Il semble loin le temps de la déclaration commune du château de Gaillon entre Hervé Le Normand et Valérie la Parisienne (ne pas dire la "francilienne" car ça fait plutôt penser à une autoroute pourrie mais gratuite qui permet aux Normands de partir en vacances  en contournant la capitale par le Sud).

Cette rencontre de Gaillon, très ambitieuse puisqu'il s'agissait d'envisager la régionalisation de la gouvernance de l'Axe Seine, enjeu national, c'était en janvier 2017... Archives de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/01/12/34795835.html

Depuis, Valérie Pécresse n'a fait que confirmer la réalité d'un certain rapport de force géopolitique: la Normandie, elle s'en fout!

Parce que l'essentiel, sinon l'urgence, est ailleurs pour la présidente de région "Ile de France". Contrairement à Hervé Morin solidement installé sur sa Normandie, Valérie Pécresse s'inquiète pour l'avenir même de son fromage territorial car pour Emmanuel Macron ou pour Anne Hidalgo, l'Ile de France, on s'en fout!

En effet, l'actuelle région "Ile de France" pourrait disparaître au profit du Grand Paris, méga-région métropolitaine digérant tout le millefeuille territorial francilien.

La Normandie n'a donc pas de véritable interlocuteur avec la région parisienne puisque c'est l'Etat central jacobin le véritable maître du jeu à l'Est de Vernon: entre une Valérie Pécresse en position de faiblesse et dont le champ d'action se limite principalement à la gestion territoriale des transports en commun francilien et un Edouard Philippe Premier ministre barbant aux armes du jacobin en chef Macron, la marge de manoeuvre est réduite même si l'on peut tirer quelques avantages normands à cette situation car quand Paris s'est occupé un peu trop de nos affaires normandes (puisque les Normands, divisés, étaient incapables de le faire par eux-mêmes) cela ne fut jamais sans conséquences négatives pour l'intérêt général normand (en raison d'une approche quasi coloniale de l'aménagement du territoire normand dans l'Après Guerre).

BELLE_RARE_CASQUETTE_SNCF_DE_CHEF_DE_GARE_ANNEE_60_65_56245217L

Donc Hervé Morin a revu récemment Valérie Pécresse et cette nouvelle rencontre a abouti, enfin, à quelques résultats concrets au sujet de la question d'améliorer les flux ferroviaires à l'ouest de la gare Saint Lazare: en effet, Hevé Morin, le président de Normandie, a discuté avec la cheffe de la gare du Francilien, faute d'avoir la présidente d'une région dont le véritable président réside dans un hôtel particulier du 8ème arrondissement de Paris.

A lire dans la dernière édition de la lettre Eco Normandie (13 juillet 2018):

16-07-2018 10;13;56