Dans l'un des "posts" d'aujourd'hui titré

05 juillet 2018

AVENIR des GPM Normands: les trompettes de la Renommée sont-elles bien embouchées ?

le Collectif BEN n'a fait apparaître que l'article de Paris-Normandie d'hier concernant le port de Rouen ; voici celui concernant le port du Havre :

     Dans cet article, il est fait allusion à la présidente du Conseil de surveillance du Grand Port Maritime du Havre, Mme Emmanuèle Perron, venue d'ailleurs, qui est évoquée dans un article de l'hebdomadaire Le Marin en date du 28 juin sous le titre " Des voies ferrées au conseil de surveillance du port du Havre ". Verdevase ne pouvait pas manquer de réagir au téléscopage temporel des deux articles...

     Pour ne pas qu'elle reste sur le... perron, et qu'elle ait accès à la chambre des secrets bien gardés, je viens de lui adresser le courrier suivant :

LE Havre, le 5 juillet 2018

.../...

à

Madame Emmanuèle Perron

Présidente du Conseil de surveillance

du Grand Port Maritime du Havre

Terre-plein de la Barre

76600 Le Havre

 

objet : aménagement ferroviaire ...

et portuaire de l'estuaire de la Seine

                                    Madame la Présidente,

                                    L’hebdomadaire Le Marin, dans son numéro du 28 juin dernier, évoque votre personnalité à l’occasion de votre prise de fonction de présidente du Conseil de surveillance du Grand Port Maritime du Havre.

                                    Je ne compte pas sur votre environnement « professionnel » pour vous faire part de la question dont je vais vous tenir informée. Aussi vais-je m’en charger en m’appuyant sur les documents ci-joints :

            Deux courriers, adressés successivement à M. Hervé Martel, Directeur Général du GPMH les 2 février et 25 octobre 2016, restés sans réponse ;

            Un extrait de la discussion relative à la délibération de la Codah n° 20110300 du 29/09/11.

                                    A la lecture de ces documents, vous aurez un aperçu de ce qui constitue selon moi le problème majeur du Grand Port Maritime du Havre : sa dépendance d’un seul axe ferroviaire jusqu’à Yvetot-Motteville et l’absence d’un franchissement ferroviaire de la Seine proche du Havre. Ces deux facteurs pénalisent gravement le développement de l’hinterland du GPMH et, subséquemment, le développement de l’activité de ce port remarquablement positionné d’un point de vue maritime.

                                    Vous ayant informé de cette situation, je ne me fais pas trop d’illusion sur l’issue de cette démarche compte tenu de la puissance de l’opposition persistante de certains milieux influents et de la passivité de la communauté économique et portuaire du Havre vis-à-vis d’un réel désenclavement du port et de la ville du Havre.

                                    Espérant ne pas avoir abusé de votre temps, je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de mes salutations distinguées.

     Mme La présidente du Conseil de surveillance du GPMH sera-t-elle plus courtoise que son Directeur Général et répondra-t-elle à ce courrier ?