On le sait pour avoir ici suivi le dossier régulièrement: la future ligne de fret ferroviaire Serqueux-Gisors destinée au désenclavement logistique du grand port maritime du Havre vers la région parisienne, projet essentiel pour la compétitivité internationale du grand port normand, aura un impact négatif sur les territoires qu'elle va traverser puisqu'elle risque de les couper en deux suite à la suppression de nombreux passages à niveaux pour d'évidentes raisons de sécurité, par l'établissement de déviations routières qui vont rallonger les temps de parcours en dépit de la construction de nouveaux ponts routiers pour franchir la ligne, mais aussi en raison des nuisances sonores pour les riverains lors du passage des trains chargés de conteneurs...

image_content_21946605_20170327224337

Les habitants tout comme les élus du Pays de Bray, notamment du côté de Gournay sont fermement opposés au projet même si les plus lucides en reconnaissent l'utilité pour l'avenir du port du Havre: pour débloquer la situation et mettre de l'huile dans les rouages ou pour proposer du grain à moudre, Hervé Morin,  le président de la Normandie, qui l'avait déjà fait une fois, a décidé de sortir son carnet de chèque pour permettre le financement du projet de territoire le plus ambitieux que les Brayons aient jamais vu.

Certains diront que Morin est en train d'acheter les élus brayons: mais ces belles âmes qui pourraient penser ainsi n'habitent pas à 50 mètres (voire moins) de la future ligne.

Si les lecteurs de l'Etoile de Normandie ont d'autres solutions pour "améliorer l'acceptation sociale" de la ligne Serqueux-Gisors par les Brayons, on ne manquera pas de les publier sur le site...

Non sans rappeler, qu'une fois encore, un défaut préalable de maîtrise d'usage dans la conduite de ce projet d'infrastructure ferroviaire a provoqué une maladie démocratique tout comme l'insuffisance de vitamine C peut provoquer le scorbut.

Une tare du jacobinisme technicien à la française...

https://actu.fr/normandie/massy_76415/gournay-bray-favorisee-par-region-normandie_17181535.html

Gournay-en-Bray, favorisée par la Région Normandie ?

Pour digérer la modernisation de la ligne SNCF Serqueux-Gisors, Gournay sera-t-elle privilégiée financièrement par la Région? C'est ce que sous-entend le maire, Eric Picard.

IMG_4947-854x690

Eric Picard, maire de Gournay-en-Bray et président de la Communauté de communes des quatre rivières, a revu le projet d’aménagement de Gournay – Ferrières affirmant que « la Région  est prête à faire un effort financier plus important compte-tenu de l’impact dévastateur du projet ferroviaire ».(©Le Réveil de Neufchâtel)

« Money, money, money, always sunny ». Ces quelques paroles d’Abba résonnent en pays de Bray. La Région pourrait en effet soutenir de manière plus importante les projets de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime) et ses alentours.

En premier lieu : l’aménagement global de Gournay – Ferrières. Le projet a donc été revu et corrigé ! C’est ce que reconnaît Eric Picard, maire de Gournay-en-Bray et président de la Communauté de communes des quatre rivières.

Mercredi 6 juin 2018, il a indiqué « que l’écoute attentive du président de Région Hervé Morin » avait joué un rôle. 

Le déclic ? L’interpellation de celui-ci « au sujet des déboires que nous avions avec le projet de la ligne Serqueux – Gisors. Cela nous a permis de comprendre que la Région n’était pas là pour nous asphyxier mais au contraire pour nous permettre de réfléchir à l’opportunité de structurer différemment notre territoire avec les moyens de la Région, mis à côté des nôtres », ajoute le responsable.

A LIRE AUSSI :  Modernisation de la ligne SNCF Serqueux-Gisors : la Normandie va payer 90 millions d’euros

 Cela nous a fait réfléchir à vitesse grande V à des projets plus ambitieux que ceux qu’on avait auparavant », annonce Eric Picard, maire de Gournay.

Ces explications ont été évoquées hier, mercredi 6 juin 2018, lors du comité syndical du PETR à Massy, près de Neufchâtel-en-Bray.  Mais il n’y a pas eu d’annonce chiffrée.

Il affirme que la Région  est prête à faire un effort financier plus important compte-tenu de l’impact dévastateur du projet ferroviaire. C’est en tout cas mon point de vue ».

Ce n’est pas le seul projet qu’il entend faire aboutir : « Cela permet de se projeter sur les quatre ans à venir ». En ligne de mire, la création d’un pôle santé ambulatoire et libéral…

Il affirme qu’Hervé Morin se rendra d’ailleurs début juillet sur le terrain « pour valider sur place les besoins qui ont été décortiqués techniquement ».

Ce qui reste pour l’instant une promesse puisque la signature du protocole d’accord est prévue en septembre.

A LIRE AUSSI : Ligne Serqueux-Gisors. A Ferrières-en-Bray, quelques irréductibles ne s’avouent pas encore vaincus

La ligne Serqueux – Gisors se fera. C’est donc le moment de profiter de cette aide incitative de la Région pour ce secteur », a appuyé le président du PETR, Xavier Lefrançois.


 

Commentaire de Florestan:

La ligne de fret ferroviaire Serqueux-Gisors est-elle aussi pertinente qu'on le dit pour assurer le désenclavement logistique du port du Havre et pour lui permettre d'en finir avec le monopole encombrant et polluant du Toutencamion?

Avis aux Etoiliens...