C'est pour nous une question de principe:

Un cordonnier mal chaussé, aussi talentueux et besogneux soit-il, ne saurait faire longtemps et correctement son travail. C'est la raison pour laquelle nous sommes toujours très soucieux sur l'Etoile de Normandie de la qualité des conditions de travail au sein du conseil régional de Normandie.

C'est pour nous une question essentielle: il faut que la seule institution politico-administrative qui est, authentiquement, au service de l'intérêt général normand (qui a été si mal servi des années durant en raison de la division normande et le déclin de notre Normandie dans le localisme) soit, socialement et humainement, en bonne santé. Car si un agent de la région est fier de son travail et satisfait de ses conditions de travail c'est bon pour la Normandie et bon pour tous les Normands.

Nous pensons qu'Hervé Morin en est aussi convaincu que nous et il a donné quelques preuves de son intérêt pour cette question essentielle: le cavalier qu'il est sait que l'on doit ménager sa monture pour aller là où il faut aller. Le fait d'avoir sorti des centaines d'agents (notamment du côté de l'ex Haute-Normandie soi-disant "socialiste") d'une scandaleuse précarité statutaire était une bonne chose.

Mais la situation actuelle nous inquiète: si la CGT "Normandie" lance une grève c'est qu'il doit y avoir de sérieuses raisons qu'il faut traiter sans tarder!


 https://www.tendanceouest.com/actualite-261381-normandie-les-agents-de-la-region-en-greve.html

Normandie : les agents de la Région en grève

261381

Jeudi 1er février 2018, les agents de la région Normandie étaient mobilisés devant le Conseil Régional à Caen (Calvados).

Ils étaient près de 350 agents de la Région Normandie à s'être mobilisés, à l'appel de la CGT, jeudi 1er février 2018 devant le Conseil régional à Caen (Calvados). Huit cars avaient fait la route : cinq en provenance de la Seine-Maritime et trois des départements de l'ex-basse Normandie.

Reconnaissance du travail et de la pénibilité

Le président de Région, Hervé Morin, veut, entre autres, que les agents effectuent leurs 35 heures, comme l'exige la loi soit 1 607 heures annuelles. Pour les syndicats, Hervé Morin ne tient pas compte des horaires fractionnés et de la pénibilité du travail de certains agents notamment dans les lycées.

"Il y a des personnels qui travaillent 43 heures/semaine dans les lycées. On demande une reconnaissance de leur travail et une possibilité d'attribuer des jours en fonction de ces dépassement d'horaires. Pour les agents du siège, on demande une reconnaissance de certains critères comme le mal-être au travail dû à la pression, au stress et qui pourrait être pris en compte", explique Olivier Léger, représentant du syndicat CGT de la Région Normandie.

Les agents seront reçus vendredi 2 février par Hervé Morin à Rouen (Seine-Maritime).


 https://www.tendanceouest.com/actualite-260979-les-agents-de-la-region-en-greve-pour-leur-remuneration-et-leurs-conditions-de-travail.html

Les agents de la Région en grève pour leur rémunération et leurs conditions de travail

La CGT Région Normandie a déposé un préavis de grève illimité effectif à partir du lundi 29 janvier 2018. Elle s'oppose notamment aux nouveaux régimes indemnitaires des agents, créés pour lisser les différences entre les ex Haute et Basse Normandie. Explications.

Les revendications de la CGT sont nombreuses. Elles concernent le cadrage du temps de travail, les modalités d'évolution de carrière... et le versement du régime indemnitaires des agents. Entre l'ex Haute et Basse Normandie, les écarts de rémunération entre les agents de catégorie C pouvaient aller jusqu'à 52%. Il a donc fallu lisser ce régime indemnitaire pour tendre vers une uniformisation.

"On y travaille depuis plusieurs mois avec les organisations syndicales", explique Marie Guguin, vice-présidente de la Région en charge des ressources humaines. Un nouveau régime indemnitaire doit être mis en place. Pour ceux dont la rémunération dépassait ce nouveau régime, une indemnité compensatrice est prévue pour qu'ils ne perdent pas d'argent. Et c'est cette indemnité compensatrice qui pose problème pour la CGT. "Dès lors que cette indemnité compensatrice est dégressive quand le fonctionnaire a un avancement, on se rend bien compte que la rémunération actuelle est garantie mais qu'on n'est pas sûr qu'elle progresse", précise Eric Chatenet, le secrétaire général adjoint de la CGT Normandie.

Pas de perte de rémunération

Du côté de la Région Normandie, on assure que la plupart des agents sont gagnants. "Au niveau du personnel sur le site administratif, 340 personnes auraient une indemnité compensatrice contre 932 qui auraient un régime indemnitaire supérieur. Sur les lycées, 2300 agents auraient une augmentation contre 800 qui auraient une indemnité compensatoire", explique la vice-présidente qui assure que la collectivité va dépenser 6,7 millions d'euros supplémentaires par an pour les régimes indemnitaires.

Un rassemblement est prévu jeudi 1er février 2018 à Caen (Calvados). Des cars sont affrétés de toute la Normandie pour rassembler les agents, notamment depuis Rouen, le Havre (Seine-Maritime), Cherbourg (Manche) et Alençon (Orne). Le président Hervé Morin doit à nouveau recevoir les syndicats sur la question, vendredi 2 février 2018 pour trancher sur ces questions.


 Commentaire de Florestan:

C'est à Hervé Morin que revient la charge de solder le passif Levern, le satrape "haut-normand" soi-disant "socialiste"!