"La Normandie est un lyrisme lucide" dit un jour sous l'ombrage de ses pommiers de Verson Léopold Sédar Senghor, le grand poète de l'africanité francophone. Peu savent qu'il aimait tant la Normandie de Colette Hubert, sa normande bien aimée, qu'il décida d'y vivre dans les années 1980 et d'y finir ses jours en 2001: les archives personnelles du dernier grand poète normand sont désormais placées sous la protection de l'IMEC à l'abbaye d'Ardenne près de Caen.

https://www.normandie.fr/un-projet-pour-mettre-en-lumiere-senghor-le-normand

senghor

Un projet pour mettre en lumière Senghor « le Normand »

Le 20 décembre 2017

Des années 80 jusqu’à sa mort, le 20 décembre 2001, Léopold Sédar Senghor a vécu à Verson, en Normandie. Afin de valoriser le patrimoine légué à notre région par le père de la Francophonie, un projet intitulé « Présence Senghor en Normandie » était présenté le 16 décembre dernier à l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine (IMEC).
En 2006 déjà, à l’occasion du centenaire de sa naissance, l’IMEC honorait Léopold Sédar Senghor à travers deux expositions et des Journées d’études sur la Francophonie. 7 ans plus tard, le 16 décembre dernier, un comité scientifique et culturel présidé par le philosophe Souleymane Bachir Diagne s’est réuni à l’IMEC pour mettre en œuvre un projet valorisant les liens et l’attachement de Senghor à la Normandie ainsi que son patrimoine littéraire auprès des différents publics.

En effet, Senghor et la Normandie sont intimement liés. A partir de 1959, l’écrivain et président du Sénégal, passe tous ses étés dans la maison versonnaise de sa « princesse normande », Colette Hubert qu’il a épousée en 1957. Il y vivra ses 20 dernières années, jusqu’à sa mort le 20 décembre 2001. A propos de la Normandie, le père de la Francophonie et académicien définissait la « normandité » comme « un ensemble de valeurs de civilisation, dont les deux plus importantes sont, paradoxalement, parce qu’en même temps, la rationalité et la sensibilité portées l’une à l’autre à un haut degré ».

En 2004, madame Senghor lègue sa propriété (maison et parc) ainsi que le mobilier à la commune de Verson pour mettre ce lieu patrimonial à disposition du public. Actuellement, l’ensemble des biens de L.S Senghor répertoriés en Normandie se trouvent répartis sur 4 lieux n’offrant pas les conditions de conservation minimales. Des livres et des objets personnels sont à Verson, des tableaux, photos, statuettes africaines à Caen, des manuscrits, tapuscrits, lettres, articles, carnets de poèmes sont stockés à Cherbourg, sans oublier la bibliothèque personnelle de Senghor dans sa propriété de Verson. Aussi, la mise en place et le travail mené par le Comité scientifique ainsi qu’une nouvelle convention établie pour 4 ans, de 2018 à 2021, devraient permettre de mener un projet ambitieux autour de ce poète-philosophe qui aimait tant la Normandie.

Composé de 14 personnes, dont la directrice de l’IMEC et le Conservateur des archives diplomatiques du quai d’Orsay, le Comité scientifique et culturel est chargé de la valorisation du patrimoine Senghor en région. Ce projet comprend non seulement les phases envisagées pour l’inventaire et la conservation du patrimoine Léopold Sédar Senghor mais aussi la démarche de valorisation de cette pensée d’exception. La Région Normandie, la DRAC, le Département du Calvados, la commune urbaine de Caen la Mer, la Ville de Verson, l’IMEC, l’Université de Caen-Normandie et la Fabrique des Patrimoines en Normandie sont associés pour élaborer ce plan de conservation.