Le débat médiatique national donc parisien commence enfin à poser la question dans le bon sens:

Pourquoi la France ne s'occupe-t-elle pas assez de son potentiel maritime et de son économie maritime?

Réponse: parce que Paris prétend s'en occuper et quand Paris le fait parfois, le pouvoir central parisien le fait plutôt mal.

bouee_canard_geante

Nous ne cessons de le clamer ici sur tous les tons et depuis quelques années: ce n'est pas un hinterland aussi puissant soit-il de piloter un port. C'est le contraire.

Les ports dont la gestion est locale (sur le modèle hanséatique du communalisme portuaire) ont de meilleurs résultats que les ports gérés depuis une autorité centrale lointaine...

Nous plaidons ici pour la "normandisation" des grands ports maritimes du Havre et de Rouen et leur mise en relation avec un réseau régional des ports normands. La réforme portuaire commencée sous le mandat de Nicolas Sarkozy avec la privatisation des terminaux portuaires a raté sa cible qui aurait dû être celle d'une véritable autonomie portuaire locale: certes, les ports d'autonomes sont devenus maritimes et grands. Mais, concrètement, rien n'a changé quant à la gouvernance: l'autonomie c'est surtout celle d'un directeur de port, grand ingénieur haut-fonctionnaire quasi préfet, aristocrate de l'Etat d'abord préoccupé par son plan de carrière et qui reste en poste trois ans dans un port avant d'aller en diriger un autre. Dans un port municipal belge bien connu, le dernier directeur de port, nommé par le conseil des échevins, était resté en place pendant plus de 25 ans, le temps de construire une vraie stratégie et de la mettre en oeuvre avec la communauté portuaire locale qui, contrairement au jacobinisme discrétionnaire à la française, participe de plein droit à la prise de décision.

L'hebdomadaire Le POINT relaye donc nos analyses et nos inquiétudes: le fait d'avoir un Premier ministre qui fut le maire de la première ville portuaire de France éveille enfin la curiosité intellectuelle des journalistes parisiens. Dans quelques jours auront lieu les Assises de la Mer dans la ville d'Edouard Philippe. La ministre des transports, Elizabeth Borne sera de passage au Havre ce vendredi 27 octobre.

La Normandie est donc plus que jamais le cas d'école: Hervé Morin propose la normandisation de l'enjeu national de la vallée de la Seine avec comme mesure principale, la régionalisation des GPM normands.

Officiellement, le Premier ministre ancien maire du Havre et la préfète de la région Normandie sont contre cette idée. Quelles seront les annonces lors de ce nouveau bain de siège? (on parle des "assises de la mer" sic!). Si, d'aventure, il devait y en avoir à l'occasion de cette énième manifestation du ministère de la Parole qui est le ministère préféré des raboteurs de Bercy puisqu'il ne coûte rien...

Comme nous sommes dans la monarchie présidentielle de la 5ème République, c'est à Macronaparte 1er de trancher:

http://www.lepoint.fr/economie/il-faut-liberer-les-ports-du-havre-et-de-marseille-23-10-2017-2166671_28.php

"Il faut libérer les ports du Havre et de Marseille !"

ENTRETIEN. Mais pourquoi notre pays n'investit-il pas sur la mer ? Le cri d'alarme de Christian Buchet, auteur de "La Grande Histoire vue de la mer".

Propos recueillis par
Modifié le 23/10/2017 à 18:08 - Publié le 23/10/2017 à 13:30 | Le Point.fr

Directeur du Centre d'études de la mer de l'Institut catholique de Paris, Christian Buchet est l'un des meilleurs experts maritimes en France. Il publie La Grande Histoire vue de la mer aux éditions du Cherche Midi. Ce livre richement illustré a été concocté dans le cadre du programme Océanides, qui a mobilisé 260 chercheurs de 40 pays pendant cinq ans.

À l'instar de Jacques Attali dans son dernier livre, Christian Buchet se bat depuis des années pour démontrer que la mer est l'avenir économique de la France. Ce combat de bon sens peine encore à convaincre les décideurs. Pourtant, comme le rappelle l'expert, le transport maritime est «  bien moins coûteux que le transport terrestre  ». Entretien.

Le Point : Avez-vous le sentiment de prêcher dans le désert ?

Christian Buchet : On a tout essayé contre le chômage dans ce pays, sauf une grande politique maritime. On n'en a pas assez conscience, y compris au niveau de l'État, même si Édouard Philippe, ancien maire du Havre, se sent davantage impliqué dans cette problématique. La France souffre d'un manque de compétitivité structurelle. Le patronat et les syndicats se focalisent sur les salaires, le coût du travail, la pression fiscale, mais on ne parle pas du tout de la fluidité des courants commerciaux.

Un conteneur sur deux qui entre ou sort de la ­région Paca passe par Anvers, Hambourg ou Rotterdam.

Enjeux qui concernent en particulier les ports…

Oui, puisque aujourd'hui tout le commerce mondial transite par les conteneurs. Or, deux conteneurs sur trois qui entrent ou sortent de France passent par trois ports qui sont, certes, au sein de l'Union européenne, mais sont néanmoins étrangers, puisqu'il s'agit d'Anvers, de Hambourg et de Rotterdam. Les deux tiers d'entre eux passent par ces trois ports, et non par Le Havre ou Marseille, les deux premiers français. Au bout de la chaîne, cela provoque un surcoût de tout ce que nous importons et de ce que nous exportons. Savez-vous qu'en France la région la mieux ­reliée aux flux maritimes, ce n'est ni Paca ni la Bretagne, mais… ­l'Alsace-Lorraine  ? Voilà la réalité. Car l'Alsace-­Lorraine (le Grand Est aujourd'hui, NDLR) est plus proche géographiquement d'Anvers, de Rotterdam et de Hambourg.

Plus votre entreprise est éloignée de l'Alsace-Lorraine, moins elle est compétitive, puisqu'elle est soumise à un surcoût des transports. Par exemple, acheminer un frigo entre Anvers et Rennes peut coûter jusqu'à 300 fois plus cher que transporter le même frigo entre Anvers et Shanghai. Un conteneur sur deux qui entre ou sort de la ­région Paca passe par Anvers, ­Hambourg ou Rotterdam. Quel non-sens  ! Imaginez le surcoût économique qui plombe la compétitivité régionale et nationale  ! On comprend que les entreprises du sud de la Loire soient moins compétitives que celles du nord : elles sont plus excentrées par rapport aux trois grands ports européens. Et je ne parle pas de la saturation des routes, qui pose un problème de sécurité routière, ni des conséquences en termes environnementaux…

Il faudrait faire en sorte que les deux grands ports nationaux que sont Marseille et Le Havre puissent concurrencer les ports d'Europe du Nord. Or, tous deux ont un rôle très effacé.

Quelles en sont les causes  ?

Ce n'est pas tant une question d'infrastructures, elles sont assez remarquables : sur ce plan, si on compare le port de Marseille à celui de Gênes, il n'y a pas photo  ! Le problème est que nos deux grands ports, situés dans de vrais culs-de-sac terrestres, ne sont pas suffisamment reliés à l'intérieur du pays. Il manque des voies routières, ferroviaires et fluviales pour irriguer les flux de marchandises.

Au Havre, tant qu'il n'existera pas une ligne de TGV entre Paris et la ­Normandie permettant de dégager des lignes ferroviaires secondaires pour le fret, cela ne fonctionnera pas. Il existe un corridor ferroviaire très performant réservé au fret, qui relie Rotterdam à Lyon. Mais il n'est pas véritablement prolongé jusqu'à Marseille. Résultat, on ne peut pas désenclaver la cité phocéenne. Tous les flux, à l'exception du pétrole, passent par le nord de l'Europe, et donc la région ne peut pas être compétitive. Une entreprise qui produit une marchandise à Marseille a une chance sur deux de devoir passer par Anvers, Hambourg ou Rotterdam pour l'exporter aux États-Unis.

Trouvez-vous que c'est une erreur ?

Oui, on se marche sur la tête. Car le transport maritime est bien moins coûteux que le transport terrestre. Si l'on prend un porte-conteneurs de 15 000 conteneurs, cela fait l'équivalent de 97 kilomètres de camions mis bout à bout ; 6 porte-conteneurs, cela revient à une voie d'autoroute bloquée entre Paris et Lyon, voire plus.

Il est temps de sortir du « court-termisme ».

Que préconisez-vous, vous qui avez été le secrétaire général du Grenelle de la mer en 2009 ?

Christian Buchet vient de publier « La Grande Histoire vue de la mer » aux éditions du Cherche-Midi. © Cherche-Midi / DR

Que l'État lance, plus qu'un plan d'aménagement du territoire, un grand plan de désenclavement géographique afin de permettre à ces deux grands ports d'intérêt national que sont Le Havre et Marseille de gagner en rayonnement économique, et donc d'être créateurs de richesses et d'emplois.

La France n'est pas encore le pays de la fluidité, mais il est celui de l'enfermement. Il est temps de nous ouvrir.

Grâce aux ports de Marseille et du Havre, les régions de Paca et de la Normandie pourraient devenir les poumons économiques d'une compétitivité enfin retrouvée.

Il est quand même incroyable qu'en 2017 le premier port français en flux de marchandises s'appelle Anvers  ! Nous avons de ce fait une compétitivité insuffisante qui génère dans une grande proportion le chômage de masse que nous connaissons, alors que la France détient le deuxième espace maritime au monde… C'est une aberration à laquelle il est urgent de remédier par une action volontariste de l'État à travers une politique de développement des transports routiers, ferroviaires et fluviaux. Il existait davantage de voies navigables à l'époque de Louis XIV qu'en 2017…

Pourquoi cette absence d'engagement politique  ?

Par manque de courage, tout simplement. Au lieu d'investir dans de grands projets sur le moyen terme, on préfère satisfaire les besoins immédiats. Il est temps de sortir du «  court-termisme  »  !


Commentaire de Florestan:

Bravo! Monsieur Buchet! Mais... Il aurait dû bucher le dossier jusqu'au bout: s'en remettre, à nouveau, à l'Etat central voilà l'erreur car on ne saurait trouver la solution en reproduisant ce qui a crée le problème.

Il faut une vraie autonomie portuaire: la Normandie candidate pour l'expérimenter.

De même qu'il faut concentrer les investissements sur les deux seuls vrais grands ports maritimes français: Le Havre-Normandie et Marseille-Provence.

A l"aune de ces considérations, le clochemerle portuaire entre Le Havre et Dunkerque pourra paraître dérisoire...

http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/dunkerque-vs-le-havre--trois-parlementaires-du-nord-ecrivent-a-edouard-philippe-MG11240419

Dunkerque vs Le Havre : trois parlementaires du Nord écrivent à Edouard Philippe

Christian Hutin, le député MRC du Nord vient d’écrire au 1er ministre avec deux de ses collègues parlementaires du Nord afin de demander au gouvernement de clarifier sa position concernant l’avenir du port de Dunkerque

La lettre envoyée il y a quelques jours par Agnès Firmin le Bodo au ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard, pour demander au gouvernement d’axer tous ses efforts financiers en matière de développement portuaire sur les deux seuls ports du Havre et de Marseille n’en finit pas de provoquer des réactions dans le Nord qui nourrit de nouvelles ambitions pour le port de Dunkerque.

Trois parlementaires, les députés Christian Hutin et Paul Christophe, et le sénateur Jean-Pierre Decool, viennent d’écrire au premier ministre. A Edouard Philippe, ex maire LR du Havre, ils indiquent la “vive émotion” qu’a provoquée dans leur territoire le contenu de la lettre rédigée par “leur collègue de la 7e circonscription de la Seine-Maritime”.

Et ils demandent à Edouard Philippe de clarifier la position du gouvernement en ce qui concerne l’avenir du port de Dunkerque qui s’est lancé dans un vaste projet de développement jusqu’à l’horizon 2030-2035.

(...) Nous tenons à vous faire part de notre profonde inquiétude et de notre mécontentement devant ce qui s’apparente à une attaque en règle contre le projet portuaire et industriel de Dunkerque. Nous nous interrogeons également au regard de votre proximité politique avec Madame Firmin le Bodo, et au vu de ses communications tous azimuts en direction du Gouvernement s’il s’agit d’une initiative personnelle et malheureuse, ou faut-il y voir une manifestation plus dangereuse et inquiétante de la part de l’Etat quant à l’avenir de Dunkerque ? (...) Nous estimons qu’une clarification urgente est aujourd’hui indispensable après ces annonces alors qu’au même moment (le fruit du hasard ?) vient de commencer sur le littoral le grand débat public concernent ces enjeux qui sont cruciaux pour l’avenir du territoire et de ses habitants.”