Le port de Granville est un port géré par le Département de la Manche dont les élus sont les nouveaux Bouvard et Pécuchet de l'économie maritime et portuaire...

A l'instar des deux personnages les plus tendrement stupides de toute l'histoire de la littérature française imaginés par la lucide méchanceté du génial Flaubert, les élus départementaux s'improvisent capitaines de l'industrie portuaire locale en confondant de façon assez tragique un vrai port avec une carte postale de vacances représentant un port de mer.

Un vrai projet portuaire à Granville consisterait à développer les trois activités présentes sur les terre-pleins et les bassins ne serait-ce qu'en évitant de livrer ces mètres carrés précieux avec "vue sur la mer" à ceux qui n'ont jamais navigué autre part que dans leurs tristes affaires immobilières.

Granville, premier port coquillier de France, grande base régionale de plaisance et port au potentiel important pour le fret avec les îles anglo-normandes devrait rejoindre l'agence régionale "Ports Normands Associés" avec Cherbourg, Caen, Ouistreham et Dieppe...

Mais à défaut de s'intéresser aux raisons évidentes et concrètes qui font que des navires (pêche, commerce ou plaisance) peuvent être intéressés de faire escale dans un port, les élus départementalistes (localistes) qui n'ont plus un seul sou vaillant ont décidé de faire la manche non pas auprès d'un armateur mais d'un... promoteur immobilier qui va couler du béton sur les quais du port de Granville quitte à faire couler l'activité portuaire d'un port confondu avec sa carte postale.

Le seul intérêt du projet est de créer à Granville un ensemble intégrant hôtellerie de standing et un centre des congrès qui permettrait à la cité corsaire normande de rivaliser enfin avec la cité corsaire malouine car il est vrai que l'offre hôtelière et de congrès n'est pas à la hauteur de l'ancienne réputation de la "Monaco du Nord"...

Mais faut-il bétonner le port pour réaliser cette offre alors que de belles demeures granvillaises, à commencer par le manoir de la Horie dominant la mer pourraient être transformés en hôtels de charme sinon de luxe à l'instar du modèle des "posadas" portugaises?

475085

De même, pourquoi déménager le Casino associé depuis 1911 à la promenade du Plat Gousset dans une architecture belle époque qui fait tout le charme de la "Monaco du Nord"? Il serait plutôt préférable de redonner tout son éclat à cette architecture qui a été défigurée par ceux qui exploitent les lieux sans grande imagination...

102422878_o

52160371

Quant au centre des congrès à bâtir, bien entendu, en proximité immédiate du port, pourquoi le bâtir précisément là où il faudrait établir une gare maritime enfin digne de ce nom pour accueillir des navettes plus importantes et plus régulières en direction de Jersey qui est toute proche (à moins d'une heure de mer par beau temps)?

Le machin, une sorte de vaisseau spatial transparent posé au sommet d'une pyramide d'emmarchements placée à l'entrée du port, exposé à tous les vents et embruns ainsi qu'aux fientes des goélands et autres mouettes qui se rient déjà de ce projet immobilier aussi vain que dérisoire puisqu'il n'aura jamais la solidité d'un amer, d'un roc ou d'une grune, est proposé par un promoteur qui porte un nom aussi mystérieux qu'inquiétant si l'on connaît ses lettres classiques anglaises... car, par on ne sait quels pouvoirs occultes, Pozzo, LE promoteur de Granville, a été dégagé de l'appel d'offres.

Obéron, tel est le nom de code de cette nouvelle boursouflure immobilière sans grâce ni élévation que nous inflige le manque d'imagination esthétique sinon spirituelle des promoteurs immobiliers qui n'aiment pas l'architecture.

71e9ff63-9871-4c5b-b9d5-000000000322

Et si l'on se souvient de la pièce de Shakespeare, on sait qu'Obéron, le roi des fées afflige d'une jolie paires d'oreilles d'âne le plus ridicule des humains le temps d'un songe, une nuit d'été! Des oreilles d'ânes que l'on voit déjà poindre au conseil départemental de la Manche.

Bref! Voilà un projet aussi inutile que nuisible pour le développement maritime donc portuaire du port de Granville et qui fait déjà braire de satisfaction à la vue de la vue d'artiste ci-dessous... Une carte postale de plus qui n'a qu'un rapport féérique avec la réalité!

Projet OBERON - proget portuaire

P17579503D3469378G_px_640_

https://cherbourg.maville.com/actu/actudet_-granville.-un-casino-integre-au-projet-de-renovation-du-port_fil-3469378_actu.Htm

Les élus du conseil départemental de la Manche ont choisi le groupement Obéron expansion pour la rénovation des espaces portuaires de Granville. Un projet architectural d’envergure qui prévoit plus de places de stationnement, de la verdure, des espaces dédiés à l’économie, au commerce et qui pourrait accueillir le casino.

Le conseil départemental veut avancer sur le dossier du port de Granville, qualifié bien souvent « d’arlésienne » par les élus. Selon le président, Marc Lefèvre, « tous les feux sont au vert » .

En session à la Maison du Département, ce vendredi, les élus ont voté à l’unanimité le choix du groupement Obéron expansion, qui était en concurrence avec le groupement Duval-Pozzo.

Pas de logements

Le chantier comporte deux grandes parties. Une extension des terre-pleins d’1,7 ha du côté ouest du port. « Car, dans les ports, on manque souvent de surfaces à terre, notamment pour le carénage des bateaux. » Pour l’autre partie, le secteur occupé par des hôtels, des restaurants et des hangars comprendra « un projet architectural qui englobe l’ensemble de la zone dans une opération immobilière, rue des Îles. En revanche, contrairement à ce que disent certains, ce projet ne comprend pas de logements. Il correspond aux demandes des pêcheurs et aura une vocation de service public, économique et de commerce, mais il n’y aura pas de résidentiel. »

Hôtel, casino et centre des congrès

Parmi les aménagements, le projet prévoit aussi de la verdure. Et le vice-président en charge de ce dossier, Jean Morin, a expliqué que le dossier retenu l’avait été, entre autres, « parce qu’il offre des vues très intéressantes entre le port de commerce et le port de plaisance grâce à des pontons spécifiques » . Il devrait permettre aussi la réalisation d’un hôtel, d’un casino et d’un centre des congrès.

« C’est un gros projet qui arrive après beaucoup d’années d’attente et la volonté est forte, car il y a nécessité » , a souligné l’élu granvillais Jean-Marc Julienne, visiblement très satisfait. Et Philippe Bas s’est félicité, également, de ce dénouement, soulignant l’impact économique et touristique que ce projet apportera à la Monaco du Nord. Un dossier qui a fait l’unanimité.