Alors que la 3ème édition des fêtes normandes d'Evreux battent leur plein ce week-end des 7 et 8 octobre 2017 avec, pour cette année, le thème très fédérateur de la culture équestre normande...

http://www.evreux.fr/agenda/sorties/fetes-normandes-2017-21928

avec un beau succès populaire...

http://www.paris-normandie.fr/evreux/evreux--les-fetes-normandes-a-l-heure-du-cheval-DJ11092023?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=1608cdf398-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-1608cdf398-137315997

fetes-normandes-2017_0

Nous sommes au regret de faire le constat que le projet de parc d'attractions sur le thème des Vikings porté par Guy Lefrand, le maire d'Evreux, ne fait pas l'unanimité.

L'opposition municipale socialiste à l'actuel maire d'Evreux est, bien entendu, parfaitement et légitimement dans son rôle lorsqu'elle exerce sa vigilance au sujet du respect scrupuleux des règles exigeantes qui président à la manipulation de l'argent publique: on dira que les élus socialistes savent très bien de quoi ils parlent lorsqu'ils s'interrogent sur les conditions légales d'un marché public et si la droite ébroicienne avait été dans l'opposition, elle aurait parfaitement fait de même avec une majorité municipale socialiste en délicatesse avec le code des marchés publics.

Néanmoins, ce qui nous agace dans cette énième polémique relative à un marché public c'est l'âprété qu'on y met (on voit bien que les finances des collectivités territoriales sont tendues) avec le risque de dégoûter plus encore nos concitoyens des affaires publiques locales qui les concernent directement.

Et on ne parle pas du sujet en tant que tel: à savoir ce qu'un parc d'attractions ayant pour thème les Vikings pourrait apporter à l'économie locale, notamment à Evreux, ville qui a le mérite de se définir, à moins d'une heure de Paris, comme une porte d'entrée de la Normandie et qui s'assume comme telle.

http://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/le-parc-viking-conteste-a-evreux-FG11065110

Le parc viking contesté à Évreux

Guillaume LEJEUNE
|
Publié 05/10/2017 22:37
|
Mise à jour 10:18

Politique. À la faveur d’un contrat d’études datant de 2016 et qui sème le trouble, le conseiller municipal et communautaire socialiste Timour Veyri remet en cause le projet. Et il n’est pas le seul. Explications.

Lefrand aurait-il la folie des grandeurs ? C’est ce que dénonce le conseiller municipal et communautaire d’Évreux Timour Veyri. Dans un courrier adressé hier aux élus de l’agglo Évreux Portes de Normandie, le chef de file du PS local estime que le projet de parc viking, à Parville, initié par le président de l’intercommunalité « est dangereux. En allant à contresens du sérieux budgétaire qu’impose la période que nous traversons, il nous mettrait collectivement en danger. Nous refusons ni de le cautionner, ni d’être associé aux risques que M. Lefrand fait prendre à notre collectivité », alerte Timour Veyri.

Big Bang Schtroumpf...

Profitant de la publication de deux articles pointant du doigt un lien entre le maire (LR) d’Évreux et un cabinet d’études missionné par l’Agglo pour travailler sur ce parc, Timour Veyri entend bien obliger Guy Lefrand à faire machine arrière. « Nous estimons qu’il n’est pas raisonnable de poursuivre un projet superflu estimé à 80 M€ quand, dans le même temps, il est parfois si difficile d’assurer les services que nos concitoyens sont en droit d’attendre de nous », souligne le leader de la Gauche rassemblée.

Autre argument : « L’immense majorité des parcs qui ont été lancés par des collectivités territoriales ont été de véritables gouffres financiers pour celles-ci. » Et de citer Big Bang Schtroumpf (Lorraine), Aérocity (Ardèche) ou encore la Vallée des Peaux-Rouges (Oise).

Les velléités d’investisseurs de créer un parc sur le thème du Moyen Âge dans l’Eure, comme l’a révélé Paris Normandie, inquiètent aussi l’opposition municipale. Elle attend d’ailleurs avec impatience le résultat de la première étude de faisabilité lancée en juin 2016.

Des absences et un oubli

« Cette étude a été livrée en juin dernier et présentée au comité de pilotage de ce projet, précisait hier le directeur de cabinet de Guy Lefrand. Elle le sera également à l’ensemble des élus mais, dans un premier temps, compte tenu de la concurrence, il ne fallait pas que certains chiffres soient connus de trop de monde », justifie le cabinet.

L’entourage de Guy Lefrand se montre particulièrement confiant : « Avec cette étude, nous sommes allés voir le Département, la Région et la Caisse des dépôts et consignations qui sont nos partenaires publics. Nous savons aussi que plusieurs entreprises seront candidates pour gérer ce parc. Nous avons la capacité de construire ce parc », assure le cabinet du président de l’Agglo.

« La Ville d’Évreux et l’Agglo font faire trop d’études coûteuses, regrette de son côté le représentant du FN dans les deux collectivités. On a quand même demandé à un Américain qui avait requalifié Boston de faire une étude sur l’attractivité de l’Agglo pour au final s’entendre dire que nous étions aux portes de la Normandie, ironise Emmanuel Camoin. Un tel parc de loisirs n’est pas utile, la ville est déjà suffisamment en chantier. Je suis opposé à ce projet. »

L’élu frontiste ne se souvient plus si, en juin 2016, il avait voté le contrat de territoire dans lequel figurait la fameuse étude de faisabilité (80 000 €).

Timour Veyri, lui, était absent lors de ce vote communautaire ainsi qu’au conseil d’Agglo de l’été 2017 quand, dans le cadre du contrat d’agglomération, l’investissement accordé par le Département pour le parc viking était mis au vote...

Une affaire de cabinet ?

Épinglé dans le Canard Enchaîné de mercredi et mis en cause par le site en ligne FilFax, le maire d’Évreux se défend d’avoir favorisé des amis dans le dossier du parc Viking.
Selon nos confrères, Guy Lefrand aurait privilégié un cabinet de conseil juridique (GB2A) dirigé par un proche du président de l’Agglo d’Évreux. Laquelle s’est prononcée en juin 2016 sur le contrat de territoire incluant l’étude. Elle n’a toujours pas été communiquée à l’ensemble des élus.
Sommé de s’expliquer
Le contrat, qui n’avait pas besoin de faire l’objet d’un appel d’offres, répond Guy Lefrand, porte sur 80 000 €. Il profite à un cabinet d’études caennais (mais rayonnant au plan national) spécialisé dans les dossiers juridiques, les énergies renouvelables, la finance, les projets et l’ingénierie. Problème, semble-t-il : le directeur de cette société, l’avocat Grégory Berkovicz, figurait sur la liste de Guy Lefrand aux Régionales.
Guy Lefrand et son équipe ont-ils fait un cadeau sonnant et trébuchant à une boîte spécialiste des partenariats publics-privés et pas dans les études de faisabilité d’un tel parc touristique ?
Si le conseiller municipal Timour Veyri se montrait très suspicieux sur ce dossier, sommant le maire de s’expliquer sur ces relations avec le cabinet caennais, hier, le leader du PS ébroïcien ne voulait plus s’étendre sur la question.
« J’envisage de déposer plainte »
« Ça repose sur du vide. Ce cabinet d’études, qui nous a été recommandé par le porteur privé du projet, travaillait déjà sous Michel Champredon et son équipe, tacle Guy Lefrand. On me reproche d’avoir favorisé un cabinet dont le directeur est membre du parti valoisien, parti que mon adjoint aux Finances représente au plan départemental ? Mais ce parti n’existe plus et, que je sache, les Radicaux sont plutôt du côté de Michel Champredon ! J’envisage d’ailleurs de déposer plainte pour diffamation », annonce Guy Lefrand.
Nul doute cependant que ce sujet sera mis sur la table du prochain conseil municipal et très probablement de l’Agglo par l’opposition du maire.

gare au tangage...

Guy Lefrand a-t-il du souci à se faire avec sa majorité ? C’est ce que laisse entendre sous couvert d’anonymat un élu ébroïcien proche de Bruno Le Maire (aujourd’hui LREM) et Sébastien Lecornu (pour l’instant encore LR). Ce dernier a d’ailleurs laissé entendre que le maire d’Évreux ferait mieux d’être attentif à la gestion des finances de sa ville plutôt que de s’opposer au gouvernement - lire nos éditions d’hier.
« Peu d’adjoints et de conseillers municipaux ont participé à la manifestation des élus de l’Eure contre la suppression de la taxe d’habitation, se moque cet élu. Personne n’est dupe de l’utilisation de ce mouvement. Guy Lefrand tente de reprendre le leadership de la droite dans l’Eure et a pour seule volonté d’emmerder les copains du gouvernement ! »
Comme nous l’évoquions dans nos colonnes jeudi, la droite euroise est fracturée. Elle est prête à aller chercher la petite bête : « qui paie la banderole aux couleurs d’Évreux accrochée au beffroi pour dénoncer la politique du gouvernement ? Si c’est la Ville, il y a un problème », pointe du doigt cet élu. Lequel parle « de fortes dissonances au sein du conseil municipal. Nous allons demander des comptes très bientôt. » Ambiance...