Fondamentalement, Hervé Morin qui défend âprement l'acquis de la décentralisation et l'action régionale, a raison tandis qu'Emmanuel Macron, qui nous inflige son mépris mâtiné de jacobinisme comptable, a tort.

Mais, concrètement, dans la réalité, on fait quoi? Car il faut bien que le conseil régional de Normandie travaille avec la préfecture de région pour faire avancer quelques projets normands essentiels.

buccio-fabienne

herve_morin_pays_dr

Voici deux exemples assez emblématiques: Le premier, concernant l'avenir du Mont Saint Michel démontre que le jacobinisme de l'Etat central est un frein au développement de la Normandie. Mais le second démontre que la région aurait dû travailler plus en amont avec la préfète de région pour bien borner un dossier techniquement et politiquement difficile puisqu'il s'agit de la création de zones franches normandes à destination des PMI PME. Il est vrai que suite au refus de Fabienne Buccio (aux ordres d'Edouard Philippe) de considérer les propositions d'Hervé Morin pour faire évoluer la gouvernance des grands ports maritimes de Rouen et du Havre vers plus de pragmatisme local sinon normand, les relations se sont tendues entre le Conseil régional (siège principal à Caen) et la préfecture de région (siège principal à Rouen).

Il faudrait d'urgence renouer une relation de confiance sachant que la tâche risque d'être plus difficile pour la préfète de région que pour le président de région qui sait que le vrai interlocuteur pour l'Etat central n'est pas à la préfecture de Rouen mais à Paris tant à l'hôtel de Matignon qu'à l'Elysée... En attendant, quelques dossiers normands et non des moindres, sont en souffrance.

Extraits de la lettre Eco-Normandie (22 juin 2018 n°1582):

  • Philippe Belaval, le directeur de la Réunion des Monuments Nationaux refuse de lâcher sa Tour Eiffel du Moyen-âge...

25-06-2018 00;10;23

  • Aides aux entreprises normandes: la Caisse des Dépôts (qui dépend de l'Etat central) veut être plus présente sur le territoire auprès des EPCI tandis que la préfète de région Fabienne Buccio retoque sévèrement le projet de zones franches proposées par une région Normandie qui, contrairement à l'Etat, prend au sérieux le "AR" du sigle DATAR qui veut dire: Direction à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale. Autant dire que c'est du chinois pour un néo-jacobin comme Macron. Le problème c'est qu'il y a, désormais, un sérieux fossé entre une collectivité régionale normande très active, volontariste et innovante en matière d'action régionale et de l'autre, un Etat "en région" qui a sa propre action régionale dans certains domaines (par ex: la politique sociale de la jeunesse) mais qui doublonne avec l'action régionale de la... Région au point que l'on peut se demander à quoi il peut encore servir à l'Etat d'avoir un... SGAR (secrétaire général des affaires régionales) aux côtés de la Préfète de région quand il ne s'agit pas d'utiliser définitivement à des fins personnelles le mobilier national pour faire allusion à la dernière fois où il fut question du "SGAR" dans les médias régionaux normands!

24-06-2018 07;59;16