Le Conseil Economique Social et Environnemental de Normandie (CESER) va donc se réunir en assemblée plénière ce jeudi 12 octobre 2017 dans l'amphithéâtre de l'hôtel d'agglomération de Caen La Mer.

Dans un billet précédent récent, nous avons dit (ainsi que Marommix) tout ce qu'on pouvait penser de cette assemblée bien trop pléthorique pour le travail qu'elle est censée fournir sur un sujet qui est censé, officiellement, l'intéresser.

Nous avons émis des doutes tant sur le fond que sur la forme sur la volonté ou, tout simplement, l'envie des conseillères et des conseillers du CESER de s'intéresser avec sincérité et avec toute la curiosité intellectuelle nécessaire à un sujet qui, pour des raisons idéologiques, politiques ou culturelles, peut ne pas les intéresser quand ce sujet ne les emmerde pas tout simplement !

La Normandie, un sujet moisi, passéiste, ringard, voire identitaire, juste bon pour des blaireaux d'extrême droite. Au mieux: un sujet romantique pour jeunes manquant de sérieux.

cagoule-jetable-protection-hygiene-4943041

Ne parlons donc pas de "Normandie" mais, plutôt, de région ou d'espace régional, histoire de mettre des gants, des bottes et une charlotte sur la tête.

Cette approche hygiéniste, contrôlée, rationnelle, fonctionaliste de la matière normande devient particulièrement caricaturale dès lors que le CESER se penche, es qualités, sur les politiques publiques culturelles en Normandie pour en faire un état des lieux deux ans après la réunification.

La Normandie, réduite à une cartographie sans saveur ni odeur de la culture administrée et subventionnée, ressemble à une Z. A. C. : une Zone d'Aménagement Culturel (ne parlons même pas d'Action Culturelle) comme on trouve des zones d'aménagement commercial à chaque entrée de nos villes pour mieux enlaidir notre rapport au réel...

Dans le document à lire ci-dessous qui est le texte du projet d'avis sur "l'impact de la création artistique sur le territoire normand" (sic ! quel titre ! on pense à un... bombardement!) qui sera distribué ce jeudi 12 octobre 2017 aux conseillers du CESER pour adoption définitive, on a, littéralement, le bréviaire et le mode d'emploi de la culture institutionnelle administrée et subventionnée qui se pique de quadriller le territoire régional accessoirement normand.

Dans ce catalogue, on cherchera, vainement, la moindre trace d'originalité normande: la lecture glisse comme l'eau sur la toile cirée d'une table de cuisine. A moins que nous soyons en promenade sur le tarmak d'un aéroport avec des institutions culturelles hors-sol prêtes au décollage.

Nous pensions, néanmoins, trouver quelques échos dans ce texte aux choix plutôt volontaristes et assumés comme tels par le Conseil régional de Normandie de promouvoir les spécificités normandes, à commencer par le patrimoine historique, architectural et culturel de notre région dans une logique d'intelligence territoriale mais aussi d'appropriation et de reconnaissance populaire par les habitants de la région.

C'était en mai dernier au cirque théâtre d'Elbeuf... Et déjà nous posions LA question:

"culture en région ou culture régionale?"

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/05/04/35248400.html

On connait la réponse: une politique culturelle régionale c'est apporter la culture dans une région qui en serait dépourvue. Cette vision "volontariste" (ne surtout pas dire "coloniale") transparait, à l'évidence, dans ce projet d'avis dont la rapporteuse est Magali DUPIN, l'administratrice du Préau, le théâtre de Vire labelisé  "scène nationale" qui a, dans ses louables objectifs, le souci du désenclavement culturel du bocage virois pour apporter, au fin fond de la ruralité, l'offre culturelle prescrite... à Paris.

Bien entendu, on ne trouvera dans ce projet d'avis proposé au CESER aucune allusion à l'idée saugrenue de valoriser et de transmettre le patrimoine linguistique, littéraire et poétique de la langue normande: les sabots ne doivent surtout pas venir crotter leurs plateaux bien éclairés !

Ce document, rédigé à partir des réflexions et expériences des principaux représentants de la culture institutionnelle subventionnée sur le périmètre normand et qu'on vous propose de découvrir en avant-première sur l'Etoile de Normandie, est à ce point symptomatique qu'on a l'impression de lire une note de service de la... DRAC.

Car, pour reprendre le titre très accrocheur de ce projet d'avis, il y a, à la suite des réalités culturelles normandes escamotées une autre réalité que refusent de voir celles et ceux qui se piquent pourtant d'ouvrir nos consciences sur le réel: c'est, justement, l'impact plutôt limité sur la population normande et tout particulièrement sur la population la plus... populaire de cet activisme culturel largement subventionné qui permet à un petit public urbain disposant de revenus confortables et du capital culturel nécessaire d'aller au spectacle pour un prix modique entre deux séances réservées au public captif scolaire.

Face à un conseil régional de Normandie tenté de promouvoir la culture régionale normande ou des initiatives associatives faisant la promotion de l'éducation populaire, face à un président de région, Hervé Morin, peut-être pas totalement à l'aise sur ces questions de politique culturelle régionale, le rappel à l'ordre est manifeste !

Mais on rappelera aussi que le CESER n'a qu'un rôle consultatif, même si depuis la récente réforme territoriale (Loi NOTRe de 2015), le CESER a, désormais, le droit d'évaluer les politiques publiques régionales...

http://ceser.normandie.fr/index.php/publications/les-publications-par-theme/evaluation/68-publications/etudes/334-les-ceser-et-la-contribution-a-l-evaluation-des-politiques-publiques-regionales

 CONSULTER ICI, en avant-première, le PROJET D'AVIS qui sera présenté au CESER le 12 octobre 2017 à Caen:

Projet_d_avis_Impacts_cr_ation