Sophie Poirey qui enseigne le droit normand à l'université de Caen nous signale qu'une pièce de théâtre inspirée par l'affaire des Frères Barclays confrontés aux traditions ancestrales normandes de l'île de Sercq est actuellement  montée au Théâtre Poche Montparnasse depuis le 1er septembre  et jusqu'au 27 novembre 2017.

Sophie Poirey a, bien entendu, participé à l'écriture de cette pièce sur un sujet pour le moins original et qui suscite la curiosité de la presse parisienne.

En effet, la pièce connaît un excellent démarrage et de critiques très élogieuses dans Le Figaro , La Croix , Télérama ainsi que dans l'édition du Canard enchaîné du 6 septembre 2017 (il n'y a pas que le Grand Paris qui veut croquer la Normandie). On y parle de droit normand , de Normandie , des îles , de capitalisme et de féodalité . Elle sera reprise l'année prochaine en Normandie . 
Le 12 octobre 2017 à l'issue de la représentation, Sophie Poirey rencontrera le public sur ce sujet plutôt exotique sur la place de Paris... La preuve, par exemple, avec le Canard enchaîné:

11-09-2017 18;23;00

Voir aussi le dossier de presse présentant cette pièce:

AFF-DEUX-FRERES-1-600x900

Les Deux Frères et les lions est un conte tiré d’une histoire vraie. Il dresse le portrait de deux frères jumeaux issus d’un milieu pauvre qui vont devenir à la fin du XXème siècle l’une des plus grandes fortunes de Grande-Bretagne.

Mais alors qu’ils ont triomphé de tout, que se passe-t-il, lorsqu’en 1990, ces deux milliardaires installés sur les îles anglo-normandes de Brecqhou veulent faire hériter leurs fi lles respectives? À travers leurs parcours d’autodidactes, c’est une histoire en creux du capitalisme qui se raconte sous nos yeux. C’est aussi le destin exceptionnel de deux gamins stigmatisés qui deviennent des monstres froids et égoïstes au coeur de nos sociétés démocratiques.

Le projet initial – commande d’écriture de Mona Guichard, directrice du Trident, scène nationale de Cherbourg – était de faire découvrir au grand public le droit normand qui a subsisté dans certaines îles anglo-normandes jusqu’au début du XXIème siècle.

C’est la rencontre avec Sophie Poirey, maître de conférences en droit normand à l’université de Caen puis un voyage sur les îles anglo-normandes dont l’île de Sercq qui ont nourri l’écriture des deux frères et les lions.

DEUX FRÈRES
LES ET LES LIONS
DE HÉDI TILLETTE DE CLERMONT-TONNERRE
L’HISTOIRE PITTORESQUE DE DEUX MILLIARDAIRES MONSTRUEUX
Les Deux Frères et les lions est un conte. La pièce commence comme une veillée au coin du feu. Deux frères jumeaux milliardaires nous ont conviés dans leur château-bunker de Breqhou pour boire le thé et nous raconter
leur vie. Le spectacle alterne entre du théâtre-récit et des séquences plus cinématographiques dans lesquelles les deux frères se mettent à jouer devant nous les moments-clefs de leur ascension spectaculaire. Ce va-et-vient entre le temps de la représentation et le temps du souvenir est souligné par les lumières de Grégory Vanheulle. De plus, les « fl ash-backs » sont rythmés par les projections vidéo de Christophe Waksmann qui immédiatement, comme des toiles peintes, contextualisent géographiquement et temporellement la scène : le siège du Daily Télégraph, le hall d’un hôtel, un hangar désaffecté sous la lune. La musique originale de Nicolas Delbart se veut l’équivalent d’une bande-son de cinéma. Il y a le thème principal, celui des deux frères, celui de la réussite puis un thème musical pour chaque souvenir qui souligne le contre-point soit, au contraire, dramatise la situation. Par exemple, le thème hitchcockien pour la scène du vote vient renforcer le caractère impossible du choix entre une loi sexiste et deux milliardaires ultra-libéraux. Enfin le défi était de mettre en scène des jumeaux. Pour cela nous avons travaillé avec Vincent Debost sur un travail choral : être ensemble, dans le même rythme, commencer et fi nir une pensée à deux, chacun apportant sa nuance, rendant la performance vivante et singulière.