Entrefilet dans l'édition du 28 février 2018 de Paris-Normandie: la Commission Nationale du Débat Public auditionne des panels de "citoyens" depuis quelques semaines dans les régions voisines de la Manche pour que le gouvernement puisse arrêter "sa politique maritime et portuaire" dans les prochaines années...

"Sa politique maritime et portuaire": visiblement c'est l'affaire du gouvernement et pas la nôtre. Pas étonnant que, dans ces conditions, le gouvernement central conduise SES grands ports maritimes au naufrage: un enfant a bien le droit de faire joujou avec SON jouet.

Cette consultation en catimini est symptomatique de l'absence d'authentique culture démocratique de la république française: s'il y a un domaine qui s'administre au niveau de la mer avec les gens directement concernés c'est bien le domaine de l'économie maritime.

Pour ce qui est de la Normandie, alors que d'importantes décisions doivent être prochainement prises pour l'avenir de nos GPM normands, on aurait aimé être informé de la réunion qui s'est déjà tenue à Caen (combien de "citoyens" dans la salle?) avant la réunion qui a déjà eu lieu au Havre le 28 février dernier (même question: combien de "citoyens" dans la salle?)...

Faut-il considérer qu'il puisse y avoir pire qu'une dictature? A savoir une démocratie aussi hypocrite que réservée à des inités parce que le mot "peuple" est un mot qui fait peur...

Extrait de l'édition du 28 février 2018 de Paris-Normandie:

IMG_1399