La Normandie, en dépit d'un mois de juillet 2018 qui s'annonce exceptionnel par sa chaleur et son ensoleillement, ne sera jamais un "bronze cul" pratiquant un tourisme littoral de masse standardisé, industriel.

Cependant depuis plus de quarante ans, la Normandie est restée une destination de proximité plutôt modique, propice au tourisme familial sinon populaire cependant concurrencée sur ce créneau par les régions de la façade atlantique (par exemple: la Vendée). En terme d'image régionale touristique, n'insistons pas, la Normandie a été éclipsée ces dernières années par la Bretagne offrant une image plus "jeune", plus dynamique qui plait beaucoup à une clientèle francilienne de quadra/ quinqua issue de la classe moyenne aisée (les fameux "bobos").

Il faut dire que la carte postale normande avait beaucoup vieillie pour ne pas dire qu'elle s'était ringardisée.

Mais la destination Normandie revient à la mode, à la faveur d'une remobilisation des acteurs et professionnels normands mais aussi à la faveur de grands événements culturels qualitatifs (on pensera au festival Normandie Impressionniste qui doit rester un festival normand), la réunification normande donnant un coup d'accélérateur à ce réveil touristique qui doit se donner l'objectif suivant:

Redevenir la grande destination régionale d'un tourisme culturel et qualitatif. Avec son patrimoine architectural, historique, artistique et esthétique toujours exceptionnel malgré les terribles destructions de la Seconde guerre mondiale, avec son littoral, ses stations balnéaires où un art de vivre de haute culture a pu s'élaborer entre 1830 et les années 1960, la Normandie, partie à la reconquête d'elle-même, a de grands et beaux atouts et un grand défi à relever: améliorer très sensiblement la qualité et le professionnalisme de l'accueil normand.

C'est tout l'objet de l'actuelle politique d'intelligence territoriale régionale très ambitieuse mise en oeuvre actuellement par le conseil régional qui communique sur la Normandie "région Monde"...

Les premiers effets de cette politique de réveil normand en terme de fréquentation touristique commencent à être mesurés: en témoigne la statistique suivante éditée il y a quelques temps dans la lettre Eco Normandie (22 juin 2018):

L'effet  positif  de la "réunification" sur l'image touristique de la Normandie est INCONSTESTABLE: la météo plutôt "mucre" de l'été 2016 n'a pas enrayé durablement le réveil touristique normand...

MAIS il y a du progrès à faire:

Les courbes normandes (les deux premières à lire à partir du bas du tableau) n'ont dépassé la base 100 de référence qu'à partir de 2014 (année exceptionnelle du 75 ème anniversaire du Débarquement). Le nombre d'arrivées dans les campings en Normandie se rapproche enfin de la moyenne de la France métropolitaine mais reste en dessous. Le point critique reste celui de l'accueil dans les hôtels normands: la Normandie est largement sous la moyenne nationale.

Pas assez de chambres, trop cher pour une qualité insuffisante:  l'hôtellerie normande doit se reprendre en mains et la Région va devoir y veiller!

Une idée déjà avancée sur l'Etoile de Normandie:

Valoriser le patrimoine architectural normand exceptionnel par sa qualité pour constituer un réseau régional d'hôtels de charme de grande qualité et de grand confort à l'image de ce qui a été fait au Portugal ou en Italie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/05/22/35309567.html

24-06-2018 08;01;12

Néanmoins, les dernières nouvelles semblent encourageantes: le secteur de l'hôtellerie et de la restauration semble être le secteur de l'économie normande le plus dynamique en terme de création d'emplois (Lettre Eco Normandie 13 juillet 2018):

16-07-2018 16;33;47