Des agriculteurs opposés à la LNPN manifestent en gares d’Yvetot et Mantes-la-Jolie

Paris-Normandie Publié 06/03/2018 08:03 | Mise à jour 06/03/2018 09:54

http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/des-agriculteurs-opposes-a-la-lnpn-manifestent-en-gares-d-yvetot-et-mantes-la-jolie-AH12409584

YVETOT (Normandie). Des agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs de la Seine-Maritime et des Yvelines ont manifesté tôt ce matin, mardi 6 mars 2018, en gares d’Yvetot (Seine-Maritime) et de Mantes-la-Jolie (Yvelines) afin de protester contre le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN).

Les agriculteurs ont manifesté en gare d’Yvetot le mardi 6 mars 2018 à l’appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs (crédit photo : @twitter/FNSEA76)

Les agriculteurs ont manifesté en gare d’Yvetot le mardi 6 mars 2018 à l’appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs (crédit photo : @twitter/FNSEA76)

En gare d’Yvetot, ils étaient une centaine d’agriculteurs à distribuer des tracts et à faire signer une pétition contre la LNPN, une ligne ferroviaire “dévoreuse” de terres agricoles. Selon la FNSEA et JA, le tracé Rouen/Yvetot de la LNPN entraînera la destruction de 400 hectares de terres agricoles. “ La LNPN n’offrira aux voyageurs que des gains de temps minimes, pour ne pas dire dérisoires. Pour la profession agricole, il est urgent que les scénarii alternatifs fassent l’objet d’études plus approfondies”, estiment les agriculteurs.

Ces deux manifestations ont entraîné dans l’immédiat des retards sur les grandes lignes SNCF Le Havre/Rouen/Paris et Paris/Cherbourg. A 8 heures, la SNCF Normandie annonce une reprise progressive du trafic. Le Rouen/Paris de 8 h 11 est par exemple annoncé avec 15 minutes de retard.

Les agriculteurs militent pour une réhabilitation des lignes existantes afin de préserver le foncier agricole.

La veille, la manifestation avait été annoncée dans Paris-Normandie pour ce qui concerne l’action à la gare d’Yvetot ; voir ci-dessous :

Il convient de dissocier la situation des agriculteurs de Seine-Maritime situés sur le tronçon de voie nouvelle prévu entre Rouen et Yvetot de celle de leurs homologues situés sur le futur tronçon Paris-Mantes, dans une zone déjà très fortement impactée par l’urbanisation et la pression foncière.

Pour notre part, nous nous bornerons à commenter la situation des agriculteurs de Seine-Maritime.

L’auteur de cet article se déclare solidaire de leur résistance mais pour des motifs qui dépassent la simple défense de terres agricoles.

Dans le communiqué des agriculteurs, ceux-ci déclarent notamment : « il est urgent que les scénarios alternatifs fassent l’objet d’études plus approfondies. »

Le principal problème est que ces agriculteurs ne donnent pas l’impression de compter le scénario C - disqualifié dans des circonstances troublantes lors du débat public - éventuellement revu et corrigé, parmi les scénarios alternatifs.

Ce qu’ils veulent, c’est qu’il n’y ait pas de voie nouvelle entre Rouen et Yvetot mais sans même invoquer son coût exorbitant (au moins 1 milliard et demi) puisque celle-ci devra emprunter un tunnel sous-fluvial de 14 km de long entre Rouen Saint Sever et la Vaupalière en compensant un dénivelé d’environ 170 mètres entre le niveau le plus bas atteint sous le fleuve et l’altitude du plateau de Caux !

A la place de cette voie nouvelle, ils n’imaginent qu’une refonte de la voie ferrée actuelle entre Rouen et Yvetot… et non pas une reprise au moins partielle du réseau ferroviaire actuel existant au sud de la Seine pour aboutir à l’estuaire entre le pont de Tancarville et le pont de Normandie.

Ces agriculteurs sont-ils seulement informés de la conversion éventuelle de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Normandie en ligne à vitesse plafonnée à 250 km/h plus appropriée au contexte environnemental de son parcours, moins onéreuse qu’une LGV classique car plus économe en terrassements et ouvrages d’art lors de sa construction et en maintenance lors de son exploitation, et plus apte à une desserte équilibrée de l’ensemble du territoire?

Un collabo assigné aux affaires ferroviaires et portuaires.