Lire le communiqué de Jean-Paul Lecoq, député communiste de la Seine-Maritime:

image_content_general_17691423_20140929163828

 http://jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article264

Pour un véritable service public du ferroviaire :

tout le contraire du rapport du Spinetta

16 février 2018 - Le rapport Spinetta, remis hier au Premier ministre, prône sans surprise ce que le Président Macron avait envie de lire : l’accélération de la libéralisation du rail, le renforcement des logiques de rentabilité financière et le démantèlement du maillage ferroviaire national.

Bien entendu, il s’agit d’abord d’affaiblir les cheminots, ardents défenseurs du service public ferroviaire et de précariser emplois et salaires pour permettre aux entreprises privées de gagner des parts de marchés.

Il faut arrêter de prendre les usagers pour des imbéciles. La résolution des difficultés rencontrées à la SNCF passe par l’arrêt des réductions d’emplois et de l’offre ferroviaire, pour en revenir à un véritable réseau irriguant l’ensemble du territoire.

Un réseau permettant à tous ceux qui le souhaitent d’utiliser un train plutôt que leur voiture et aux entreprises de privilégier le rail plutôt que la route pour leurs marchandises.

Fidèles à leurs habitudes, et comme ils l’ont déjà pratiqué avec l’hôpital, les EHPAD, l’enseignement supérieur, la Poste…, les libéraux qui se succèdent aux commandes de l’Etat depuis plus de 10 ans ont créé les conditions de la pénurie, des dysfonctionnements, du ras-le-bol, en appliquant une austérité forcenée privant les services publics des moyens humains et budgétaires de fonctionner correctement.

Le gouvernement Macron-Philippe cherche désormais à achever le boulot en substituant au service public le marché privé.

Mais à qui fera-t-on croire que les difficultés rencontrées sur les rails et dans les gares seraient du fait des salariés ? Que le problème ne serait qu’une question d’organisation ? Que les solutions résideraient dans l’application d’une logique de rentabilité, alors même que le propre d’une entreprise privée est de dégager des bénéfices redistribués d’abord à des actionnaires qui en veulent toujours plus ?

Le choix d’un service public ferroviaire performant passe au contraire par le retour à une entreprise publique unique et intégrée, pour mettre fin aux gâchis engendrés par la réforme de 2014 qui a éclaté la SNCF.

Il passe par la reprise de la dette ferroviaire par l’Etat. Une dette écrasante voulue par Bruxelles pour favoriser le secteur privé en plombant le service public.

Il passe par l’entretien du réseau et des trains, par l’adaptation des emplois aux enjeux et aux besoins.

La SNCF fait partie du patrimoine national, son réseau a été construit et payé par nos ainés, elle est financée par de l’argent public et celui de ses usagers. Sa vocation est donc de favoriser le recours au rail, pour les gens comme pour les marchandises, et non de supprimer des gares, des kilomètres de réseaux au profit du transport par la route, par camions et autocars.

Si le gouvernement voulait vraiment résoudre les difficultés posées et doter le service public ferroviaire des moyens nécessaires à sa fonction première, alors il consulterait cheminots et usagers, élus et décideurs économiques qui, au Havre comme dans bien d’autres régions, attendent toujours de pouvoir prendre le train autant qu’ils en ont besoin.

Il a préféré commander un rapport à un ami énarque, qui en ses qualités d’ancien président d’AREVA et Pdg d’Air France, de membre des conseils d’administration d’Alcatel et d’ENGIE, est surement le plus à même de nous expliquer ce qu’il convient de faire pour le ferroviaire.

Les partenaires sociaux sont donc désormais simplement appelés à réagir à ce rapport, simulacre d’une concertation qui débouchera fatalement sur des mobilisations qui devront rassembler les cheminots, les usagers et toute la population.

Les enjeux de la transition écologique et ceux du service public convergent pour imposer de réussir la bataille du rail.

Cela commence par le renvoi sur Mars ou Jupiter du rapport Spinetta.


 LIRE EN INTEGRALITE LE RAPPORT SPINETTA "L'avenir du transport ferroviaire"

(remis au Premier ministre le 15 février 2018):

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2018_02_15_-_rapport_spinetta-sncf.pdf

Lire aussi les contre-propositions de la CGT aux "assises de la mobilité":

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2017_10_19_-_cgt_assises_mobilite.pdf


 

  • Lire ces deux articles de Paris Normandie (16 et 19 février 2018) qui reviennent sur l'essentiel de la réforme prévue par le gouvernement:

http://www.paris-normandie.fr/breves/l-essentiel/vers-une-remise-en-cause-des-statuts-de-la-sncf-et-des-cheminots-BF12248548

http://www.paris-normandie.fr/region/pour-les-cheminots-du-havre-la-bataille-du-rail-a-commence-MG12277597#

  • Voir aussi cet article du Parisien:

http://www.leparisien.fr/economie/sncf-je-ne-serai-pas-le-patron-de-la-cgt-cheminots-qui-enterrera-le-statut-16-02-2018-7562463.php

  • Lire cet article fort intéressant du site d'information de sensibilité écologiste "Reporterre" qui montre LA carte du réseau ferré français en son état actuel: INQUIETANT!  Avec le code couleur suivant: en rouge, les lignes condamnées à la fermeture. En orange: celles qui pourraient fermer. En jaune: les lignes utilisées mais qui se dégradent faute d'investissements suffisants. En vert: les lignes en parfait état de fonctionnement... Bien entendu, le réseau LGV/TGV est exclu de l'analyse...

https://reporterre.net/Exclusif-La-carte-de-l-etat-reel-des-trains-du-quotidien

arton14006-f095c

En Normandie, on constate que le Caen- Le Mans- Tours est en danger (orange) ainsi que le Paris- Le Tréport. Le reste du réseau normand est en jaune (manque d'entretien). La seule ligne en bon état étant la petite ligne Fécamp-Bréauté qui a avait été entièrement rénovée par l'ex région de Haute-Normandie... On notera, avec intérêt, que la liaison ferroviaire métropolitaine bretonne Rennes / Nantes est en parfait état!


 Enterrement "saucissonné" de la LNPN à l'horizon 2045...

Lire ci-après, l'interpellation du député Lecoq (11 octobre 2017):

http://jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article158

Ligne ferroviaire Nouvelle Paris Normandie : un évident besoin d’y voir clair !

11 octobre - A l’issue de la réunion du comité territorial consacré au projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie, à laquelle je participais lundi dernier, ma collègue Députée Agnès Firmin-Le Bodo a communiqué par voie de presse, avec Madame la Sénatrice Canayer et le Maire du Havre, pour refuser l’échéance 2045 annoncée lors de cette réunion au sujet des investissements envisagés sur le tronçon Rouen/Le Havre de la ligne.

Je m’apprêtais d’ailleurs à engager différentes démarches allant dans le même sens, estimant qu’en raison du poids démographique et économique de la région havraise, ainsi que des problématiques ferroviaires à prendre en compte pour les besoins des usagers et des professionnels, ce tronçon (qui d’ailleurs n’a rien de secondaire) mérite, dans le futur projet LNPN, un traitement dans des délais raccourcis.

Or, à la lecture de la presse, un rectificatif officiel a été apporté à ces déclarations pour souligner que ce tronçon faisait bel et bien l’objet d’une prise en compte à l’échéance 2030 et non 2045. Je n’ai pas, pour ma part, le souvenir d’une telle précision lors de notre réunion de lundi.

Il faut dire que sur un tel sujet d’enjeux majeurs, ne pas disposer préalablement et consécutivement à leur présentation, des documents projetés n’aide pas à la clarté. Je le regrette.

Je viens donc de saisir Madame la Préfète pour que toute la lumière soit faite sur l’horizon sous lequel les habitants et professionnels de la région havraise pourront compter sur une ligne ferroviaire enfin adaptée à leurs besoins !

  • Effectivement, tout ne semble pas clair pour les funérailles de la LNPN:

https://actu.fr/normandie/havre_76351/retard-inconcevable-ligne-nouvelle-paris-normandie-cafouillage-elus-lr-havre_12945024.html

  • Interpellation de la préfète de Normandie par le député Lecoq au sujet de la date des funérailles de la LNPN:

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2017_10_11_-_let_prefete_lnpn_final.pdf

  • La réponse de Fabienne Buccio, la préfète de Normandie qui confirme les deux "cibles" de la procrastination ferroviaire: 2030 pour faire sauter le "bouchon du Mantois" et 2045 pour relier correctement entre elles les principales villes normandes (Caen, Evreux, Rouen, Le Havre)...

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2017_11_08_-_retour_ligne_nouvelle_paris-normandie_.pdf

  • Bien entendu, la démarche "girondine", collective entreprise par les parlementaires normands pour demander à faire partie du comité de pilotage de la LNPN a été balayée d'un revers de main par le MEPRIS JACOBIN des ingénieurs haut-fonctionnaires de l'Etat central parisien:

Lire, d'abord, la lettre co-signée par les députés et sénateurs de Normandie, toutes tendances politiques confondues envoyée à la préfète de région Fabienne Buccio ainsi qu'au préfet François Philizot  (12 octobre 2017) pour demander à participer à la réunion du COPIL du 26 octobre 2017:

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2017_10_12_-_lettre_lnpn_courrier_collectif_1.pdf

La réponse de l'Etat central: négative! Le préfet Philizot renvoie les parlementaires normands à la consultation régulière du site Internet dédié à la LNPN...

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2017_10_18_-_reponse_courrier_collectif.pdf

On se souvient qu'à la Révolution française, les Jacobins s'étaient violemment opposés aux Girondins qui défendaient le principe du "mandat impératif": les élus de la représentation "nationale" n'auraient pas le droit de défendre des causes particulières, liées aux territoires de leurs circonscriptions électorales... 240 ans après, nous en sommes encore là!


 Il serait donc temps de penser une ALTERNATIVE FERROVIAIRE NORMANDE:

Un train express régional INTERCITES roulant à 230/250 km/h maxi (ce que nous avons ici même appelé la "grande vitesse de proximité") reprenant l'essentiel du réseau déjà existant mais suivant le SCENARIO C du débat public de 2011 pour permettre dans les meilleures conditions techniques et financières l'indispensable franchissement de la Seine, à savoir, au moyen d'un tunnel sous-fluvial dans l'estuaire.

  •  Jean-Paul LECOQ semble défendre cette idée d'un franchissement ferroviaire sous-fluvial de la Seine dans l'estuaire:

http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/lnpn--devant-guillaume-pepy-jean-paul-lecoq-plaide-pour-un-franchissement-ferroviaire-de-l-estuaire-de-la-seine-YJ7182045#

  • Sans oublier la dimension fret ferroviaire pour désenclaver le grand port maritime du Havre qui restera menacé par celui d'Anvers si l'hinterland du grand port maritime normand n'est que prétexte à une noria de camions entre un terminal havrais et un terminus parisien:

http://jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article181

  • Face à l'échec consternant de la gouvernance jacobino-parisienne du potentiel d'intérêt national du grand port maritime du Havre, Jean-Paul Lecoq a proposé au conseil départemental de la Seine Maritime de se saisir pleinement de sa compétence en matière de développement portuaire, une initiative qui fait écho à celle d'Hervé MORIN d'expérimenter pour la France en Normandie une gouvernance locale et régionale des grands ports maritimes à l'image de ce qui fait la réussite insolente des grands ports de la Rangée Nord européenne qui n'ont pas oublié la tradition de la Hanse...

http://jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2016_12_16_-_intervention_competence_portuaire.pdf

  • Car, il faut compter, enfin, avec l'opportunité du Canal Seine Nord, opportunité qui pourrait devenir un inconvénient funeste pour le port du Havre si la remise à niveau technique et logistique de la vallée de la Seine en amont du grand port maritime normand n'était pas réalisée avant l'ouverture dudit canal...

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/IMG/pdf/2015_06_29_-_canal_seine_nord.pdf


 Face à ce mépris récurrent de l'Etat central qui laisser danser la Normandie devant les portes fermées à double tour du buffet tout en trouvant le moyen de jeter près de 11 MILLIARDS dans le gouffre nucléaire de l'EPR de Flamanville, il serait temps, ENFIN, de penser AUSSI à une ALTERNATIVE FINANCIERE NORMANDE...

CREER UN FONDS D'INVESTISSEMENT NORMAND doté des capacités financières suffisantes semble être la seule solution!