Le document officiel sur le bilan 2017 du port d'Anvers est disponible sur internet :

https://www.portofantwerp.com/sites/portofantwerp/files/POA_Faits_et_chiffres_2018.pdf

     Outre les trafics globaux et de conteneurs d'Anvers et des autres grands ports européens, on y trouve ceci :

     D'où il ressort que les pré- et post-acheminements ferroviaires du port d'Anvers peuvent emprunter cinq lignes très longues distances dès les abords du port :

. Anvers-Paris Hendaye-Madrid ;

. Anvers-Lyon-Marseille-Barcelone ;

. Anvers-Mannheim-Bâle-Milan-Gênes et Rome ;

. Anvers-Duisbourg-Leipzig-Bialystock-Moscou ;

.               "                -Lovosice-Vienne-Athènes et Varna ;

     et d'autres ramifications de plus courtes distances...

     Et pour ce qui concerne Le Havre, où en sommes-nous, déjà ?

     A l’exception de ce qui n’est qu’un évitement de Rouen par le nord, le tronçon Motteville – Montérolier-Buchy, il faut atteindre les environs de Rouen, à environ 80 kilomètres du Havre, pour rencontrer la première possibilité de divergence de l’axe Le Havre-Paris :

. Au nord-est vers Amiens ;

. Au sud vers Serquigny-Lisieux-Caen-Cherbourg ;

.              ‘’                        -Alençon-Le Mans-Tours ;

.              ‘’                        -Evreux.

     Rien à ajouter... Quoique, si je n’avais pas peur de radoter…