L'enjeu national de l'unité normande est le suivant:

Expérimenter le développement normand des enjeux stratégiques normands qui ont une importance nationale pour la France en faisant le pari à Paris de laisser les Normands développer et organiser une souveraineté stratégique utile au pays à partir des agglomérations de Caen et du Havre ainsi que depuis la métropole de Rouen.

Ce "laissez nous faire" normand est la base même d'un "pacte girondin" dont un certain Emmanuel Macron, candidat tout à sa campagne électorale présidentielle d'il y a un an se faisait le héraut, "pacte girondin" dont un certain Hervé Morin est, aujourd'hui, le héros normand solitaire car entre une promesse de campagne et l'installation d'un gouvernement sous les ors des palais parisiens de la République, il y a un abîme que certains n'ont jamais franchi puisqu'ils ont toujours eu le pouvoir dans les cabinets ministériels de la place de Paris.

Puisque l'on parle de "place" en tant qu'agglomération urbaine et métropolitaine concentrant suffisamment d'activités, de richesses et de centres de décision pour organiser, de fait, une souveraineté en matière financière, économique ou d'innovation scientifique, technologique voire en terme de rayonnement et d'attractivité culturelle, le pari d'une souveraineté normande pour contribuer utilement et beaucoup plus efficacement au bien commun de la République française que l'actuel schéma quasi colonial parisiano-centré, pourrait reposer sur trois "places" de souveraineté régionale qui pourraient être les suivantes:

le-havre-12

PhotoRouen

maxresdefault

  • Au HAVRE: une place d'économie maritime ayant un rayonnement européen et international.
  • A ROUEN: une place financière régionale pour le développement de l'économie normande et un pilotage normand de l'AXE SEINE, enjeu mondial pour la France.
  • A CAEN: une place de recherche scientifique fondamentale et d'innovation numérique ayant un rayonnement européen et international.

Le problème normand n'est pas de créer de toute pièce les éléments permettant de construire ex nihilo ces trois places de souveraineté. Le problème normand consiste, justement, à penser ce qui existe déjà à l'échelle "normande" selon la conception innovante du réseau et avoir l'audace de créer un tel réseau de souveraineté régionale sous le nez du Grand Paris.

Le problème n'est pas l'absence de talents normands, d'opportunités normandes ou de potentiels ou de savoir-faire normands dont certains rayonnent déjà à l'échelle mondiale. Le problème c'est la manque d'imagination qui peut régner dans le cerveau de certains décideurs institutionnels publics ou privés tant à Caen, Rouen ou Le Havre sachant que le problème de l'imagination (qui, comme chacun sait depuis mai 1968, permet d'avoir le pouvoir et de le garder) se pose tout particulièrement à Rouen car c'est à Rouen que la Normandie devrait avoir sa place de souveraineté régionale principale, notamment financière.

Précisons, en effet, notre propos sur le cas Rouennais non pas en exprimant ici une énième jérémiade ou en infligeant aux élites rouennaises qui le méritent bien une énième critique mais plutôt en faisant une proposition qui  nous parait sérieuse, intelligente, positive car nous pensons que ce qui est bon pour le rayonnement de Rouen devrait être bon pour toute la Normandie...

Voici:

Nous proposons que Rouen prenne enfin pleinement conscience qu'elle doit être LA place financière et bancaire régionale au service de toute l'économie normande et que pour intégrer cette place sinon l'organiser (pour ne pas dire la reconstruire après plus de cinquante années de nationalisation parisienne dans une division normande stérile) il faudrait que Rouen soit le siège de décision et de gestion d'un FOND FINANCIER SOUVERAIN NORMAND qui pourrait être, en partie, abondé grâce à des partenariats avec des investisseurs étrangers "amis" de la Normandie et d'un projet de souveraineté normande au service de la France.

Pour ces partenaires financiers de la Normandie, deux évidences à explorer s'imposent:

1) Le recours aux investisseurs de la place anglo-normande de Jersey et de Guernesey à la recherche de diversifications économiques plus utiles et intelligentes que l'actuelle monoculture du paradis fiscal dans la perspective du Brexit plutôt inquiétante pour nos cousins des îles...

2) Le recours au fonds souverain norvégien au nom des vieilles amitiés historiques et culturelles entre la Normandie, Rouen et l'Etat norvégien:

Un voyage d'étude et de prise de contacts à Oslo d'une équipe normande et rouennaise emmenée par MM. Morin et Sanchez serait, en soi, un acte politique "fort" qui pourrait être l'étincelle préalable dans un carburateur normand et rouennais menacé par la rouille et des araignées... grand-parisiennes.

Enfin dans le domaine essentiel du rayonnement culturel et de l'attractivité touristique pour construire une image régionale positive, le dépôt d'une candidature normande pour la capitale de la culture européenne partagée et portée par Rouen, Le Havre et Caen serait une excellente initiative.

Les acteurs et décideurs Normands doivent comprendre que la Normandie n'est pas une priorité à Paris et ne le sera jamais si le défilé des égoïsmes normands se poursuit dans les cabinets et antichambres du pouvoir jacobin sur fond de jérémiades normandes plus ou moins permanentes.

Si, au contraire, les acteurs et décideurs Normands savent se rassembler pour "chasser en meute" tant en France qu'à l'étranger pour faire des projets innovants et les mettre en oeuvre, nous aurons, enfin, une chance d'être pris au sérieux en amont du pont de Puteaux!


 Une confirmation: pour enlever la rouille d'un moteur, il faut... phosphorer!

http://www.iabridal.com/comment-enlever-la-rouille-interieur-des-moteurs/

c5c43433c675c4e8