Ne serait-ce que pour rendre hommage à Marcel Duchamp qui était Normand, né à Blainville-Crevon (sic!) et qu'on a eu bien tort de prendre au sérieux, on pourrait se dire que ce sujet est de ceux qui invitent à pisser dans un violon...

art_duchamp_ba_gb_3d_49270_1608031109_id_1070524

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Duchamp

Mais, hélas, au sujet du FRAC,  une nouvelle guerre du siège consistant à ne pas faire dans son froc semble imminente et dès que les clochemerleux, ces pompiers pyromanes de l'unité normande, veulent s'agiter, l'Etoile de Normandie a le devoir de lancer l'alerte...

Selon nos informations, une réunion prévue vendredi 6 juillet 2018 à Rouen, doit trancher la question de savoir où installer le futur siège du Fonds Régional d'Art Contemporain de Normandie: Caen ou Rouen?

Voici les données du problème:

1) Actuellement, il y a toujours deux FRAC, issus de la division normande avec une association loi 1901 à Caen et une agence régionale publique héritée de la ci-devant région de Haute-Normandie à Rouen.

2) Il est d'ores et déjà acté que le futur FRAC de Normandie aura trois sites: à Rouen, à Caen et à Sainte Adresse (Le Havre).

3) A Caen, grâce à la restauration menée par l'agence Rudy Ruciotti de l'ancien couvent des Visitandines, rue Caponière, un beau bâtiment du XVIIe siècle rescapé des bombardements de 1944, le FRAC dispose enfin d'un écrin digne de ce nom (à condition que le contenu soit, cependant, digne du contenant... Nous y reviendrons).

riciotti

4) Bien évidemment, le DRAC de Normandie, M. Ollivier refuse que le siège du futur FRAC Normandie soit à Rouen puisque le siège de la DRAC Normandie se trouve déjà à Caen et qu'il y a, désormais, en cette ville un lieu de "prestige" pour accueillir des oeuvres qui en manquent parfois cruellement...

5) Bien évidemment, Mme Morin-Desailly sénatrice de la Seine-Maritime et vice-présidente régionale chargée de la Culture souhaite assez fermement que le siège soit à Rouen... Il se dit qu'Hervé Morin qui n'a guère d'appétance pour le sujet très "pointu" de l'art dit "contemporain" (nous non plus d'ailleurs...) serait tenté de céder aux pressions rouennaises tant on lui fait là-bas le très mauvais procès d'intention de privilégier Caen, le siège de la région, au détriment de Rouen, la métropole régionale. On se dit que finalement, la ville de Duchamp, par ailleurs, qualifiée de "pot de chambre" de Normandie peut bien être légitimement le siège dudit FRAC.

6) Conséquence de cette constipation institutionnelle, le dossier est bloqué depuis de longs mois

Notre position?

Franchement, on s'en fout! Il faut bien faire quelque part sachant néanmoins qu'on ne saurait uriner ou chier n'importe où!

Franchement, le vrai sujet est le suivant:

S'agit-il seulement d'inviter deux pelés et un tondu à visiter une exposition absconse dans une salle vide consacré à un escabeau acheté plus de 30000 euros à une artiste brésilienne adepte sans imagination d'un "ready made" que Marcel Duchamp, sacré farceur normand, n'a jamais voulu sérieusement faire?

Ou s'agit-il de donner un sérieux coup de main aux artistes et plasticiens Normands qui créent sur notre territoire ou aux étudiants Normands des écoles des Beaux arts de notre région et mettre ainsi en valeur, de façon prioritaire et sans discrimination idéologique ou esthétique, la création artistique des Normandes et Normands du XXIe siècle?

Voilà le vrai sujet!

Avec celui-ci qui lui est connexe: nous émanciper, enfin, de la prescription parisienne en ce domaine elle-même soumise aux délires d'un marché international de l'art contemporain mu par des raisons plus concrètes qu'esthétiques puisque l'art contemporain est l'un des meilleurs moyens de ne pas payer d'impôts lorsqu'on est un jeune millionnaire qui vient de "réussir" dans la vie!

violonwc2