Nous relayons sans déplaisir le dernier communiqué du Cercle Normand de l'Opinion qui s'en prend à Nicolas Mayer-Rossignol improbable mouche du coche normand...

 

 

LA MOUCHE DU COCHE

 

Dans toute assemblée représentative, on trouve une majorité qui dirige et une minorité qui, en principe, surveille, voire censure : c’est le jeu normal de la démocratie, tout à fait conforme à l’esprit normand selon lequel, plus que partout ailleurs, « la vérité n’est jamais entièrement du même côté ».

Encore faut-il que les critiques de l’opposition, lorsqu’elles sont formulées, soient de bonne foi, étayées et s’assimilent davantage à des contre-propositions plutôt qu’à des arguties mesquines, infondées, voire carrément illusoires. Les « Y a qu’à », « Faut qu’on » n’ont jamais constitué un programme crédible, tout juste un alibi de communication plus ou moins démagogique.

Le leader autoproclamé de l’opposition au sein du Conseil régional de Normandie, le sieur Nicolas Mayer-Rossignol, s’est taillé une réputation d’enfonceur de portes ouvertes, voulant ainsi masquer la vacuité de son hypothétique contre-projet régional, à moins que ce ne soit que le dépit mal assumé d’une courte défaite à laquelle il ne s’était pas préparé.

Depuis deux ans, il multiplie les sarcasmes à l’égard du Président de Région et de sa majorité, contestant tout, ne reconnaissant rien, même les évidences. La liste de ces interventions intempestives et outrées est longue (qu’il se méfie : elle est faite!) : les trois plus récentes méritent d’être relatées car N.M.R. - comme il aime à se faire appeler – se surpasse en ces temps de canicule qui doit lui échauffer l’esprit.

- 10 juillet : Mayer-Rossignol interpelle Hervé Morin « à propos des situations dramatiques d’A.I.M. dans la Manche, Sealiynx à Charleval et Novandie à Maromme. Problèmes effectivement dramatiques qui méritent attention et compréhension… D’ailleurs certaines collectivités locales sont intervenues (cf Philippe Bas, sénateur de la Manche, « On a maintenu les emplois chez A.I.M. pendant 5 ans » - in La Manche Libre 28/7/18). Malgré un soutien massif des pouvoirs publics, l’abattoir de la Manche est en liquidation judiciaire…

Ce n’est pas suffisant, clame N.M.R. : la Région doit intervenir. Le peut-elle ? « La Région n’a pas vocation à être présente sur tous les dossiers », objecte un Vice-Président régional. Hurlement de N.M.R. : « Faut qu’on, y a qu’à »… La Région, avec le dispositif ARME a aidé plusieurs entreprises en difficulté, mais, en l’occurrence, rien n’y a fait.

- 14 juillet : Mayer-Rossignol s’interroge : « Mais où est passée la mer à 1 euro ? C’était une initiative populaire et solidaire, et patati et patata... ».Réponse de la Région : « Ce dispositif n’existait que dans l’ex Haute Normandie. Il a été remplacé par le Pass Normandie Découverte ».

31 juillet : A propos de l’arrêt de l’hydrolien par Naval Group, à Cherbourg, suite à une décision gouvernementale de ne pas en faire une priorité, Mayer-Rossignol laisse entendre que cela est dû « aux relations exécrables actuelles entre la Région et l’Etat ». C’est une contre-vérité évidente, d’ailleurs exprimée comme telle dans la presse. Mais plus c’est gros, plus cela devrait passer, pense N.M.R…. qui est nettement plus discret sur le milliard d’euros soit-disant promis par le Gouvernement Valls pour la Normandie. Il est vrai que c’était avant les élections régionales.

Au plan de la mauvaise foi, Nicolas Mayer-Rossignol en tient une sacrée couche. En l’espèce, c’est la couche du moche !

La Mailleraye – sur - Seine, le 2 août 2018

C.N.O.


 

Commentaire de Florestan:

C'est moins "vu à la télé" que "vus au conseil régional de Normandie"... quand les deux Nicolas de l'oppostion régionale font de vraies "morinades"!

 

870x489_870x489_bon_trio