"Haro ! Mon Duc on me fait tort!" Tout normand féru d'histoire et de traditions normandes connaît la célèbre formule du "cri de Haro" qui obligeait à l'assistance  toute oreille humaine qui l'entendait, dès lors qu'une voie de fait ou qu'un abus de pouvoir en était la cause.

On pourrait, à nouveau, la pousser notre clameur normande lorsqu'on est automobiliste en Normandie ou ailleurs en France, mais, tout de même, surtout en Normandie car nous allons cumuler ici les deux expérimentations décidées par l'actuel gouvernement aussi autoritaire que jacobin: abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales à double sens sur chaussée unique et faire rouler des voitures radars privées notamment dans le département de l'Eure.

Trop c'est trop! 

On a beau nous promettre que le surcroit d'amendes financières générées par cette répression routière accrue ira financer les hôpitaux; on a peine à y croire quand on voit comment les importants flux financiers générés par les radars automatiques sont gérés par l'Etat:  tout part ou presque dans les caisses du Trésor Public...

radar-pere-noel

http://www.radars-auto.com/actualite/actu-radars-general/le-vandalisme-sur-les-radars-est-en-forte-hausse-1318

Le problème fondamental est le suivant: celui de la confusion cynique et intéressée organisée par un Etat central impécunieux entre répression pour assurer la sécurité routière et fiscalité. On a le même cynisme autour de la question du prix du paquet de cigarettes. Dans cette triste aventure, Gérard Collomb le ministre de l'Intérieur officiellement en charge de la sécurité routière ne fait pas le poids face au vibrionnant Gérald Darmanin qui a la haute main sur le coffre-fort de Bercy: les gendarmes qui nous verbalisent ne sont d'ailleurs pas dupes. Ils ne peuvent rien dire, devoir de réserve du militaire oblige, mais dans les casernes, ils ont en ras le képi d'être confondus avec leurs confrères gabelous ou percepteurs...

L'heure est grave car cette grogne routière se développe sur fond de contestation de plus en plus profonde du consentement à l'impôt qui est la base même du contrat social républicain. En effet, le mauvais exemple vient toujours d'en haut: évasion, fraude fiscale des plus riches vers les paradis fiscaux, suppression de l'Exit taxe pour les plus grandes fortunes, "flat tax" à 30% très favorable aux plus riches après la quasi suppression de l'ISF... Mais aussi: augmentation de la CSG pour les retraités (pas forcément riches) et division des citoyens entre ceux qui paieront encore la taxe d'habitation et ceux qui ne la paieront plus.

Quand un ancien président de la République ose dire de son successeur qu'il "n'est pas le président des riches mais le président des très riches" le citoyen lambda, qu'il soit automobiliste normand ou non, doit se faire une sacrée violence pour ne pas avoir en tête la moindre pensée "populiste" contre le... régime: "penser contre le régime" justement, c'est ce qui se dit et ce qui se fait dans les dictadouces ou les démocratures qui nous préparent des dictatures.

En tout cas, de part l'histoire même de la Normandie, les Normands devraient être tout particulièrement attachés au respect de l'Etat de droit en se montrant foncièrement agaçés dès qu'il s'agit de passe-droits, de collusion d'intérêts, de fraude, d'abus de bien social ou, tout simplement, d'abus de pouvoir commis par tout dépositaire de l'autorité publique en charge de faire respecter l'Etat de droit: vont-ils faire plus que grogner?

Poser la question c'est, hélas, y répondre puisque le goût de la révolte et des actions violentes semble être plus pratiqué plus à l'Ouest en France...

En attendant une nouvelle révolte de Nu-Pieds normands, L'Etoile de Normandie se fait donc l'écho du communiqué suivant qui nous envoie directement au "point Godwin du débat" puisqu'il n'y a pas de débat: "circulez! Y a rien à voir! "


 

Trop, c'est trop !

Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


On consacre des pages entières dans la presse locale pour imposer à l’esprit de la population la nécessité du passage à 80 km/h sur les routes « hors agglomération, à double sens, sans séparation centrale ». Au nom de la lutte contre les accidents.
Bien entendu, on ne parle pas de la déshérence du réseau routier, dit secondaire ; en fait, celui qu’emprunte la France d’en bas, celle que l’on dit périphérique.

Désintérêt ?

Bien entendu, dans les statistiques, on mélange allègrement les décès liés aux accidents de la route et les morts liés aux imprudences des cyclistes, qui roulent sur les trottoirs et ne respectent pas les feux.

Haro sur les automobilistes !
Les collectivités locales dénoncent le désengagement de l’État dans l’entretien des routes nationales. Avec juste raison.
Désintérêt de l’État ?
Les mêmes collectivités locales se glorifient cependant des sommes astronomiques qu’elles consacrent à l’entretien des routes départementales, sachant très bien pourtant que cela est insuffisant pour pallier la dégradation du réseau secondaire.
Désintérêt des Elus ?
Tout le monde dénonce le transport routier qui détruit les routes… Mais, en Normandie, qui dénonce l’insuffisance du fret ferroviaire qui impose le transport routier ? Les mêmes sans doute qui refusent de voir la relation de cause à effet.
Désintérêt ?
Les mêmes encore qui ne se posent pas la question de savoir si la limitation de la vitesse à 80 km/h empêchera tout dépassement de camions pouvant rouler à cette vitesse, ce qui sera un risque certain d’accidents graves supplémentaires.

Les mêmes, peut-être, qui, conscients de la dégradation du réseau routier et de l’insuffisance de l’offre ferroviaire, pousseront les transporteurs à emprunter les autoroutes à péage…

Au fait, dans les instances des sociétés d’autoroutes, n’y a-t-il pas des représentants des collectivités locales… qui touchent des jetons de présence ?

Parle-t-on, ici, de désintérêt ?
Mais le comble arrive et la Normandie, une fois encore, est la bonne poire qui sert de cobaye… On inaugure dans le département de l’Eure le contrôle PRIVE des excès de vitesse… Des voitures anonymes vont tourner huit heures par jour pour piéger SECRETEMENT les conducteurs dépassant le fatidique 80 km/h. Il paraît que, dans un second temps, l’expérience (sic!) sera étendue à toute la Normandie, avec 26 voitures mouchardes. C’est l’instauration d’une véritable gestapo circulatoire automobile, qui aura de commun avec sa sinistre devancière une pratique secrète (geheime).

Haro sur les automobilistes normands !
Décidément le pays s’enfonce dans une dérive totalitaire.

 

Bernay, 1ermai 2018

C.N.O.