Jeudi 29 mars 2018, l'ancien député maire du Havre Edouard Philippe devenu Premier ministre était de passage à Giverny, la  maison du peintre Claude Monet pour l'inauguration de la nouvelle exposition proposée par le musée des Impressionnistes, exposition consacrée aux liens esthétiques et culturels entre l'art Japonais et la révolution esthétique menée par les peintres Impressionnistes.

Lire la présentation de cette exposition proposée par le musée de Giverny:

http://www.mdig.fr/fr/japonismes-impressionnismes

hokusai-vague-kanagawa-japonismes-mdig-690x472px

Japonismes / Impressionnismes

Exposition du 30 mars au 15 juillet 2018

L'ouverture commerciale et diplomatique du Japon en 1868 révéla aux artistes occidentaux une esthétique radicalement différente de celle qui leur était enseignée depuis des siècles.

Inlassablement réinterprété, le modèle antique régnait sur les arts depuis la Renaissance. L'art japonais proposait un vocabulaire plastique inédit, qui ne tarda pas à inspirer l'ensemble de la création artistique en Europe et aux États-Unis.

L'esthétique de l'Ukiyo-e se fondait sur des codes radicalement différents de ceux enseignés aux élèves de l'École des beaux-arts. L'efficacité de ses images tenait à la vivacité des couleurs, à l'absence de modelé ou de volume des formes traitées en aplats, ainsi qu'à l'originalité de compositions fondées sur l'asymétrie. En outre, comme les impressionnistes, les maîtres de l'estampe ne prétendaient délivrer d'autre message que la célébration de la nature et de la vie contemporaine. Les peintres les plus novateurs furent sensibles au raffinement d'un art qui répondait à leurs aspirations, ouvrant la voie à une véritable révolution esthétique.

Depuis les années 1980, le Japonisme a été l'objet de nombreuses expositions et le phénomène s'est révélé si vaste qu'il nous paraît aujourd'hui plus pertinent d'évoquer ses manifestations au pluriel, comme nous préférons parler d'impressionnismes. Notre projet portera sur son impact dans l'œuvre des peintres de la génération impressionniste et postimpressionniste, des années 1870 à l'aube du XXe siècle. Claude Monet, qui a compté parmi les premiers artistes français à s'intéresser à l'estampe japonaise, sera au centre de notre propos et l'exposition prendra tout son sens à Giverny.

 Commissariat :
Marina Ferretti, directeur scientifique, musée des impressionnismes Giverny, assistée de Vanessa Lecomte, attachée de conservation, musée des impressionnismes Giverny

 Exposition organisée par le musée des impressionnismes Giverny en collaboration avec l’Arp Museum Bahnhof Rolandseck.


 Voir aussi l'article suivant:

https://actu.fr/normandie/giverny_27285/a-giverny-premier-ministre-edouard-philippe-inaugure-lexposition-japonismesimpressionnismes_16152212.html

A Giverny, le Premier ministre Edouard Philippe inaugure l’exposition Japonismes/Impressionnismes

 

Jeudi 29 mars 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a inauguré l'exposition Japonismes/Impressionnismes au Musée de Giverny.

IMG_2124-1024x683

Ce ne sont pas deux comme annoncé, mais trois ministres qui ont participé à l’inauguration de l’exposition Japonismes/Impressionnismes au Musée des Impressionnismes de Giverny. Jeudi 29 mars 2018, le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, qui est aussi président du musée, a accueilli le Premier ministre Edouard Philippe ainsi que le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin.

Après une matinée passée à Trèbes, pour présider une cérémonie civile d’hommage aux victimes de l’attentat terroriste, le Premier ministre a insisté sur le rôle de la culture contre toutes les formes d’obscurantismes.

« Il nous appartient à tous de créer des ponts, créer des liens, de choisir et de faire vivre la lumière de l’intelligence, de la culture, de la raison ».

Auparavant, Sébastien Lecornu avait remercié le chef du Gouvernement pour sa venue, « et son attachement à la Normandie qui est immense ». Le président du musée a également rappelé les enjeux de l’établissement culturel qui fêtera l’an prochain ses 10 ans, insistant sur la nécessité de donner « un nouveau souffle à ce musée petit par la taille mais grand par sa réputation ».

Sébastien Lecornu a notamment plaidé pour un renfort du mécénat pour élargir le champ des recettes de l’institution culturelle.

A lire aussi : Le musée des Impressionnismes de Giverny ouvre ses portes


 Commentaire de Florestan:

On notera l'absence d'Hervé Morin, le président de la Normandie,  à cette inauguration faite par le Premier ministre à Giverny, en Normandie donc. Il nous parait utile de rappeler à cette occasion que la Normandie n'est pas que dans un Axe Seine "en marche" vers le Grand Paris de Monsieur Macron.

On ne préjugera pas de l'attachement "immense" qu'éprouve le Premier ministre havrais à la Normandie. En revanche, on se permettra d'en douter sérieusement pour celui qui, non sans flagornerie, prête cet attachement normand "immense" à un Premier ministre qui, autrefois, avait effectivement voté en faveur du retour à l'unité normande en tant que député-maire LR du Havre. C'était en novembre 2014.