"La fusion de la Haute et de la Basse Normandie a été une formidable aubaine pour nos ambitions."

Bien entendu, Hervé Morin ne parlait pas de lui-même et de ses ambitions personnelles car le pluriel ici utilisé dans cette belle citation du président de région lors d'une conférence de presse donnée à l'hôtel de région de Rouen, le 27 septembre 2017 devant une salle comble (120 personnes environ) n'était pas un pluriel de majesté mais bien le "nous" d'un collectif, celui des Normands qui se retrouvent dans l'unité retrouvée et qu'un certain Hervé Morin, après avoir longtemps fréquenté les ors parisiens de la République, a décidé d'incarner politiquement en sa personne...

P1110395

La rentrée économique normande 2017 pouvait être quelconque et le président de l'éxécutif régional normand aurait pu ronronner devant un public acquis d'avance (des chefs d'entreprise de la région mais aussi des hauts fonctionnaires, notamment le recteur de l'académie de Caen qui était présent) en présentant un bilan de l'action régionale normande dans le domaine économique à la fois flatteur quant aux résultats et innovant quant aux méthodes.

Grâce à l'action innovante et expérimentale de l'Agence de développement de Normandie (ADN) et de son dispositif ARME, la Normandie est, pour la première fois, dans le trio de tête des régions de France pour la baisse des défaillances d'entreprises:

image_module7466

Lire, à ce sujet, l'analyse proposée par Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2482

Mais, selon notre envoyé spécial présent sur place, l'ambiance était guerrière: on aurait dit une réunion d'état-major en présence du général en chef. Le président de région normand s'est montré particulièrement offensif et ceux qui dans l'assistance n'ont pas lu récemment l'Etoile de Normandie ont dû être surpris. Le ton d'Hervé Morin très normand, très conquérant déjà présent le 2 septembre dernier à Epreville en Lieuvin se confirme car la menace sur l'intégrité de notre Normandie s'est confirmée elle aussi...

Le 23 octobre prochain, Emmanuel MACRON annoncera officiellement sa vision du Grand Paris et la feuille de route afférente. D'après ce que nous savons, le président de la République souhaite intégrer l'Axe Seine dans le périmètre du Grand Paris. Sauf que la Normandie n'est, pour lors, pas prise en compte en tant que telle dans la réflexion: Hervé Morin est donc aux avant-postes et a pris conscience d'un moment historique, décisif, pour l'avenir même de notre Normandie: l'Axe Seine n'est pas un appendice de la région parisienne à tendre jusqu'à la mer comme le boyau d'une tripe normande écartelée en deux.

Cette vision utilitariste, axiale, dominatrice, coloniale d'un centre gouvernant une périphérie qui nous vient des années 1960 et du funeste plan Delouvrier sorti comme Hibernatus du frigo par Grumbach en 2010 est, aujourd'hui, périmée parce qu'elle n'a jamais correctement fonctionné dans le passé (la Normandie a été stérilisée dans la division ) et parce qu'elle ne marchera jamais dans un avenir marqué par les incertitudes économiques de la 3ème révolution industrielle et par les incertitudes du changement climatique.

En outre, cette solution simpliste, celle d'un Etat central jacobin parisien qui demeure paternaliste et infantilisant, ne saurait marcher au XXIe siècle s'il s'agit de l'imposer autoritairement à une société civile régionale adulte et désireuse d'agir par elle-même.

Enfin, cette solution d'un Axe Seine parisien désintégrant définitivement la Normandie pour faire un Grand Paris sur Mer de taille mondiale ne saurait marcher car il coûterait... trop cher et l'état central jacobin n'a plus un seul sou vaillant.

Et c'est bien à partir de cette réalité qu'il nous faut construire LE rapport de force décisif, définitif? avec la puissante région parisienne pour que notre Normandie millénaire ait encore voix au chapitre au XXIème siècle: l'autorité d'un pouvoir central n'a plus aucune légitimité politique lorsque le Ministère de la Parole a remplacé tous les autres...

Clémenceau a dit que la guerre était une affaire trop sérieuse pour la laisser aux seuls militaires.

On dira la même chose de l'Axe Seine: c'est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux seuls Parisiens. D'ailleurs ils s'en fichent...

Morin a donc l'intention de convaincre Macron de laisser l'Axe Seine aux Normands.


 Coloré par cette dramatique perspective, on appréciera plus encore le verbatim de cette conférence de presse d'Hervé Morin "le conquérant" sur tous les grands dossiers normands de la rentrée:

Après avoir rappelé l'évidence de l'unité normande retrouvée, Hervé Morin  a passé en revue les atouts de notre région: sa notoriété internationale héritée d'un passé historique et culturel prestigieux mais qu'il faut renouveler, néanmoins, en mettant en valeur les atouts et savoir-faire normands du XXIe siècle. Mais derrière cette image flatteuse se cachent de grandes faiblesses:

Une faible attractivité, un manque cruel de connexion notamment aéroportuaire pour que la Normandie soit correctement branchée sur les "hubs" européens. Un grand retard dans le niveau des diplômes et la formation.

Puis il a passé en revue les grands dossiers en cours ou à venir de l'action régionale normande:

1) Ferroviaire:

L'objectif est la régionalisation de la SNCF avec la relocalisation en Normandie de la maintenance de tous les trains normands, la "normandisation" de la Gare Saint Lazare et la mise en place d'une desserte rythmée entre Caen, Rouen, Le Havre et Paris: discussions en cours avec Edouard Philippe.

2) Contournement autoroutier de Rouen et désenclavement routier:

Le Conseil d'Etat vient d'approuver la déclaration d'utilité publique du projet. La région assume ses responsabilités financières contrairement au département de l'Eure sachant que l'Etat mettra seulement 250 millions sur les 1 milliard du projet. La région va s'emparer des dossiers routiers concernant le barreau Rouen- Evreux- Orléans et envisage un Partenariat Public Privé pour la RN12 dans l'Orne.

3) Formation et apprentissage:

Le président de région a confirmé que la région va demander le droit d'expérimenter la gestion de la formation. "Il est indispensable d'élever les qualifications." La faiblesse normande en ce domaine est "un frein majeur à la croissance". Hervé Morin a précisé que le gouvernement souhaitait confier la formation professionnelle aux branches professionnelles concernées. Sur 31000 places ouvertes en apprentissage avec l'aide de région, 22000 ont été pourvues mais le délai entre la décision de créer une formation et son ouverture effective est trop long: un à deux ans. "C'est trop long!"

Pour répondre à la préoccupation de chefs d'entreprise qui se plaignent de ne pas trouver le candidat bien formé correspondant à leur demande, Hervé Morin annonce que la région va financer des formations à l'individu pour tenir compte de chaque cas particulier. Et prenant à partie le recteur de l'Académie de Caen, après lui avoir dit sa satisfaction de n'avoir affaire plus qu'à lui pour toute la Normandie, Hervé Morin a déclaré aux chefs d'entreprises présents: "je ne compte pas sur les administrations pour le faire. C'est sur vous que je veux m'appuyer".

Monsieur le recteur de Caen appréciera...

Enfin, la région va prendre le relais pour financer les prêts étudiant tout en évitant le saupoudrage.

D'une manière générale, Hervé Morin explique sa méthode: "je préfère en faire moins mais en faire mieux avec un engagement total pour faire bouger les choses." Et aux mesquins frileux qui craignent le surendettement, Morin répond: "Nous serons l'une des régions les moins endettées de France, certes plus qu'aujourd'hui, mais je veux investir. Si nous avons des capacités d'investissement c'est que nos prédécesseurs n'avaient fait aucun emprunt pendant trois ans..."

P1110397

4) Attractivité, intelligence territoriale:

L'agence de développement de la Normandie (ADN) tourne à plein régime et cet outil innovant a démontré son utilité: Hervé Morin précise que la région est entrée au capital de 24 entreprises normandes considérées comme stratégiques et il a demandé à l'auditoire de l'aider à faire émerger des projets qui vont générer la valeur ajoutée normande de demain. Et Morin de dire: "notre engagement est total pour l'économie de la région."

L'équipement digital du territoire normand est un sujet stratégique essentiel: la géographie urbaine et économique de la Normandie est en réseau. Il faut digitaliser le réseau normand. Hervé Morin explique que la région a repris la main sur le dossier en y mettant 120 millions d'euros par an. Avant, dans les ex Basse et Haute Normandie c'était seulement 40 millions...

Le président de région est convaincu que le numérique peut se mettre au service des autres filières de l'économie régionale en réalisant la fusion entre ancienne et nouvelle économie.

L'attractivité de la Normandie doit être sérieusement renforcée: une agence ad hoc a été créée (mais Philippe Augier son président en titre n'était pas présent à cette conférence de presse) et Rouen, a estimé, Hervé Morin n'est pas une vraie métropole: "nous n'avons pas une métropole qui dispose de toutes les fonctions". Cependant, il a tenu à préciser: "si Rouen va mal, Caen ira mal aussi". "Il faut que les trois grandes villes marchent de concert sans auxquelles j'ajoute Cherbourg".

C'est, en effet, important de rappeler cet avantage de la géographie urbaine normande qui n'est, pour l'instant, qu'un inconvénient alors que l'avenir est plus aux réseaux qu'à la concentration de tout en un lieu unique: sur cette question essentielle d'une métropole normande en raison, Hervé Morin est bien... seul et c'est bien dommage !

En l'état, Hervé Morin souhaite renforcer cette attractivité métropolitaine normande encore trop médiocre notamment à Rouen en faisant venir des grandes écoles françaises et européennes, Caen ayant déjà en ce domaine ses propres projets. Pour notre part, nous avons proposé de délocaliser à Rouen l'Institut National du Patrimoine.

Enfin, Hervé Morin a déclaré vouloir profiter des opportunités du Brexit pour la Normandie: des coopérations universitaires entre la Normandie et le Sud anglais, une grande campagne de communication à Londres avec l'ouverture du premier "concept store" Eat Normandy qui pourrait ouvrir dans la capitale britannique en 2018: l'appel à projets a eu lieu et l'entreprise choisie. Les financements sont à l'étude pour le lancement de l'opération.

5) L'AXE SEINE et  la question portuaire:

Compte tenu des enjeux à venir très vite, la conférence de presse d'Hervé Morin au moment d'aborder le sujet essentiel, vital, pour l'avenir même de la Normandie a pris les allures d'une veillée d'armes...

Citations d'Hervé Morin:

"L'Axe Seine ne se limite pas à la Haute-Normandie".

"Si c'est un projet régional, il sera un sujet de pression: il nous faudra de la capacité d'action, de la réactivité et de l'engagement."

"On ne peut pas dire que HAROPA soit un succès formidable."

"Si c'était vraiment un sujet stratégique, nous n'aurions pas un abandon des ports par l'Etat. Tous les ports gérés par l'Etat sont mal gérés."

"L'Axe Seine et les ports c'est une question de passion et pas seulement une question de finances."

"J'ai indiqué à l'Elysée que l'Axe Seine était un sujet pour l'Ile de France mais c'est aussi un projet pour la Normandie."

"Il faut un établissement public avec un pilotage politique."

"L'Ile de France est autocentrée. L'Axe Seine est un sujet central pour la Normandie: nous livrerons nos propositions normandes avant la fin du mois d'octobre."


 

Commentaire de Florestan:

... Avant le 23 octobre prochain: la veillée d'armes a commencé !

Hervé Morin va donc rassembler les troupes normandes pour construire un rapport de force. Le ban est convoqué, celui des grands décideurs de la société civile normande. Mais pour certains de ces "barons" qui se sont trop longtemps reposés dans la confortable dépendance à l'égard du pouvoir parisien tout proche, l'exigence toute nouvelle du duc Morin à leur égard, a dû en destabiliser plus d'un...

C'est la raison pour laquelle cela ne sera pas suffisant: il va falloir aussi convoquer l'arrière ban, à savoir le grand public normand en prenant à témoin les citoyens et habitants de la région.

Le moment est peut-être venu d'expliquer à tous les Normands, à l'occasion d'une grande campagne d'information et par une tournée de réunions publiques dans les villes normandes que nous sommes à un moment essentiel de notre vie régionale: il s'agit de rendre le projet d'unité normande définitif pour le XXIème siècle, de l'imposer en tant que tel à une masse parisienne si massive et complexe qu'elle ne saurait s'occuper d'autre chose que d'elle-même.

Il s'agit de démontrer à un état central jacobin en phase terminale qu'un enjeu national est mieux géré depuis la région où celui-ci s'exerce que depuis le bureau d'un crâne d'oeuf parisien aussi intelligent soit-il.

Il s'agit de mobiliser tous les Normands pour qu'ils retrouvent confiance dans le seul projet collectif positif à portée de main dont ils disposent: la Normandie avec deux léopards agiles !