Le laudanum spectaculaire, voilà ce qu'il leur reste à ces opiniâtres convaincus (on peut l'écrire aussi en deux mots) et ils comptent sur les idiots utiles de l'infirmerie municipale de Pontorson pour l'administrer! Pour paraphraser Gide (l'Immoraliste) on dira:

Ami(e)s Normand(e)s laissons donc les Bretons avoir raison ça les consolera de n'avoir pas pu trouver autre chose.

Les évidences géographiques, historiques, artistiques ou spirituelles suffisent à convaincre celles et ceux qui n'ont pas intérêt à faire du Mont Saint Michel une simple boutique touristique à accaparer.

Une idée: communiquer sur "Saint Malo port Normand" sous prétexte que le corsaire Surcouf, dont la famille était originaire du Cotentin, y avait fait fortune...

Idée aussi débile que ridicule?

Vous avez totalement raison...
On aimerait donc que certains Bretons (pas tous heureusement) se concentrent sur autre chose: par exemple, remettre le château des ducs de Nantes... en Bretagne!

animation-enfant-chateau-865x453

Plus sérieusement, on est en droit de s'interroger sur les causes d'une telle obstination fétichiste, symbolique, identitaire sur le Mont Saint Michel qui est au chauvinisme breton ce que la muleta est au taureau d'une corrida: ça les rend dingues!

En fait, ce qui les rend tous dingues, c'est le pognon qui s'accumule dans un reliquaire normand dédié à Saint Michel visité par près de 3 millions de personnes par an...

Et comme chacun sait, la cupidité peut rendre fou tout être humain...

L-argent_rend_fou_web

Alors, lorsque tous les arguments de la raison sont épuisés, l'historien, le géographe, le sociologue, le journaliste, l'anthropologue, l'érudit, l'élu local, régional ou national, le haut-fonctionnaire ou tout simplement, le citoyen aimant sa région et curieux de son patrimoine régional doivent céder la place au... psychiatre!

Vous avez une autre solution?


 https://www.lamanchelibre.fr/actualite-544941-manche-la-joute-entre-bretons-et-normands-mise-en-lumiere-a-pontorson#

Manche : la joute entre Bretons et Normands mise en lumière à Pontorson

La Ville de Pontorson (Manche) relance son spectacle de lumière. La Controverse de Pontorson est visible tous les soirs place de la mairie et ce jusqu'au samedi 1er septembre 2018. Elle met en scène deux avocats qui s'affrontent pour savoir à qui appartient Le Mont-Saint-Michel.

544941

Située à la frontière de la Bretagne et de la Normandie, sur les rives du Couesnon, Pontorson (sud-Manche) aime jouer sur le tiraillement entre Bretons et Normands qui se disputent Le Mont-Saint-Michel depuis des lustres. La Merveille est située à une poignée de kilomètres du centre-ville. Il suffit de suivre le Couesnon qui comme le dit l'adage "a dans sa folie mis Le Mont-Saint-Michel en Normandie".

La propriété du Mont débattue au tribunal

Créée par la société "Spectaculaires", une entreprise basée près de Rennes, la Controverse de Pontorson a été lancée en 2016. Cette troisième édition reprend les ingrédients de son succès. Projeté sur la façade de la mairie, le spectacle met en scène un tribunal ou Me Brezonneg et Me Lenormand s'affrontent pour savoir à qui appartient le Mont-Saint-Michel. Cette audience qui souhaite faire la lumière sur toute cette affaire est entrecoupée de scènes historiques où Celtes et Vikings s'opposent, hermines et léopards se chevauchent, textiles normands et bretons se croisent et pommes à cidre bretonnes et normandes se pressent. L'audience se termine sur une note pacifique entre les deux régions, faisant de cette rivalité une tradition qui prête à sourire. Le Mont, patrimoine universel de l'humanité dépasse les querelles de clocher.


 Commentaire de Florestan pas content du tout:

Les Bretons ici en cause appliquent les mêmes méthodes sournoises que le puissant lobby de l'industrie du tabac, à savoir:

Entretenir savamment le doute dans l'esprit peu informé du grand public sur les méfaits du tabac pour continuer à faire des profits éhontés sur la mise en cause de la vie humaine.

XVM03f64e94-fad3-11e4-8647-bb02525df2ea-150x200

Ici, la volonté de capter, d'une manière ou d'une autre, tout ou partie de la rente financière de la machine à cash touristique du Mont Saint Michel est évidente sauf pour les idiots utiles de la municipalité de Pontorson qui va prêter les murs de sa mairie pour la diffusion d'un son et lumières gratuit mais à la qualité scientifique douteuse alors que le projet officiel de son et lumières de l'abbaye du Mont St Michel, plus respectueux des lieux et de l'intelligence des visiteurs, est menacé dans son équilibre financier par la fin de la gratuité des parkings le soir annoncé par Transdev!

Cherchez l'erreur Monsieur Morin!

 

https://www.lamanchelibre.fr/actualite-544633-mont-saint-michel-l-organisateur-des-nocturnes-scandalise-par-la-fin-de-la-gratuite-le-soir

Mont-Saint-Michel : l'organisateur des Nocturnes scandalisé par la fin de la gratuité le soir

544633

Le président d'Amaclio, François Nicolas, organisateur des Nocturnes à l'abbaye du Mont-Saint-Michel (Manche) est scandalisé par la fin de la gratuité des parkings le soir, entrée en vigueur au 1er juillet 2018. Le modèle économique de son spectacle est menacé.

François Nicolas, directeur de la société Amaclio, organisatrice des Chroniques du Mont, nouveau spectacle nocturne à l'abbaye du Mont-Saint-Michel (Manche), n'est pas serein. Les Nocturnes débutent ce samedi 7 juillet 2018 avec un paramètre qui n'était pas prévu au compteur : la fin de la gratuité des parkings le soir après 19h.

"Une décision scandaleuse"

"Leur décision est pour moi scandaleuse", déclare François Nicolas à cinq jours du lancement du spectacle. Le président d'Amaclio a demandé à s'entretenir avec Transdev et le syndicat mixte baie du Mont-Saint-Michel, auteurs de la nouvelle grille tarifaire. "Je leur ai proposé de conserver la gratuité jusqu'au mois de septembre, le temps des Nocturnes, de réaliser un prix groupé du parking ou de baisser le tarif. Mais je n'ai reçu aucune réponse !" Pour une personne seule, la soirée représente désormais un surcoût de 4,40 € au ticket d'entrée plein tarif de 13 €, soit "une hausse de 50 %".

"Une politique de gribouille"

François Nicolas avait tenu compte dans le prix de son spectacle de la gratuité. Il dénonce "une politique de gribouille du développement touristique du Mont." Engagé sur trois ans avec le Centre des monuments nationaux, le président d'Amaclio prévient : "Si je perds de l'argent, je romps le contrat."