Comme chaque semaine (le lundi) paraît la Chronique de Normandie de Bertrand Tierce (n°530 datée du 19 mars 2018) avec un dossier fort bien troussé sur nos nouveaux députés "Normands": ils sont vingt-cinq et les guillemets sont de rigueur, hélas, s'il s'agit d'aborder l'activité de ces parlementaires selon notre angle normand d'appréciation du réel et de l'intérêt général.

Le dossier à lire ci-après est donc plus qu'édifiant et le constat dressé par Bertrand Tierce est sévère: à quoi servent-nos députés? A rien dans l'actuelle logique de recentralisation néo-jacobine qui sépare classe politique "nationale" c'est à dire parisienne et classe politique "locale" qui ne dispose plus du relais du député-maire ou du sénateur-maire pour se faire entendre du "national".

Un nouvel assemblage de mandats politiques est en train d'émerger: le couple conseiller régional/ président d'EPCI dans le cadre du dialogue privilégié entre le président de la région et les présidents des intercommunalités de la région passant outre les conseillers départementaux, d'une part, et les parlementaires "nationaux", d'autre part.

Face à ce divorce jacobin entre le local, le régional et le national dont les parlementaires sont les premières victimes, il n'y a qu'une seule solution:

Expérimenter collectivement parmi les députés et les sénateurs "Normands" un "mandat impératif" de type girondin: c'est à dire, faire remonter l'urgence d'un réel observé sur le terrain normand dans la sphère idéale et rationnelle du mandat "national" (donc parisien) où se fabrique une loi hors-sol et imperméable à tous sauf pour les lobbies qui arpentent les salons des palais "nationaux" et parisiens de notre République...

b_1_q_0_p_0

Labourer tout seul dans son coin sa "circo" ou faire la guignole sur un plateau de TV ne sert à rien. En revanche, si les 28 députés normands s'engageaient régulièrement dans des actions communes, le portage d'amendements opportuns au service de l'intérêt général normand avec un cercle d'études, de réflexion, voire d'amitiés autour de la Normandie cela pourrait être peut-être beaucoup plus efficace pour faire avancer les grands dossiers d'intérêt national présents en Normandie. A l'avenant:

La modernisation de la gouvernance et le désenclavement ferroviaire et fluvial du grand port maritime du Havre

La maîtrise du développement de la vallée de la Seine normande vis-à-vis du Grand Paris

Le développement des énergies marines renouvelables

La LNPN comme nouveau modèle ferroviaire à développer en France

La réforme de l'article 72 de la Constitution pour donner plus de liberté financière aux régions

Le contournement autoroutier de Rouen

Le développement métropolitain normand en réseau de villes

La lutte contre les déserts médicaux

La lutte contre la fracture territoriale, sociale et numérique entre métropole et ruralité

Le nouveau statut du Mont Saint Michel

Le classement des plages du Débarquement à l'UNESCO


 Nous conseillons aux députés "normands" en panne d'idées "normandes" de nous lire... Et de lire, bien entendu, la Chronique de Normandie de Bertrand Tierce:

21-03-2018 10;09;48

21-03-2018 10;11;46

21-03-2018 10;14;31


 

Commentaire de Florestan:

Pour être honnête, les 28 députés normands avaient fait bafouille commune en octobre 2017 pour demander à François Philizot, préfet délégué ministériel au développement de la vallée de la Seine auprès du Premier ministre, le droit d'assister à la réunion du comité de pilotage de la LNPN le 26 octobre dernier: la lettre est partie dans une corbeille d'un bureau des combles de l'hôtel de Matignon et les députés normands, enfin unis dans une action commune, furent invités à consulter un site Internet.

Chez les honnêtes gens qui ont le sens de l'honneur, le mépris aiguillonne l'indignation sinon la colère. Nos députés "normands" doivent donc faire encore leur preuve si l'on veut aussi ôter les guillemets...