Question:

Y a-t-il une opposition régionale ET normande à l'actuelle majorité présidée par Hervé Morin au conseil régional de Normandie?

Poser la question c'est, hélas, y répondre et lorsqu'une réunion de la commission permanente du conseil régional de Normandie est pliée en moins d'une heure, est-ce la faute à l'actuelle majorité ou la faute à une opposition inexistante dans son incapacité à nous proposer une réflexion, une prospective stratégique spécifiquement NORMANDE sur les grandes urgences et les grands sujets d'un intérêt général normand?

Car il faut, hélas constater aussi que, pour l'instant parmi les "grands" élus normands, seul Hervé Morin porte et incarne cet intérêt général normand ce qui est, en soi, un problème à commencer pour Hervé Morin lui-même qui aimerait bien, tout simplement, plus de coopération de cohésion et d'unité politique pour défendre la Normandie.

Sur ce dernier point, on peut discuter de la méthode ou du manque de méthode d'Hervé Morin et de son équipe pour arriver à ce que nous espérons tous ici: un intérêt général normand partagé par tous les Normands et vaillamment porté et défendu par tous les grands élus de notre région ce qui est loin d'être le cas hélas.

Nous avons, d'ailleurs, ouvert le débat légitime sur cette question sur l'Etoile de Normandie avec des billets qui pouvaient être très critiques à l'encontre de la méthode utilisée par Hervé Morin.

En revanche, le fait que l'opposition dite "régionale" n'ait pas grand chose de constructif à dire sur la Normandie, voire qu'elle en soit, idéologiquement, encore à contester le simple fait qu'une région normande puisse exister, nous semble bien plus problématique.

Et plus problématique encore est d'avoir à constater, de par les argumentaires parfois éculés utilisés par l'un ou pour l'autre, que l'agence d'ambianceurs "Nicolas and Nicolas" passe son temps à sonoriser en stéréo les réunions plénières du conseil régional puisque, semble-t-il, Nicolas BAY ou Nicolas MAYER-ROSSIGNOL c'est, sur les questions normandes, "bonnet blanc blanc bonnet"...

Les lectrices et lecteurs réguliers de l'Etoile de Normandie comprendront l'allusion suivante:

Les deux Nicolas de l'opposition peu soucieux de ne pas prendre les Normands pour des imbéciles pratiquent sur la matière normande un argumentaire "à la Marommix":

1) La région est une institution illégitime qui devrait être supprimée mais cela ne m'empêche pas d'y siéger. ( Nicolas Bay)

2) La région coûte cher et doit faire des économies. (Nicolas Bay, Nicolas Mayer- Rossignol)

3) La région dépense trop et s'endette, alors qu'elle investit pour rattraper le passif de plus de 40 années de division. (Nicolas Bay, Nicolas Mayer- Rossignol)

4) L'action régionale normande n'est que communication et propagande. (Nicolas Bay, Nicolas Mayer- Rossignol)

5) Pis! cette action régionale normande est financièrement dangereuse en matière ferroviaire en raison de l'achat de matériel neuf et d'une normandisation de fait de la SNCF à l'horizon 2020 pour nous sortir enfin du "Moyen-âge ferroviaire", dixit Hervé Morin lui-même. (Nicolas Bay, Nicolas Mayer-Rossignol)

Sur le dossier sensible de la LNPN, justement, on notera, néanmoins, une différence d'approche entre les deux Nicolas:

Le premier (Bay) reprochant, non sans raison, au second (Mayer-Rossignol) son mensonge éhonté sur le soi-disant engagement financier du gouvernement socialiste de l'époque dans un fantômatique Contrat de plan interrégional (CPIER) censé financer le développement de la vallée de la Seine et donc la LNPN: le second Nicolas aboie régulièrement dans l'hémicycle régional comme un roquet son "Milliard" pour la LNPN qui n'a jamais existé et Hervé Morin a beau jeu de lui rappeler que la négociation fructueuse pour nous trouver une solution ferroviaire matériellement viable en 2020 avec un certain... Manuel Valls c'était lui et pas un certain... Nicolas Mayer-Rossignol.

Pour mémoire: dans un CPIER "Vallée de la Seine" d'un montant total voisinant les 950 millions, l'Etat central en apporte à peine... 350 pour financer essentiellement la future ligne fret du Serqueux-Gisors, les études de la LNPN tout en oubliant le contournement routier de Rouen.

Rappelons surtout que pour faire la seule LNPN dans son intégralité il nous faudrait au moins... 10 MILLIARDS soit, précisément, ce qui a été balancé par l'Etat central jacobin pro-nucléaire dans le tonneau des Danaïdes de l'EPR de Flamanville: voilà un bel os à ronger que nous proposons aux canines d'une vraie opposition normande si ses canines étaient saines!

Pendant ce temps-là, le premier Nicolas "Bay de Seine" vient de s'agiter dans la presse quotidienne normande avec les arguments lénifiants habituels sauf à la fin de la tribune où un bec de gaz alimenté à l'hydrogène s'allume enfin dans la brume...

29-03-2018 22;25;18

29-03-2018 22;28;08


 

Commentaire de Florestan:

Nous avons toujours défendu et argumenté ici l'idée que la LNPN se devait être un projet ferroviaire alternatif au modèle dominant en France du tout TGV qui, à l'usage, se révèle très coûteux et peu efficace en matière d'aménagement du territoire puisque ce modèle qui veut concurrencer l'avion alors qu'il faudrait concurrencer l'automobile, renforce la force et la domination d'un archipel métropolitain branché sur la région parisienne au risque d'augmenter la fracture territoriale entre territoires ruraux et territoires "métropolisés".

Ce modèle ferroviaire alternatif, qu'il soit électrique ou à l'hydrogène, devrait être celui de la "grande vitesse de proximité" (250 km/h maxi) pour la desserte express, cadencée et confortable d'un réseau régional de villes à l'instar de ce qui se fait en Italie du Nord, dans le Mittelland suisse, la Ruhr allemande ou la Randstad hollandaise: la Normandie est, hélas, une exception de normalité européenne dans une exception française qui déraille.

Raison de plus pour défendre la Normandie avec une opposition régionale qui doit cesser de dérailler et se mettre au travail en proposant un projet ferroviaire régional alternatif: nos deux Nicolas et leurs affidés peuvent, bien entendu, consulter l'Etoile de Normandie pour nourrir leurs réflexions.