beau pays.

Et cette réponse de Michel Onfray est un réquisitoire contre ce que fut historiquement et réellement le jacobinisme depuis la guillotine robespierriste de 1793 et un superbe plaidoyer pour les Girondins et leur option principale:

"Laissez-nous faire là où nous sommes avec nos moyens et nos projets."

Option qu'il ne faut pas confondre avec: "Laissez faire et laissez passer" qui est celle de l'option libérale notamment économique qui est la liberté des puissants sur les faibles.

Si le girondin est libéral il l'est dans l'ordre politique pour faire en sorte que la Liberté puisse faire réellement naître l'Egalité et la Fraternité: c'est l'option libertaire du libéralisme qui laisse les individus libres de penser, d'agir ensemble collectivement. L'Etat n'est plus une fin en soi mais un moyen dont le premier devoir serait d'être le garant du respect par tous de bonnes lois permettant la Liberté, l'Egalité et la Fraternité.

Evoquant le projet d'Hervé Morin de créer en 2018 une monnaie locale normande, Michel Onfray explique que la véritable option girondine consiste à laisser libres les acteurs locaux de s'organiser en coopérateurs, en associés, en réseau, en circuits courts... Au niveau de l'aménagement du territoire, Michel Onfray rappelle que l'option girondine n'est pas un fédéralisme menaçant l'unité nationale comme nous le fait croire la fable jacobine dominante mais simplement la volonté de ne pas confondre unité nationale et centralisation parisienne: comme le disait les Girondins de 1789, Paris ne doit peser qu'un 83ème de la nation française alors composée de 83 départements... La Normandie, qui est déjà une région où l'économie sociale et solidaire pèse déjà pour plus de 20% du PIB régional, pourrait devenir le laboratoire territorial d'une alternative girondine valorisant la mise en place des initiatives locales, leur mise en réseau et le conseil régional normand pourrait prendre en charge au plus près des besoins des citoyens, des usagers, des habitants dans leur territoire les services publics selon le principe d'une maîtrise d'usage démocratique de ces services collectifs rendus au public: la normandisation du service public ferroviaire prévu à partir de 2020 sera donc le premier grand chantier girondin et normand à mettre en oeuvre.

Pour écouter cette défense vigoureuse de l'alternative girondine par Michel Onfray voir le lien ci-après vers la rediffusion proposée sur le site Internet de France Culture:

https://www.franceculture.fr/emissions/breve-encyclopedie-du-monde/le-sublime-dans-la-nature-questions-du-public

caen-michel-onfray-prend-possession-du-zenith


 

Commentaire de Florestan:

Suite à la longue et parfois rugueuse réponse de Michel Onfray mettant les derniers défenseurs de Robespierre devant leurs responsabilités, la dame qui avait posé la question a quitté la salle sans attendre la fin de la réponse...