Ailleurs ils ont le TGV... Notamment les Bretons. Ici nous avons encore le "Tue-vaques" quand il ne tue pas une jeune Normande sur la passerelle d'un quai de gare. Guillaume Pépy qui nous pépie sa chansonnette facturée 400000 euros annuels sur la dette que la SNCF aurait à l'égard de la Normandie, après avoir fourni le gîte et le couvert à un ancien président de demi-région qui vomissait notre région, a visiblement encore les moyens de prendre les usagers Normands pour des imbéciles alors que les cheminots en sont à leur 16ème jour de grève et alors que l'avenir même de la SNCF est compté.

En effet, les abonnés Normands de la SNCF  (il en existe encore) viennent de s'apercevoir qu'ils étaient moins bien traités par la maison cheminote que les autres usagers pour la bonne et simple raison qu'il n'est pas possible de prendre un TGV en Normandie.

Alors, disons-le tout de go au président gazouillant de la SNCF et cela sera dit:

Monsieur Pépy, vous faites CHIER les NORMANDS avec votre TGV de MERDE!

 

7792345729_guillaume-pepy-president-de-la-sncf-lors-d-une-conference-de-presse-en-2016

 Désolé pour ce grand coup de gueule et de colère mais cela remonte à loin, c'est à dire, trente bonnes années de sous-investissement chronique de la SNCF sur les grandes lignes normandes car ces grandes lignes n'étant que des lignes de grande banlieue (à l'ouest de Paris) ne peuvent pas convenir ni techniquement, ni commercialement à leur p... de TGV de m... qui se prend pour un avion au ras des pâquerettes au lieu de concurrencer utilement une autoroute, ses péages et ses bouchons de bagnoles.

Soyons plus précis...

Cette vérité consternante, les connaisseurs du dossier la connaissent depuis les années 1990/1993 et l'échec piteux du projet de LRNVS pour "Liaison Rapide Normandie Vallée de la Seine", projet ancêtre de l'actuelle LNPN à l'époque porté par un certain Laurent Fabius qui souhaitait (et il avait mille fois raison le bougre...) développer un modèle de train intercités régional express autour des 250 km/h comme cela se fait à peu près partout en Europe sauf en... France puisqu'en France avec nos crétins d'ingénieurs hyper-diplômés on ne fait jamais rien comme les autres d'où l'idée d'une certaine exception française à ce point exceptionnelle que personne à l'étranger n'en voudrait chez soi (et ils ont bien raison!). Le projet de LRNVS fut donc abondonné comme le sera sûrement celui de LNPN. A l'époque, les ingénieurs d'Alstom/ Sncf  (ce sont les mêmes...) avaient répondu à Fabius: "votre truc à la sauce normande on s'en fout. Ce ne serait pas rentable de développer une solution technique que pour le cas normand. On développe le TGV. Point barre!"

Voilà pourquoi le TOUTOU du TGV à la sauce jacobine est à l'origine de biens des malheurs ferroviaires des Normands condamnés à la troisième classe territoriale de la circulation ferroviaire au même titre que les banlieusards franciliens condamnés à prendre leur Trancilien, leur métro ou leur RER moderne comme Pompidou ou Giscard.

30 années plus tard et 47 MILLIARDS de dettes plus loin (dont 27 imputables au TOUTOU TGV pour transporter 400000 abonnés annuels en col blanc entre Paris et un petit Paris de province) voilà que nos serins officiels changent de disque: "on va désormais privilégier la mobilité du quotidien et les trains du quotidien"... Blablabla!

La LNPN, en tant que vrai/ faux TGV vers la Normandie, ce sera pour après 2030 voire... 2045: on croirait avoir affaire à une secte apocalyptique qui nous promet le grand soir ou la fin du Monde pour demain à condition de repousser autant qu'il le faut la date selon les commodités du gourou!

Il est temps d'arrêter cette mascarade lancée en 2011 lors de ce fameux débat public sur cette Ligne Nouvelle Pour les Nuls à moins qu'il ne s'agisse d'une Ligne Nouvelle pour hameçonner les Poissons Normands en leur faisant prendre des vessies pour des lanternes qu'ils devront totalement payer par eux-mêmes puisqu'en Normandie on a le bon goût de ne pas brûler une sous-préfecture quand on n'est pas content tout en acceptant sans broncher ou presque que près de 11 milliards s'évaporent dans le tonneau sans fond d'un EPR à Flamanville, soit le coût quasi total d'une modernisation complète de la Normandie ferroviaire...

Pour lors, alors qu'à Sotteville-les-Rouen ou à Soquence près du Havre, les grands cimetières ferroviaires normands sous la lune pourraient valoir ceux hérités de la Seconde guerre mondiale, alors que des motrices électriques qui ont mon âge (je suis né en 1970) continuent de tirer des trains "Corail" entre deux pannes, que des briques datant de Napoléon III tombent dans les tunnels du côté de Bernay, que des caténaires des années 1950 sont toujours en usage en aval de la gare Saint Lazare où un train passe sur le même aiguillage toutes les minutes aux heures de pointe, alors que les trains patinent sous les feuilles mortes, que des bétaillères surpeuplées partent tous les matins des quais de la gare de la rue Verte à Rouen, alors que 15% des trains arrivent systématiquement en retard (car nous ne sommes pas en Suisse) ou qu'il nous faut, en moyenne, aujourd'hui, quinze à vingt minutes de plus sur un trajet Paris-Normandie que du temps d'Arthur Honegger et de sa locomotive Pacific en raison de la saturation du trafic francilien aux heures de pointes du matin et du soir, en raison de la vétusté générale des matériels et des infrastructures du fait que tout le pognon ou presque va au TGV et au remboursement de la dette du TGV, les Normands, ces sacrifiés du ferroviaire, ne doivent compter que sur la bonne volonté ou la conscience professionnelle des cheminots pour éviter un accident majeur qui pourrait être une véritable tragédie...

Seule, pour l'instant, la région Normandie présidée par Hervé Morin a décidé d'agir en laissant les autres huiles de notre Sainte République parler, parler, parler: en 2020 l'ensemble du matériel roulant des grandes lignes normandes sera remplacé, la maintenance des trains normands rapatriée en Normandie et la région aura enfin la haute main sur l'organisation du service ferroviaire normand notamment en terme d'horaires, de tarification, de cadencement et de correspondances.

Mais en attendant ce passage de la SNCF à la SNCF (société normande des chemins de fer) les abonnés Normands du fer sont mécontents car ils n'ont que faire d'un billet de TGV à 40 euros pour aller un week-end en amoureux  à la Baule ou à Arcachon: ils prennent le train pour aller BOSSER !

TGV de M... ! (on l'a déjà dit...)

logo-tgv-escargot

Le TGV, les Normands le connaissent: de quoi se plaignent-ils?


 

https://actu.fr/societe/sncf-normandie-abonnes-sentent-totalement-delaisses-profit-usagers-tgv_16751708.html

SNCF. En Normandie, les abonnés se sentent totalement délaissés au profit des usagers du TGV

Le patron de la SCNF a annoncé vendredi 11 mai, la mise en place de trois millions de billets de TGV à moins de 40 euros. En Normandie, les abonnés se sentent « encore délaissés ».

Les 20 000 abonnés SNCF en Normandie comptent bien se faire entendre ! Vendredi 11 mai 2018, Guillaume Pépy, patron de la SNCF, a annoncé la mise en vente dès mardi 15 mai de trois millions de billets de TGV à moins de 40 euros sur toutes les destinations.

L’Union des usagers du Paris-Cherbourg (UDUPC) s’estime une nouvelle fois « lésée par la SNCF qui privilégie les usagers des TGV ». Des actions pourraient être envisagées dès lundi 14 mai.

LIRE AUSSI : Grève à la SNCF : 3 millions de billets de TGV à moins de 40 euros en vente à partir du 15 mai

« Nous, c’est tous les jours qu’on doit prendre le train »

« Évidemment, on ne peut pas être contre les annonces de Guillaume Pépy concernant des billets vendus à bas prix aux usagers des TGV. » Mais Nicole Grof, la présidente de l’Union des usagers du Paris-Cherbourg (UDUPC) ne peut pas non plus se satisfaire de cette annonce.

Encore une fois on nous parle d’actions favorables aux usagers des TGV, très bien… Il fait son job, Guillaume Pépy vis-à-vis de ses clients. Mais pour les abonnés, j’entends tous ceux qui vont au travail chaque jour via des Intercités, rien n’est prévu, encore une fois, explique, lasse, la présidente de l’UDUPC.

Elle souligne : « Nous sommes 20 000 en Normandie, il y a 35 associations comme la nôtre. Très franchement, j’ai l’impression que pour les abonnés ou les usagers des Intercités, la grève n’a aucune conséquence aux yeux de la SNCF. »

Le ras-le-bol s’intensifie et Nicole Grof assure que les associations des usagers ont prévu de se recontacter « dès lundi pour voir comment nous pouvons intervenir. » C’est également lundi 14 mai, que la journée sans cheminots pourrait avoir lieu.

LIRE AUSSI : SNCF. Trains Intercités « catastrophiques » : Hervé Morin réclame deux mois d’abonnements gratuits

Gratuité des Ouibus pour les abonnés : une réponse partielle

Début avril, juste après le démarrage de la grève perlée, le collectif de Paris-Cherbourg  avait écrit au président de la SNCF Guillaume Pépy pour lui  demander la gratuité des Ouibus pour les abonnés, les jours de grève.

LIRE AUSSI : Grève à la SNCF : les usagers de Normandie demandent à Guillaume Pépy, la gratuité des Ouibus

Il ne faut pas oublier que si l’on prend son billet peu de temps à l’avance ou le jour même : c’est plein pot au niveau tarif ! Soit 35 euros pour faire Caen-Paris, constatait Nicole Grof.

Depuis, elle a effectivement reçu un coup de fil de la SNCF. « Ils m’ont proposé des réductions pour voyager ! J’ai dit que moi, ce que je demande pour les abonnés, c’est la gratuité pour pouvoir aller travailler ! »

La personne en ligne devait donc se renseigner… Et depuis : « J’attends une réponse. »

LIRE AUSSI : La grève devrait coûter plus de 300 millions d’euros à la SNCF, estime son président Guillaume Pepy