Ce qui est à lire ci-dessous date de septembre dernier, lors du passage d'Hervé Morin sur l'antenne de France Info. Mais cela fait vraiment plaisir à lire alors que le prurit néo-jacobin du président Macron s'est accentué depuis... On a beau n'avoir que 39 ans mais on peut avoir de vieilles idées en tête et, ces temps-ci, c'est plutôt à une entité dont le nom et le territoire remontent à plus de onze siècles que l'on doit une belle leçon de modernité et de nouveauté politique...

image_content_21153725_20160930101732

Tout est politique. Baisse des dotations aux régions : Emmanuel Macron "fait de la politique comme un vieux", estime Hervé Morin

Hervé Morin, président Les Centristes de la région Normandie, était l'invité de Jean-François Achilli dans "Tout est politique", vendredi 29 septembre sur franceinfo.

http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/tout-est-politique/tout-est-politique-baisse-des-dotations-aux-regions-emmanuel-macron-fait-de-la-politique-comme-un-vieux-estime-herve-morin_2372693.html

Jeudi 28 septembre, avec les autres présidents de régions, Hervé Morin, président Les Centristes (anciennement Nouveau Centre) de la région Normandie, a quitté la Conférence des territoires, dénonçant notamment la suppression d'un fonds de 450 millions d'euros destiné aux régions.

Macron, une politique de "vieux"

"Je pense qu'il y a une erreur fondamentale de construction politique du président de la République qui est de considérer qu'il va réussir tout seul,estime Hervé Morin vendredi sur franceinfo. Tout son schéma est un schéma de jacobinisme et de centralisation à l'excès [...] Tout ça est un schéma super vieux. Il fait de la politique comme un vieux quand il fait ça."

Pour le président de la région Normandie, "la réussite des régions repose aussi sur les territoires qui ont la capacité d'innover, d'expérimenter, de tenter, qui ont beaucoup plus de réactivité que l'État."

"Rien ne se fait sans" les régions

Pour la Normandie, ce sont "à peu près 25-30 millions" d'euros en moins, indique Hervé Morin, "ça signifie que soit je réduis mes investissements" soit "je risque de réduire les crédits consacrés à la formation, aux lycées, à la recherche, à l'université, au soutien à l'économie qui sont tous les champs de compétence de la région".

"Rien ne se fait sans nous aujourd'hui. Il n'y a pas une usine qui se monte en Normandie sans que la région n'y soit, il n'y a pas un projet d'investissement d'infrastructures qui se fait sans la région".