L'Etoile de Normandie n'a strictement rien à ajouter au propos ci-dessous puisque nous ne cessons de le dire depuis près de dix ans maintenant...

https://www.ouest-france.fr/normandie/la-normandie-doit-la-jouer-collectif-5488884

Développement économique. « La Normandie doit la jouer collectif »

la_normandie_doit_la_jouer_collectif_0

Ludovic Jeanne, géographe du laboratoire Métis-Ecole de management de Normandie.

Quels atouts la Normandie possède-t-elle pour assurer son développement économique ? Ludovic Jeanne, géographe du laboratoire Métis à l’École de Management de Normandie, apporte quelques réponses.

La Normandie doit penser international

« Il n’est plus possible aujourd’hui pour les exécutifs régionaux de penser l’avenir dans le cadre strict des limites administratives de leur région. Les nouvelles régions doivent penser en termes de géopolitique, de géoéconomie. Ces compétences ne peuvent plus être exclusivement du domaine de l’État. La Normandie doit réfléchir son développement  a minima à l’échelle européenne, mais aussi à l’international. »

Brexit, Alstom… La Normandie en première ligne

« Impossible de penser que le Brexit sera neutre pour la Normandie. Même si, aujourd’hui, nous ne sommes pas capables de dresser la liste exhaustive de ses effets. La Normandie va devenir une région frontalière de l’Union européenne. Très concrètement se pose la question des zones de pêche, de leur contrôle. L’impact sur les flux migratoires sera un autre enjeu. Plusieurs territoires normands sont déjà concernés. »

La cession d’Alstom à l’Américain General Electric (GE) est un autre exemple des mouvements internationaux qui touchent la Normandie. Cela interroge au moment où l’on veut développer sur notre territoire une filière industrielle des énergies marines renouvelables. Si GE désosse Alstom, personne ne peut dire comment ça marchera. »

La compétition entre Normands serait fatale

« La relation entre Caen, Rouen et le Havre est un enjeu fort pour la Normandie. Soit ces trois pôles se font concurrence, et on peut pronostiquer une victoire rouennaise, qui se fera aux dépens des deux autres, donc de la Normandie. Soit ils entrent dans une véritable coopération stratégique en faisant, chacun, le deuil d’être le pôle dominant. Ce mouvement permettrait de dimensionner un système métropolitain à l’échelle européenne et mondiale. Caen-Rouen-Le Havre offrirait un accès direct de la Paris à la mer, donc au monde. La Normandie doit la jouer collectif. Une compétition entre Normands serait fatale. »

L’énergie, une carte majeure pour la Normandie

« En matière d’économie, il faut toujours se demander ce que l’on peut faire mieux que les autres. Avec les énergies marines renouvelables, la Normandie a des réponses dans l’éolien offshore et encore plus dans l’hydrolien. Il existe peu d’endroits sur la planète avec des courants marins d’une telle puissance et où l’on peut installer des fermes hydroliennes en profondeur. Mais pour arriver à développer cette filière, il va falloir faire preuve de courage politique et de pédagogie. Nous devons changer de modèle. On ne peut pas le faire en ne bougeant rien. Des oppositions s’élèvent face aux différents projets. Il va falloir négocier pour arriver à des compromis.

Sur ces questions d’énergie, la baisse de la part du nucléaire n’est pas forcément une mauvaise nouvelle économique. Avec le développement de cette industrie partout dans le monde, ceux qui auront pris de l’avance sur les techniques de démantèlement et de maîtrise des déchets auront des marchés pour des décennies. Avec le nombre d’équipements sur son territoire, la Normandie a une carte à jouer. C’est le bon moment de soutenir l’innovation dans ce domaine pour les acteurs publics. »