Ah qu'elles étaient belles les images de la Hauteville de Granville l'autre soir sur Thalassa...Résultat de recherche d'images pour "granville vue du ciel thalassa"

Vu d'un drône c'est magnifique. Mais Granville vu du dessous de la table du conseil municipal, c'est beaucoup moins beau. C'est même plutôt inquiétant et consternant...

L'Etoile de Normandie a décidé de se faire l'écho des associations locales de défense de l'environnement et du patrimoine historique et culturel de Granville qui tirent la sonnette d'alarme.
Nous avons, par ailleurs, alerté la direction du patrimoine à la région car face au silence de la DRAC et à l'inefficience des Architectes des Bâtiments de France sur le terrain (malgré leur bonne volonté) les associations concernées se tournent désormais vers la région Normandie.
 
Dans la cité corsaire du Cotentin qui a eu la chance d'échapper aux destructions de 1944 quatre éléments majeurs du patrimoine local sont menacés par l'incurie de la majorité municipale en place:

granville-17485-4_w1000

1) l'ancienne église Saint Paul qui vient d'être désacralisée et dont la maire de Granville, Madame Dominique Baudry a laissé entendre qu'elle pourrait être en partie "déconstruite". Une pétition est à signer sur Change.org pour s'opposer à toute "déconstruction" même partielle et pour exiger un projet valorisant cet édifice qui fait partie de l'identité de la ville: dans les beaux volumes de l'ancienne église pourraient être organisés de grandes expositions culturelles contribuant à la notoriété touristique de la ville situé au terminus d'une ligne de chemin de fer nationale.
2) Le musée d'art et d'histoire du vieux Granville, toujours fermé en raison de la présence de la mérule et dont les collections font l'objet d'un récolement général: l'inquiétude des associations portent sur les conditions temporaires de conservation de ces collections mais surtout sur l'absence d'un projet clairement décidé pour l'avenir de ce musée (retour dans le local d'origine ou transfert dans la caserne Bazeille du XVIIIe siècle de la Hauteville que la municipalité souhaite vendre à un promoteur privé pour l'instant sans succès).

granville_mg_1_300x1067

Muse-e-du-Vieux-Granville

3) Le transfert du Casino de son bâtiment actuel et historique (1912) sur le port de plaisance moyennant la destruction éventuel de l'actuel yacht club dans le cadre d'un hypothétique projet de réaménagement du port de Granville porté depuis des années par le département de la Manche sans qu'il aboutisse vraiment (dans ce contexte ajoutons que le joli pavillon rond en béton de style art déco des années 1950 qui sert à la manoeuvre des écluses serait lui aussi détruit)
4) La défiguration quasi totale du site classé du domaine de La Horie, une belle malouinière granvillaise de la toute fin du XVIIIe siècle dominant la ville au Sud par un projet immobilier consistant à construire des immeubles aussi hauts que la vénérable bâtisse et en abattant l'essentiel du parc de cet ensemble exceptionnel qui témoigne du passé maritime de Granville puisqu'il s'agit de la demeure d'un armateur qui pourrait accueillir un beau projet muséal...
 
Le dernier point semble être le plus urgent. La question est de savoir si, politiquement, la région pouvait intervenir auprès de l'Etat (préfecture et la DRAC) pour éviter la destruction du parc boisé de cet ensemble patrimonial qui a gardé son authenticité et son intégrité.
Lire par ailleurs cet article proposé par un blogueur granvillais:
Voir enfin le site de l'association vie et mémoires du vieux Granville:

LA HORIE

"La Horie, une destruction annoncée.

Vie et Mémoires du Vieux Granville avait rencontré Mme Baudry et M.Blanchet, maire et maire adjoint à l'urbanisme de Granville, ainsi que l’association St Yves, légataire et donc propriétaire du domaine de la Horie.

Nous avons vite compris quelles étaient leurs motivations :

L’association St Yves voulait recevoir un maximum d'argent et la ville souhaitait permettre de construire à tout prix pour toucher plus de taxes locales. Ils étaient faits pour s’entendre. La municipalité actuelle, fidèle à elle-même dans sa politique patrimoniale : la vente ou l'abandon, va offrir le permis de construire, fait sur mesure, au propriétaire et à son investisseur. Tout cela en dépit de l'avis défavorable des Services d'Etat, dans ce cas précis, la Commission Départementale de la Nature des Paysages et des Sites, qui s'est prononcé à l'unanimité contre l'abattage de ces arbres centenaires formant l'espace boisé classé du domaine.

Madame de Lomas, petite fille de l'Amiral d'Empire Jacques Epron de la Horie, aurait beaucoup apprécié que son legs et ses conditions attachées soient trahis sans vergogne moins de cent ans après ! Les mensonges, les approximations, les interprétations, les combines, l'irrespect du patrimoine et des racines de la Ville pèsent de plus en plus lourd sur le présent et l'avenir de la commune et de ses habitants. Il est grand temps que ce climat aux relents d’affairisme s'arrête ! Quelle image détestable pour notre ville !

 Vie et Mémoires du Vieux Granville ainsi que d'autres associations espèrent enrayer ce projet y compris en cas d'urgence : abattage des arbres de l'espace boisé classé qui en aucun cas ne seront remplacés ! "