Bientôt 11 MILLIARDS!

Le scandale du prototype " tête de série" de réacteur nucléaire "européen" à eau pressurisée  (EPR) c'est, aussi et surtout, le fait que ce grand dragon inutile est en passe d'engloutir dans sa fale de béton mal banché et donc mal coulé et entre sa goule de métal mal soudée, l'équivalent d'une LNPN toute entière!

1280x720--XV

Un "dragon" de Komodo avalant un singe...

Puisqu'il nous faudrait au moins 11 MILLIARDS d'euros pour réaliser entièrement la Ligne Nouvelle Paris Normandie sur ses deux branches et 15 milliards s'il fallait faire, en même temps, le contournement autoroutier de Rouen, la remise à niveau logistique de la vallée de la Seine en amont du port du Havre ou l'achèvement du désenclavement routier normand...

Et ces 11 MILLIARDS sont jetés dans ce puits sans fond mais au fond duquel un dragon avait, jadis, établi son repère si l'on en croit une vieille légende normande de la Hague à propos des falaises et du cap de Flamanville... Légende ignorée, bien entendu, par les crânes d'oeuf d'EDF, de l'ex Aréva (maintenant il faut dire "Orano" et pas D'Ornano...) Siemens, Bouygues qui exploitent toute une armée de sous-traitants qui employent des travailleurs détachés sur ce chantier "hors-normes' (surtout sociales) avec les malfaçons qui vont avec...

Il est fort probable que cet énorme machin ne sera pas raccordé au réseau électrique avant la fin de l'année 2018. Il est probable qu'on dépassera les 11 milliards d'euros une fois toutes les factures du chantier réglées sans parler de ce qui tombera en panne dans le cadre des essais, voire de la future exploitation "normale" dudit prototype... Avant 2020?

https://www.ouest-france.fr/normandie/soudures-de-l-epr-edf-pas-autorisee-demarrer-sans-reparations-5594786

Soudures de l’EPR. EDF pas autorisée à démarrer sans l’aval de l’ASN

0db2ffaa4ccfa5161c615847ed90cda6-soudures-de-l-epr-edf-pas-autorisee-demarrer-sans-l-aval-de-l-asn

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué ce mercredi 28 février 2018 qu’EDF ne serait pas autorisée à démarrer le réacteur EPR de Flamanville, tant que les solutions proposées pour résoudre le problème de soudures n’auraient pas reçu son feu vert.

La semaine dernière, EDF a fait savoir que 38 des 66 soudures dans le circuit secondaire d’évacuation de la vapeur de l’EPR étaient concernées par des écarts de qualité. Le groupe public a toutefois assuré que ces écarts de qualité n’étaient pas de nature à affecter l’aptitude au service des équipements ni le calendrier ou le coût du réacteur nucléaire.

Une porte-parole de l’ASN a déclaré à Reuters que ce problème de soudures pourrait avoir un impact sur le calendrier de démarrage de l’EPR. Pour examiner les solutions proposées par EDF et donner son feu vert au démarrage du réacteur, l’ASN doit recevoir un rapport complet de l’énergéticien public sur ce problème de soudures.

La porte-parole de l’ASN a estimé peu probable que ce rapport soit transmis à l’ASN avant l’été.

 


 Ce n'est pas la première fois que nous faisons, sur l'Etoile de Normandie, ce rapprochement scandaleux qui nous saute aux yeux (on aimerait ne pas être seuls à en rendre compte: Question taboue?) entre, d'une part, un Etat central qui, chez nous, à la pointe Ouest de la Normandie, fait ce qu'il lui plait via les puissantes industries qu'il contrôle encore un peu... Et d'autre part, un Etat central qui ne cesse de dire aux élus et citoyens de Normandie:

Patientez, reportez vos projets, serrez-vous la ceinture, soyez responsables! Etes vous certain d'avoir vraiment besoin de ce que vous nous réclamez?

Cela fait plus de trente ans que la Normandie danse devant le buffet, fermé à clef. (la clef étant dans un bureau à Bercy...) On nous dit: il n'y a plus d'argent public. Débrouillez-vous! Patientez! Soyez innovants...

Il y a deux jours, on nous a rapporté que des voyageurs en sont venus aux mains devant les portières fermées des bétaillères bondées le matin sur les quais de la gare de la rue Verte à Rouen. Pas une semaine sans des incidents, des retards sur toutes les grandes lignes ferroviaires desservant la Normandie. On nous balance des rapports (Duron et Spinetta) pour nous seriner qu'il va falloir femer les petites lignes de chemin de fer, mettre des bus sur les routes où l'on a, déjà, tous les camions qui ne prennent pas des autoroutes normandes trop chères à la barrière de péage car des collectivités territoriales pas assez riches n'ont pas pu abonder en suffisance la fameuse "subvention d'équilibre"... Et pendant ce temps-là, on nous fait des grand'messes sur le développement durable, sur l'intérêt national du potentiel maritime normand dans la vallée de la Seine... Blablablabla!

Le fait est là:

Quand l'Etat agit au service des intérêts normands (qui sont ceux de la France) cela donne... 11 MILLIARDS balancés pour rien ou presque dans un tonneau nucléaire des Danaïdes et la suppression de l'Ecotaxe sur les poids-lourds suite aux violentes manifestations des Bonnets rouges bretons!

Mais depuis 2016 deux éléments essentiels du problème ont évolué:

1) La Normandie est réunifiée: une unité de commandement, de prospective, d'ambition et d'intérêt réapparaît en Normandie après une très longue éclipse.

2) Conséquence du premier point: quand, depuis la nouvelle passerelle normande de commandement, on découvre le potentiel extraordinaire de la Normandie et, en même temps, l'étendu du gâchis, du marasme, du dégât, du passif  d'un Etat sans imagination, sans volonté ni ambition pour la Normandie (que l'Etat a voulu diviser pour mieux la "nationaliser" dès les années 1960) on se dit qu'il est URGENT de se dire que l'on n'est jamais si bien servi que par soi-même et qu'il est encore plus URGENT de passer à l'action. Une action normande puisque la DATAR n'existe plus et, quand elle existait, la première partie du sigle avait été mise en oeuvre (Aménagement du Territoire) mais pas la seconde (Action Régionale).

Il y a, pourtant, un "SGAR" à la préfecture (secrétariat général à l'action régionale) mais on se demande, aujourd'hui, à quoi il peut bien servir...

C'est la raison pour laquelle, la nouvelle collectivité territoriale régionale normande a voulu, dès que possible, se doter de ses propres outils pour construire le début du commencement d'une souveraineté d'action financière: tant pis si cela fait regimber dans les milieux bancaires, du côté de la Banque publique d'investissements ou de la Caisse des dépôts qui ont toujours d'autres chats à fouetter alors que nos cats normands attendent depuis des années leurs croquettes!

Le scandale des 11 milliards avalés par l'EPR devrait faire monter dans le débat public et politique normand, la question des marges de manoeuvre financières de la Normandie, au delà des contraintes comptables du budget du conseil régional qui doit présenter un budget en équilibre comme toutes les autres collectivités territoriales,  avec un taux d'endettement raisonnable et des capacités toujours ouvertes pour investir, le tout, avec une absence quasi totale d'indépendance financière vis-à-vis d'un Etat central impécunieux tenté par un retour en arrière jacobin accompagné du célèbre coup de rabot à la mode de Bercy:

La décentralisation n'est qu'une déconcentration, l'Etat maltraite les collectivités territoriales comme un grand donneur d'ordres maltraite des sous-traitants payés à plus de 90 jours et la réforme de l'article 72 de la constitution que fait miroiter Macron aux Corses qui consisterait, enfin, à ouvrir un espace d'expérimentation financière pour les collectivités territoriales, n'est pas encore à l'ordre du jour...

Reste l'utilisation des fonds structurels européens d'investissement (FESI) gérés, désormais, directement par les exécutifs régionaux pour avoir quelques marges de manoeuvre: mais ces fonds sont limités et les conditions de leur mise en oeuvre sont très complexes... (par exemple: les FESI restent séparés entre Haute et Basse Normandie jusqu'en 2020... Un comble!)

C'est la raison pour laquelle il faut réfléchir enfin sérieusement à une autre solution.

Cette solution consisterait à adosser les grands projets normands qui ont besoin de financements de moyen et long terme sur les capacités d'un FOND SOUVERAIN NORMAND D'INVESTISSEMENT dans le cadre d'une politique d'intelligence économique complète et totalement assumée comme telle.

Pour être honnête, cette solution, révolutionnaire pour la France jacobine, a été mise en oeuvre dès la première année de réunification normande par le nouvel exécutif régional présidé par Hervé MORIN: c'est le principe même de l'Agence de Développement de Normandie dotée de plusieurs dispositifs adaptés à chaque situation dont un fonds d'investissement normand doté de 100 millions d'euros annuels: c'est le début d'un fonds souverain normand qui ne demande qu'à croître et à convaincre ceux qui ont réellement intérêt à le voir croître, à savoir les chefs d'entreprises normands mais aussi tous les citoyens et usagers des services publics et privés présents en Normandie, à commencer par ces Normands qui en ont marre de galérer dans une bétaillère en guise de train moderne, confortable et rapide.

Ce fonds d'investissement normand doit sérieusement augmenter ses capacités financières. Et il ne pourra le faire qu'en s'associant à certaines puissances financières qui pourraient avoir de l'intérêt voire une bienveillance pour l'avenir de la Normandie que l'Etat central jacobino-parisien n'estime plus nécessaire d'avoir...

D'emblée, évitons les Chinois: la Chine, cet empire séculaire autrefois par nous humilié, se venge aujourd'hui en rachetant nos bijoux de famille... Un grand cru bourguignon, l'aéroport de notre industrie aéronautique à Blagnac, des milliers d'hectares de bonnes terre à blé dans la champagne berrichonne, une grande marque de parfum sur la place de Paris. Attention donc! Car la prochaine cible pourrait être le lait normand (et pas celui de Lactalis)... Voire le port du Havre lui-même, si d'aventure, les "nouvelles routes de la Soie" devaient ramper tels des serpents jusqu'à la Manche...

On pourrait aussi trouver quelques marges de manoeuvres financières en relancant les coopérations interrégionales stratégiques sur l'Arc Manche ou l'Arc Atlantique avec les régions françaises et anglaises concernées: mais, tant en France qu'en Angleterre (Brexit), ces coopérations sont actuellement au point mort. Du côté français, le bilan des coopérations interrégionales n'est pas satisfaisant non plus puisque l'Etat garde le meilleur pour lui-même et la Normandie, coupée en deux, a subi la concurrence déloyale des Bretons sur les questions stratégiques maritimes.

Pour mémoire: le bilan de la coopération bas-normande au "pôle mer Bretagne" est plutôt pathétique...

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/07/09/27606135.html

Evitons donc les Bretons puisqu'ils sont comme les Chinois!

 

index

 

FRPNO_STOLAF

 

LE FONDS NORVEGIEN. Voilà une solution plus intéressante et ce, pour deux raisons évidentes:

  • Le fonds de l'Etat norvégien serait le fonds souverain le plus riche du monde: il serait capable, dit-on, de rembourser la totalité de la dette de l'Etat français.

03-03-2018 14;05;21

  • La Normandie a des liens d'amitiés culturels et historiques évidents avec le royaume de Norvège et ces liens culturels sont entretenus depuis 1911 notamment à Rouen.

Il serait donc judicieux de mener une mission exploratoire normande à Oslo: ce serait même le voyage international d'Hervé Morin, président normand, le plus pertinent...

Mais il y a une autre solution encore plus pertinente:

 

index

index

LOGO-REGION-NORMANDIE1

 

CREER UN FONDS SOUVERAIN NORMAND D'INVESTISSEMENT AVEC LES ILES ANGLO-NORMANDES

Les raisons en sont évidentes:

  • A Jersey et Guernesey, des milliards dorment sur les comptes des banques d'un paradis fiscal en sursis en raison du Brexit
  • Les liens se resserrent sur tous les sujets entre les îles et la Normandie continentale avec des rencontres au sommet régulières: les Jersiais et les Guernesiais sont demandeurs. (reconstruire la "grande maison" normande dixit le Premier ministre de Guernesey)
  • Investir massivement dans l'économie normande des îles et du continent: c'est l'objectif de l'association existant entre l'Agence de Développement de Normandie et un club d'investisseurs anglo-normand

Conclusion:

Si la LNPN peut se faire, elle sera entièrement normande tant par les financements que par sa mise en oeuvre: il y a au moins 11 MILLIARDS dans les coffres de Saint Hélier... Non?