Le 15 juillet 2018, Hervé MORIN président de la Normandie était présent au festival d'Avignon notamment pour soutenir 30 jeunes professionnels normands de la scène et du spectacle vivant présents lors de la 72ème édition de ce festival fondé par Jean Vilar d'abord dans l'idée très belle d'en faire un lieu d'éducation populaire pour permettre un élitisme culturel pour tous. Depuis 72 ans, ce festival est devenu peut-être le plus grand festival estival mondial consacré au théâtre et aux arts de la scène et du spectacle vivant. Plus contestable cependant: c'est aussi devenu le lieu d'une certaine prescription esthétique, idéologique qui s'est octoyée le droit, de fait, d'exercer une sorte de magistère moral sur les sujets, les oeuvres et les esthétiques à présenter au public...

Au coeur de ce magistère on trouve l'idée que la Culture (avec un grand "C" s'il s'agit de remplacer une institution religieuse qui, autrefois, exerçait un magistère moral ou idéologique équivalent dans notre pays avec un pape non pas à Avignon mais à... Rome) doit, par ses pratiques, les oeuvres mises en scène et présentées au public, faire la pédagogie et l'édification dudit public aux valeurs universelles de Liberté d'Egalité et de Fraternité, de tolérance, de paix, de respect de toutes les différences...

A priori, il serait difficile ou, tout simplement stupide, de s'opposer à une telle volonté. Et à l'occasion du passage du président Morin en Avignon, une "déclaration-charte" des actrices et acteurs de la culture "de Normandie" a été présentée et proposée à la signature des professionnels concernés avec dix engagements dont la formulation pourra paraître curieuse sinon excessive dans sa volonté scrupuleuse de veiller à la stricte égalité entre les deux sexes qui composent l'humanité (distinction entre "patrimoine" et "matrimoine", "fraternité" et "sororité")...

L'idée générale est d'accueillir tous les publics au spectacle culturel vivant sans aucune discrimination.

Très bien. Sauf qu'il y a deux GROS problèmes ignorés par ces dix engagements:

1) La réalité, comme d'habitude, dans sa complexité, est loin de se conformer à l'idéal souhaité par nos "cultureux": c'est ainsi que les pratiques culturelles concrètes des classes sociales populaires sont assez éloignées de ce qui peut être proposé dans la programmation des institutions culturelles publiques subventionnées en région. Il est, par exemple, amusant d'observer que le public populaire préfère la programmation musicale d'un zénith avec une place qui lui coûte financièrement assez cher plutôt que d'aller voir une exposition d'art contemporain dans un FRAC dont l'entrée ne coûte presque rien puisque subventionnée par l'argent public. Parmi les dix engagements à lire ci-après, on en trouvera aucun pouvant porter sur la façon dont on pourrait cesser un certain divorce entre culture populaire et culture "élitiste": la notion d'éducation populaire si chère à Jean Vilar ou à Antoine Vitez a disparu des radars idéologiques de la Culture officielle subventionnée.

2) La réalité normande est, comme d'habitude, ignorée de peur de donner dans le replis identitaire fascistoïde alors que le "patrimoine" et le "matrimoine" de la Normandie ouvre tout autant à l'universel  que le théâtre Nô japonais.

David-Bobee-10point15-6933_02

Sans extrapoler plus qu'il ne faut, faute d'avoir à notre connaissance les informations nécessaires quant aux circonstances qui ont présidé à l'élaboration de cette "déclaration-charte" parfois étrange dans sa formulation et problématique dans ses principes, on peut se permettre d'affirmer que le metteur en scène David Bobée qui règne sur la scène nationale de théâtre à Rouen a joué un rôle d'inspirateur de ce texte compte tenu des propos roboratifs qu'il avait tenus en mai 2017 au cirque-théâtre d'Elbeuf lors de la première grande présentation officielle des nouvelles politiques régionales culturelles normandes.

Non sans raison, David Bobée avait invité à "décoloniser les arts" en dénonçant une programmation culturelle trop ethno-centrée sur le "patrimoine" européen, avec une prescription officielle en surplomb sinon en porte-à-faux avec la réalité des besoins et des pratiques culturelles observables sur le terrain.

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/05/04/35248400.html

Avec notre angle régionaliste normand et girondin  nous avions apprécié la charge de David Bobée au point d'avoir directement échangé avec lui, après la réunion, sur un impensé: celui de décoloniser la ... province comme le disait judicieusement et non sans provocation un certain Michel Rocard...

En effet, le mépris dénoncé par David Bobée des réalités et besoins culturels des publics tels qu'ils sont que l'on peut observer de la part des prescripteurs d'une certaine culture officielle subventionnée (dont fait, par ailleurs, partie David Bobée) s'applique AUSSI et SURTOUT à la culture régionale normande. Venant, à l'époque, d'achever un séminaire de l'université populaire de Caen consacré à l'identité normande, j'avais avec moi le texte de ma conférence sur les liens entre l'identité normande et Léopold Sédar Senghor, texte que j'ai, finalement, donné à David Bobée qui m'a écouté avec beaucoup d'intérêt car il ne semblait pas connaître cette... réalité normande.

Or depuis cette rencontre, on doit hélas constater que la Normandie dans ce qu'elle a de spécifique continue d'être oubliée alors qu'elle est bien plus qu'un simple périmètre géographique justifiant l'ouverture d'un robinet à subventions...

C'est pourquoi, nous nous permettons d'ajouter un Onzième commandement définissant cette nouvelle confession culturelle régionale:

Engagement 11:

"Valoriser le patrimoine et le "matrimoine" (sic!) de la Normandie pour que tous les publics régionaux découvrent ou redécouvrent avec fierté que la Normandie conduit à l'universel et à l'harmonie sociale avec la Liberté, la Paix et le Droit comme horizon".


 

Lire, après le communiqué de presse du conseil régional, le texte de cette "déclaration-charte" qui va être proposée à la signature de tous les acteurs professionnels ou non de la vie culturelle normande:

https://www.normandie.fr/signature-de-la-declaration-charte-des-acteurs-et-actrices-culturels-de-normandie?utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_campaign=normandirect107

Signature de la Déclaration - Charte des acteurs et actrices culturels de Normandie

Le 16 Juillet 2018

Dimanche 15 juillet, lors du Festival d’Avignon, Hervé Morin a signé la Déclaration–Charte des acteurs et actrices culturels de Normandie. La Normandie est la première région à s’engager sur ces volontés partagées avec les acteurs et actrices de la Culture dans cette démarche.

Sur le parvis du Grenier à Sel, symbole avignonnais de la coopération interrégionale avec les Pays de la Loire et la Région Bretagne en faveur du spectacle vivant, Hervé Morin a fait état des nouveaux enjeux de la politique culturelle régionale, notamment la refonte des dispositifs d’accompagnement, la création du comité régional du Spectacle Vivant à l’automne 2018, et le développement du dispositif des culture-labs.

En 2018, la Région a renforcé son soutien à la Culture et au Patrimoine, mobilisant un budget en hausse à cet effet, dans un contexte contraint pour les collectivités publiques.

La Normandie s’engage en faveur des droits culturels

Dans le cadre de la démarche lancée le 25 mai en Normandie en faveur des Droits Culturels,  Hervé Morin a signé la déclaration-charte des acteurs et actrices culturels de Normandie, relayée par David Bobée, et Caroline Lozé.

Cette déclaration-charte a vocation à lever les freins qui empêchent d’accéder à l’offre culturelle à faire de la Normandie une région exemplaire dans ce domaine. Il s’agit notamment d’agir en faveur de l’accessibilité, de la diversité et de la parité, et permettre à toutes et à tous - sans aucune distinction de sexe, d’origine géographique, socio-culturelle, ethnique ou religieuse, d’âge, d’orientation sexuelle, de genre, de handicap, de langue etc. - d’accéder à l’offre et à la pratique culturelle dans une juste et nécessaire égalité. Les signataires s’engagent en 10 points à agir positivement contre les discriminations dans les pratiques culturelles et artistiques en Normandie.

Le Président de Région a invité largement les partenaires culturels à signer cette déclaration:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeg6LEEmUNmGZE3DYqEsiLwCikpSPGWXCJsTHM6JqDBQtA1VQ/viewform

charte