Tir groupé ce 24 avril 2018 dans Le Monde contre la tendance au paternalisme autoritaire néo-jacobin d'Emmanuel MACRON avec deux tribunes qui dénoncent le plus grand recul de la décentralisation depuis les lois de 1982.

La première tribune est presque gentille au regard de l'exaspération de ses auteurs, à savoir quinze présidents des régions de France emmenés par Hervé Morin, le président de l'association des régions de France et président de la Normandie: les grands élus régionaux réclament non pas le retrait de l'Etat mais le respect d'une parole donnée par un certain candidat lors de la dernière élection présidentielle. On doit se souvenir que c'est, en effet, un certain Emmanuel Macron qui avait évoqué un "pacte girondin" en ouvrant la question constitutionnelle du droit à l'expérimentation pour les conseils régionaux (réforme de l'article 72 de la Constitution).

Au lieu de cela, c'est à un tête à queue complet auquel nous assistons depuis juillet dernier et la douche froide tombée de la bouche d'un Macron paraissant raide et droit dans ses bottes jacobines devant les élus locaux sous les ors du Sénat tel un général devant le Conseil des Cinq cents un jour de Brumaire...

24-04-2018 21;31;12

24-04-2018 21;34;51

La seconde, en revanche, est plus virulente et traite d'un sujet que nous avons déjà évoqué ici récemment et qui, contre toute attente, se retrouve dans les pages du grand quotidien dit de "référence" du centralisme parisien.

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/04/18/36331380.html

Tout comme nous sur l'Etoile de Normandie, les acteurs culturels signataires dénoncent une conception paternaliste parisiano-centrée de la décentralisation culturelle. Peut-être qu'il faudrait ne plus utiliser cette expression pour préférer une autre qui puisse mieux rendre compte des réalités du secteur culturel dans chaque territoire régional, voire dans chaque terroir. A condition d'assumer clairement le passage d'une politique culturelle "en régions" (sous entendu avec prescription parisienne) à une authentique politique culturelle "régionale".

Nous irons donc plus loin que les auteurs du texte à lire ci-dessous en interrogeant le rôle à venir des DRAC qui, de notre point de vue, devraient passer sous la tutelle du conseil régional.

24-04-2018 21;40;57

(source: Le Monde, 24 avril 2018)