Les régions vont accroître leurs pouvoirs en tant qu'autorités organisatrices des transports publics et, en Normandie, le service public proposé par la SNCF est si dégradé qu'usagers citoyens et élus du conseil régional, à commencer par son président, sont prêts à expérimenter la privatisation des TER dès 2020 en ouvrant ce service public essentiel à la concurrence privée pour passer, au plus vite, de la SNCF à une Société Normande des Chemins de Fer, probablement confiée à Transdev, la filiale transports publics du puissant groupe privé Véolia.

Voilà une perspective inquiétante lorsque l'on voit que, tout privé soit-il, Transdev n'est pas la garantie magique d'une qualité de service impeccable: le service des navettes du Mont Saint Michel confié en délégation de service public par un syndicat mixte de collectivités territoriales ne donne pas satisfaction non pas sur le service lui-même mais sur le montant et l'étendu des péages pour avoir le droit d'y accéder...

Alors que l'on a déjà quadrillé le coeur de la Normandie autoroutière avec les péages éhontés toujours en augmentation de la Sangsue aux Normands (SAPN), faudra-t-il donc voir les prix des billets de trains s'envoler et de voir fermer toutes les petites lignes ferroviaires normandes et remplacées par des autocars?

L'actuel service ferroviaire de la SNCF est catastrophique et, en plus, il coûte assez cher au billet: cela devient insupportable, cela ne peut plus durer! Cependant, Il ne faudrait pas que la privatisation des TER confiés à Transdev aient des effets qui soient pires que l'actuel déglingue (volontaire?) de la SNCF.

La seule solution serait non pas une privatisation mais une régionalisation publique de la SNCF transformée en Société normande des chemins des fers avec une délégation de service public étroitement contrôlée et encadrée par le conseil régional de Normandie: il est probable que cela sera la solution choisie, dumoins, il faut l'espérer!

Lire, ci-après, cet article de Ouest-France (02/08/18):

sncf