Et le risque est que nous, Normands, fassions tapisserie en assistant à la marée de misère humaine sur nos côtes face à la perfide Albion faute d'avoir un souverain capable de dénoncer le honteux traité du Touquet qui est une humiliation quotidienne pour nos forces de l'ordre républicaines!

Alors que nous devrions consacrer toute notre énergie à développer une puissante politique publique de coopération culturelle et économique entre la Normandie et l'Angleterre, nous voilà réduits à cette misérable activité de patrouilles et de douanes qui n'a d'ambition que celle de scruter l'horizon depuis un corps de garde ou un... bunker comme entre 1940 et 1944: le pire de notre Histoire!

4af87ddb1d4b5bed17e9c5d674a7510e

A chaque fois que la Manche est devenue une frontière, voire une frontière militaire, l'enfer est descendu sur notre terre normande: un Macron qui met ses pas dans ceux de Louis XIV et de Napoléon doit, par principe, mettre en alerte tout Normand qui se respecte dès lors qu'il connait l'histoire de la Normandie...

saint_marcouf_2iles-3000195

Les îles Saint Marcouf, au large de Saint Vaast la Hougue: un haut-lieu de l'histoire des contrebandiers Normands trafiquant avec l'Angleterre...

Si nous avions un peu de courage, des passages clandestins vers l'Angleterre via les îles anglo-normandes, ou le Nord Cotentin devraient s'organiser comme aux temps difficiles de la répression des Protestants Normands par Louis XIV ou des Girondins, Royalistes ou Chouans fuyant la guillotine de Robespierre ou les géôles de Napoléon 1er (Il est probable qu'il en existe déjà depuis quelques lieux discrets de la Hague ou de la côte des havres) pour celles et ceux qui désirent se rendre en Angleterre parce qu'une partie de leur famille s'y trouve déjà: les Anglais qui, par ailleurs, veulent quitter l'Union européenne, ont une conception du libéralisme à géométrie variable. Ce n'est pas à la France d'en assumer les désagréables conséquences humaines sur ses territoires et ses côtes!

Nous avons le plaisir de constater que cette semaine, Hervé Nathan, éditorialiste du magazine Marianne (n°1089 du 26/01/18 au 1/02/18), pense la même chose que nous:

31-01-2018 09;29;16