Un lecteur attentif de l'Etoile de Normandie nous a fait parvenir la réaction d'un microscopique "Parti Breton" au sujet des décisions récentes du Conseil d'orientation des infrastructures de transport présidé par Philippe Duron, l'ancien député-maire socialiste de Caen et remis à Edouard Philippe, un ancien député-maire (LR) du Havre...

Edouard-Philippe-trouve-t-il-qu-Emmanuel-Macron-prend-trop-de-place_exact540x405_l

On sait que dans les propositions ascétiques de ce rapport soumis à l'impératif de ne pas dépenser plus qu'il ne faut l'argent public qu'on prétend ne plus avoir, la Normandie ne bénéficie d'aucune rente de situation ni d'aucun privilège particulier. Bien au contraire!  A croire que MM. Duron et Philippe ont tellement anticipé l'accusation d'être des chauvins Normands qui ne penseraient qu'à la Normandie qu'ils ont arbitré (s'ils ont pu arbitrer quoique ce soit) des décisions qui  mettent pluôt en péril le développement du projet normand (projet d'intérêt national nous claironne-t-on depuis l'Axe Seine) en reportant, sine die, la réalisation intégrale de la Ligne Nouvelle Paris Normandie: ces décisions sont d'ailleurs si mauvaises qu'Hervé Morin, le président de la Normandie a cru bon d'écrire le 2 février dernier une lettre plutôt courroucée à l'ancien député-maire du Havre...

Visiblement, ces régionalistes Bretons n'ont pas lu le même rapport que nous. Mais les Bretons osent tout et c'est à cela qu'on les reconnait! Ils ne sont pas à une outrecuidance près. C'est même une méthode politique chez eux plutôt efficace dans la négociation et ses rapports de force avec l'Etat central même si elle a aussi ses limites comme on vous le dira après avoir lu ce qui suit:

Prière de ne pas rire en lisant...

http://mobile.abp.bzh/edouard-philippe-le-gouvernement-paris-normandie-44283?utm_content=buffer6cb2b&utm_medium=social&utm_source=linkedin.com&utm_campaign=buffer

Edouard Philippe : le gouvernement Paris-Normandie

Communiqué de presse publié le 10/02/18 10:30 dans Politique par Sébastien Girard pour Parti Breton


Le rapport Duron (ancien député et maire de Caen) semble avoir été très bien reçu par son compatriote normand Edouard Philippe (premier ministre et ancien maire du Havre).

Et pour cause ce rapport fait la part belle en matière d’infrastructure portuaire et de transport de fret (fluvial et ferroviaire) aux ports de Le Havre-Rouen.

La Bretagne est une nouvelle fois écartée des schémas de développement portuaires prévus, pour lesquels les Bretons seront financièrement mis à contribution.

Les élus normands qui ont su obtenir la réunification de la Normandie (alors que les élus bretons n’ont rien su obtenir), jouent la carte du Grand Paris – favorisée par leur situation géographique- et tirent habilement leur épingle du jeu en parlant d’une seule voix pour la Normandie.

En matière maritime, comme ailleurs, la partition administrative de la Bretagne coûte cher à la Bretagne. Faut-il rappeler l’exemple symbolique de l’agence européenne de sécurité maritime (AESM) qui se trouve à Lisbonne parce que Brest (Région administrative de Bretagne) et Nantes (Région administrative des pays de Loire) n’ont pas réussi à s’entendre ?

Faut-il à nouveau rappeler le projet CombiWest de fret ferroviaire porté par la SICA de Saint-Pol est largement empêché par la France ?
A l’évidence il manque une stratégie globale, fruit d’une ambition et d’un respect pour la Bretagne et les Bretons. Et nous le savons, attendre de la France qu’elle le fasse est une folie, elle qui nie la Bretagne jusque dans sa langue.

Il est aujourd’hui affligeant de voir que les élus –déjà tournés vers leurs prochains enjeux électoraux- ne s’emparent pas de ces sujets, en dehors de quelques coups de mentons médiatiques, en ayant une véritable stratégie pour la Bretagne.

Alors que le gouvernement Paris-Normandie du premier ministre Edouard Philippe avance, il est l’heure pour un sursaut national de la Bretagne.

Le Parti Breton appelle les Bretons à rejoindre la dynamique qu'il incarne pour relever les défis d'un monde en mouvement dans lequel la Bretagne a toute sa place.

Le Conseil National ■


Auteur de l'article : Parti Breton
Le Parti Breton est un parti politique républicain, réformateur, qui a vocation à regrouper les hommes et les femmes s'engageant dans le combat pour la reconnaissance pleine et entière de l'identité nationale du peuple breton. Il propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu.
Il se définit dans les valeurs de l'humanisme, de la solidarité, de la démocratie et de la liberté.
C’est un parti de réforme, s’adressant à tous ceux qui œuvrent pour le progrès selon les principes des philosophies politiques allant de la Social-Démocratie à la Démocratie Sociale Libérale tels que ces concepts sont largement reconnus et répandus dans l’actuelle Union Européenne.


Commentaire de Florestan:

Il est amusant de constater comment certains régionalistes Bretons se font des films à notre sujet notamment lorsqu'ils affirment qu'un ancien maire du Havre devenu Premier ministre roulerait forcément pour les intérêts normands. C'est un point de vue de régionaliste breton sur une autre question régionale (la nôtre) qui ne manque pas de sel (venant de la région du beurre salé, c'est normal) car, justement, Edouard Philippe n'est pas breton et il ne pense pas "Normandie" à tous ses repas comme le font  certains Bretons avec LA Bretagne.  

Alors on me dira que les Normands devraient faire pareil: c'est à dire être chauvins en toute circonstance, être de mauvaise foi, tirer la couverture à soi sur tous les dossiers et si la couverture n'est pas assez grande, menacer de la déchirer avec quelques manifestations violentes de son identité régionale qui permettent d'obtenir presque tout de l'Etat central jacobin de Paris sauf l'essentiel, du point de vue d'un régionaliste breton conséquent avec lui-même, à savoir, l'unité régionale dont nous disposons enfin en Normandie.

Ce point de vue breton confirme le nôtre, celui d'un régionalisme normand, sérieux, raisonnable et modéré: les Normands ne doivent surtout pas faire comme les Bretons. Mais ils ont le devoir de se mobiliser pour démontrer qu'un régionalisme responsable et démocratique peut prendre en charge un intérêt national mieux que ne le ferait l'Etat central (on pensera à l'économie maritime de l'Axe Seine) qui continue de croire à la sornette que cet intérêt national serait mieux assuré en faisant disparaître la Normandie dans le Grand Paris, disparition qui est, la véritable ambition d'un "gouvernement Paris-Normandie": la formule est pertinente mais nos amis régionalistes du Parti Breton ont tout faux!

nl1558-logo-paris-normandie-v2